#MaCuisineAncestrale… La Dariole…

En juin, #MaCuisineAncestrale remonte le temps et nous transporte au Moyen-âge, avec au menu, un roman intitulé : « Souper mortel aux étuves » de Michèle Barrière.
Tout un programme…


Ce polar historique et gastronomique relate l’origine d’un manuscrit, « Le Ménagier de Paris ».

Le Ménagier de Paris est un livre manuscrit d’économie domestique et culinaire écrit au 14e siècle. Il est attribué à un bourgeois parisien et fut écrit à l’intention de sa jeune épouse afin de lui faire connaitre la façon de tenir sa maison et de faire la cuisine. Il comprend des enseignements en matière de comportement social et sexuel, des recettes et des conseils pour la chasse et le jardinage. Son intérêt est autant historique et linguistique que culinaire. Ce dernier aspect a cependant été le plus souvent mis en valeur aux 20e et 21e siècles ; il passe pour être le plus grand traité culinaire français du Moyen Âge.

Il fut publié pour la première fois par le baron Jérôme PICHON en 1846 pour la Société des Bibliophiles français.

La fin du roman offre quelques recettes issues du fameux Ménagier… Alors, après les nourritures cérébrales, régalons-nous avec les nourritures terrestres aussi simples soient-elles.
Et, croyez-moi, si le roman est noir,  la réalisation de la dariole moyenâgeuse n’a rien de funeste.
Pour sa confection, il faut :

1 fond de pâte brisée
500 g de crème fraîche
(j’ai mis moitié/moitié crème fraîche et ricotta)

œufs
200 g d’amandes en poudre
120 g de sucre

Dans une jatte, mélanger et fouetter tous les ingrédients
Étaler la pâte dans un moule
Verser le mélange sur le fond de pâte
Mettre au four (Th.6 – 180°C) pendant + ou – 45 minutes
Laisser refroidir

Déguster sans modération avant de revenir vers le futur !

Je vous donne rendez-vous dans un mois et d’ici là, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !…

 

Sources :
Le grand Ménagier : Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9nagier_de_Paris 

Roman : Souper mortel aux étuves – Michelle Barrière – Livre de Poche –
ISBN : 301-0-000-08575-1
Images : Collection personnelle 

 

#Généathème : De l’art de bien couper…

Pour mon second #geneatheme de février, j’ouvre mon cabinet de curiosités et j’avoue qu’en fait de curiosité, c’est plutôt une découverte déconcertante qui fait l’objet de ce billet…

Marie Magdeleine MAFLARD est mon Sosa 47 et je vous ai déjà parlé d’elle, ici (la citation de Tennessee Williams a aujourd’hui une résonance particulière). Je pensais naïvement, que vu sa situation et qu’à la lecture trop rapide de son acte de décès, elle était morte aux Hospices de Laon (Aisne).
Que nenni… et la raison de son décès est pour le moins singulière !

Il y a peu de temps, quelqu’un a mis en ligne sur les réseaux sociaux, le lien d’un site intitulé :

De l’art de bien couper –  le site de la guillotine

Evidemment, un site où l’on parle « guillotine » a attisé ma curiosité et je  fus bien… ou mal récompensée, car j’y ai trouvé mon aïeule !

Marie-Magdeleine MAFLARD, épouse GUILLAUME, a été condamnée le 18 mai 1826 et guillotinée le mercredi 5 juillet 1826 à midi, à Laon, pour avoir incendié la maison de Madame Denise et avoir laissé peser les soupçons sur une autre femme qu’elle détestait.
Elle meurt avec calme devant la population entière d’Athies-sous-Laon (le village où elle résidait).

J’ai écrit aux Archives Départementales de l’Aisne afin d’obtenir les minutes du procès et l’acte de condamnation, mais malheureusement, les archives ne débutant qu’en 1883, je n’aurai pas plus de précisions.
J’ai, également, adressé un message au propriétaire du site pour connaître ses sources, mais je n’ai pas reçu de réponse à ce jour.

Toutefois, l’acte de décès de Marie-Magdeleine corrobore l’exactitude des faits : Son âge, l’heure de sa mort et la déclaration faite à la mairie par un commis greffier du Tribunal civil accompagné par le commissaire aux inhumations

A.D Aisne – LAON 5Mi0078 1826 Page 177

Nous souhaitons tous découvrir les raisons du décès de nos ancêtres, n’est-ce-pas ?
Et bien, voici la confirmation que mes ancêtres ne sont pas tous morts dans leur lit et que « Ciel ! Mes aïeux » porte bien son nom tant certains me surprennent !


EPILOGUE :
Le 4 mars dernier, j’ai reçu une réponse du créateur du site  » De l’art de bien couper ».

Le jugement est paru dans le journal :

                                   LA GAZETTE DES TRIBUNAUX

A partir de la date de condamnation, soit le 18 mai 1826, j’ai lu chaque parution et en date du 23 mai… J’ai, enfin,trouvé une archive officielle :

http://enap-mediatheque.paprika.net – Gazette des Tribunaux 23 mai 1826

Mon ancêtre aurait été condamnée pour l’exemple, en cause, une recrudescence des incendies dans le département de l’Aisne, cette année-là…
Mais, les exécutions capitales n’y ont rien changé !

 

Sources :
A.D Aisne
La gazette des Tribunaux : Histoire et patrimoine pénitenciaire
Image : Site La veuve guillotine

LU, mon petit cousin…

La généalogie nous réserve bien des surprises et celle dont je vais vous parler est plutôt savoureuse quand on connait mon goût pour les gâteaux.

Pas de célébrité chez mes ancêtres, vous écrivais-je dans mon billet précédent.
Or cette semaine, ma curiosité a révélé un cousinage un tantinet renommé.

J’ai découvert que je possède une ascendance commune avec les Lefèvre-Utile… Oui, les créateurs du fameux petit LU –  ce petit beurre nantais que je croque depuis ma plus tendre enfance (oui, cela m’arrive encore…)

Mais comment les Lefèvre-Utile basés à Nantes peuvent-ils cousiner avec une descendante de picards, de normands ou de bretons voir d’ariégeois.

La révélation est liée à un post lu dernièrement sur Facebook. L’éditeur déclarait avoir remonté son ascendance jusqu’à Hugues Capet après avoir consulté le site Roglo.
Ce n’est pas tant l’ascendance de cette personne qui m’interpellait mais la promotion du site que je connais peu.

Pour mémoire : ROGLO est une base de données généalogique qui recense actuellement 7 029 754 personnes. Elle possède ses usages propres, résultant principalement des orientations définies par son fondateur, Daniel de Rauglaudre, créateur du logiciel GeneWeb.

Et, c’est en tapant mon patronyme dans le moteur de recherches que j’ai trouvé mes liens de parenté avec les célèbres biscuitiers qui avant d’être nantais étaient originaires de Picardie et plus précisément de l’Aisne.

Voici notre ascendance commune sur 10 générations :

1) Nicolas MARLY, charpentier, dont

2) Anthoine MARLY, charpentier (~°1643 +1720 à Erlon) marié en troisièmes noces avec Catherine CHARPENTIER (~°1655 +1725 à Erlon), mes Sosas 256 & 257, dont

3) Antoine MARLY,
charpentier-greffier de paroisse (°1692 +1747 Erlon), Sosa 128, marié trois fois. Il vous a raconté sa vie, ICI 
xx Marie-Barbe DARET                      xxx Marie-Jeanne CARLIER
(°1704 Voyenne +1741 Erlon)              Sosa 129
                                                                  (°1721 Dercy+1762 Chaourse)
seconde épouse, dont                            troisième épouse, dont

4)Marie Cécille MARLY                     4) Jean-François MARLY, Sosa 64
(°1732+1811 Erlon)                                   (°1744 Erlon +An XIII Erlon)
mariée trois fois, dont                             x Marie-Josèphe LEFEVRE
xxx Martin PICART                                 (~1731 +1791 Grandlup et Fay)
(°1737 Marcy S/M. +1811)

5) Jean-Louis PICART                         5) André MARLY, Sosa 32
(°1777 +1853 Chivy lès E.)                        (°1765 Grandlup et Fay
x Marie Rose BERNARD                         +1811 Ste-Preuve)
(°1775 +1865 Chivy lès E.)                        x Marie- Célestine VRAINE                                                                                                                                                                       
6) Catherine Adélaïde PICARD        6) Jean Charles Casimir MARLY
(°1797 Erlon +1879 Nantes)                      (°1802 Grandlup et Fay
x Jean-Baptiste Désiré UTILE                +1880 Samoussy)
(°1792 Fesmy le Sart                                   x Geneviève Séraphine FERY
+1878 Chivy lès E.)                                      (°1791 Eppes + 1858 Eppes)

7) Pauline Isabelle UTILE                  7) Joseph Séraphin MARLY, Sosa 8
(°1830 Marle +1922 Nantes)                     (°1829 Eppes + 1902 Samoussy)
x**Jean Romain LEFEVRE                    x Adeline octavie COULON
(°1819 Varenne en A. (Meuse)                 (°1830 Braye en Laonnois + ?)
+1883 Nantes)

8) **Louis LEFEVRE-UTILE                8) Jules André MARLY, Sosa 4
(°1858 Nantes +1940 Nantes)                   (°1868 Samoussy
x Mathilde GAUDIN                                  +1945 Athies s/Laon)
(°1859 Nantes +1937 Nantes)                   x Octavie A. WALLON, Sosa 5                                                                                             (°1870 + 1923 Laon)

9) ?                                                              9) Papa, ses frères & soeurs

10) ?                                                           10) Moi… Et mes cousins !

*Nos ancêtres communs ont indiqués en bleu
**
Cliquez sur les patronymes soulignés pour plus de renseignements

Certes le cousinage est lointain, mais il est avéré.

Pour finir, je ne peux m’empêcher de parler gâteau !
Savez-vous que la forme et les motifs du  » Petit Beurre  » Lu ne doivent rien au hasard…

Ce biscuit, créé pour être dégusté tous les jours, possède en surface 24 points, comme les 24 heures de la journée, 52 dents sur les bords comme les semaines de l’année, carré donc avec quatre dents proéminentes, comme les quatre saisons, d’une longueur de 7 cm pour les 7 jours de la semaine…

Je ne sais pas pour vous, mais petite, je commençais toujours à croquer les quatre saisons !

 

Sources :
Site ROGLO
Généalogie personnelle MARLY

#Généathème : La généalogie, côté insolite…

C’est en consultant les registres paroissiaux de Cintheaux dans le Calvados que j’ai trouvé cette archive, dont Charles Fouques, frère de mon aïeul, Robert Fouques Sosa 960, fut l’un des témoins  :

Mercredy
Le dixième jour de novembre mil sept cent trente quattre, sur les quattre heures et demye
du soir, jé ptre curé dudit lieu de Cintheaux été requis et obligé dadministré le St Viatique à Philippe
Pagny mon … et demeurant hameau de cintheaux en la maison de Charles Signot située sur le grand chemin
et dans cette occupation j’ai fait rencontre de Jean Besnard et de ses domestiques lesdits sont de la
R.P.R (Religion Prétendue Réformée) et huguenot demeurant au-dit hameau du Charles Lucas leur domestique Ledit Jean Bénard à pied et … son domestique assis sur un
cheval et habillé de léquipage propre pour labourer, lesquels venant de cette occupation eurent la témérité de passer
devant le Saint Sacrement sans donner nulle marque de devoir et de respect à Dieu malgré mes vives exhortations
et bravèrent ainsi et tirerent en ridicule la réalité de Jésus Christ la piété et la religion ledit domestique n’ayant meme pas
voulu descendre de son cheval ni oter son chapeau et pervertissans… lesdit domestiques, ledit lucas ne se mist en devoir qu’après
vives monitions morales ce qui m’a obligé de prendre à témoin Marie Anne Huet femme du Charles Signot,
Georges Conard fils de Jean Conard de la paroisse d’Urville agé de 15 ou 16. Anne
Guerard nommée Françoise Guérard et Françoise Loret la femme de feu François Lefebure, Marie Dauge femme de Charles Guerard
Jacques Poret dit Pescard, Anne Moutier femme de feu le pailleur et Charles Fouques. Mais M. Osmont
Secretaire de M. Le Président de Pourailles se rendant médiateur à payé en punition de ce crime, et en descharge
Des sus-dits S… de la R.P.R une bannière coutant la somme de cent huit livres et qui est à présent en
l’eglise de la susdite paroisse et dont jai susdit curé fait la benediction, Dia resurrectionés Christi
Dixieme jour davril mil sept cents trente cinq 
JM Le Haribel Curé de Cintheaux

Cet écrit démontre la suprématie de l’Eglise face à la désobéissance des villageois, surtout s’ils avaient d’autres convictions religieuses !
Et, on peut imaginer le courroux du curé lors de la rédaction de ce nota…
Les tâches, les ratures et les mots oubliés n’en sont’ ils pas la démonstration ?

Sources : A.D Calvados – Cintheaux BMS 1692-1740 page 159

Ma cuisine ancestrale… Carnaval…

Le mois de février est rythmé par Carnaval avec ses mascarades, ses cavalcades et ses farandoles de crêpes et de beignets, chaque région possédant et revendiquant ses spécialités.

Étymologiquement, Carnaval vient du latin médiéval « carne levare »  = enlever la viande, la viande désignant le gras que l’on mangeait les jours gras. Autrefois, on les appelait aussi les jours charnels.

Carnaval a le même sens que Carême-entrant ou Carême-prenant qui désignait, à l’origine, le début du Carême. Ces termes ont ensuite qualifié la fête clôturant les derniers jours avant ce dernier.

Donc, avant le jeûne et l’abstinence, il était bon de se défouler. Ainsi, la période des sept jours gras précédait les 40 jours maigres imposés lors du Carême .
Pour nos ancêtres, Mardi Gras était le dernier des jours gras, celui qui était fêté avec le plus d’éclat.

Le jour du Carnaval était alors, l’occasion de se retrouver en famille, entre amis ou voisins pour faire ripailles.

En Aveyron (région ancestrale de Monsieur) par exemple, le repas débutait par le Mourtaidol (soupe à base de pain et de safran) ou la Soupe du Carnaval.

Pour la réaliser, il faut :
– 3 carottes
– 3 navets
– 3 pommes de terre
– 2 poireaux
– 1 à 3 oignons et 1 à 3 gousses d’ail selon votre goût
– 1 petit chou vert
– 1,5 litre de bouillon de poule ou de bœuf
– Saindoux
– 2 cuillères à soupe de persil haché
– Sel, poivre, 4 épices

Éplucher les carottes, les navets, les pommes de terre, l’oignon et l’ail,
Couper le tout en dés,
Nettoyer les poireaux et le chou,
Hacher grossièrement,
Faire fondre un morceau de saindoux (environ 80 g) dans une marmite,
Verser tous les légumes,
Mélanger bien pour qu’ils soient imprégnés de gras sans les laisser colorer,
Verser dessus le bouillon chaud,
Saler, poivrer et ajouter le 4 épices,

Laisser cuire à couvert, à petit feu, pendant une bonne heure et plus,
Rectifier l’assaisonnement si besoin,
Server bien chaud après avoir saupoudré de persil haché.

Après cette entrée en matière, on servait, entre autres mets, la Poitrine de veau farcie ou la Fallette, le gigot pourri d’ails, les Farçous, la Pascade, le Pounti… (cliquer pour accéder aux recettes)

Puis, au dessert, on se régalait avec le Massepain, les Fouaces ou Fougasses, les Echaudés… Mais que diriez-vous de goûter mes Guenilles ?

Les Guenilles appartiennent à la grande famille des beignets. Les auvergnats les nomment ainsi à cause de leur forme qui, jadis, leur évoquait des lambeaux de tissus.

Pour réaliser, environ, une trentaine de guenilles, il faut :
 250 g farine
– 1 demi sachet de levure chimique

– 50 g beurre
– 50 g sucre en poudre
– 2 œufs
– 1 pincée de sel
– un peu de lait (juste de quoi détendre la pâte)
– 1 C.S de rhum (ou plus selon votre goût)

Mélanger tous les ingrédients dans l’ordre
Pétrir jusqu’à former une boule de pâte qui ne doit plus coller aux doigts,

Laisser poser une heure minimum au réfrigérateur,
Puis, étaler la pâte sur une épaisseur de 4 à 5 mm,
Découper des losanges à l’aide d’une roue à pâtisserie,
Frire dans un bain d’huile,
Éponger sur du papier absorbant,
Saupoudrer de sucre glace avant de déguster.

Après ce généreux repas, rien ne vous empêche de vous travestir pour défiler et danser au rythme des flonflons carnavalesques.

Et, en attendant notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !

 

Sources :
Lexilogos.com

Les recettes aveyronnaises de ma grand-mère – Editions CPE
Chaîne You Tube – Les carnets de Julie 
Blog Tourisme en Aveyron
Escoutoux.net
Images : collection personnelle

 

 

 

 

 

 

Le cimetière marin de Saint Paul de La Réunion….

Je reviens de l’Île de La Réunion. Ce n’est pas une découverte car je m’y étais déjà rendue, il y a une vingtaine d’années.
Alors qu’en métropole l’hiver règne avec des températures négatives, là-bas, le thermomètre affiche +32°…  Un petit paradis ensoleillé !

Les points forts de ce séjour sont, sans nul doute, le survol de l’île en hélicoptère… grandiose et époustouflant… et la visite du cimetière marin de Saint-Paul… émouvant et intimiste !

Suivez-moi à l’intérieur de cet endroit mystérieux et chargé d’histoire.

Implanté depuis 1788 face à l’Océan Indien dans la baie de Saint-Paul, premier lieu habité de l’île, le cimetière est un jardin luxuriant et paisible.

Seul le bruit des vagues perturbe le silence et berce les « z’endormis ». On a du mal à croire que parfois un cyclone ou un raz-de-marée peut tout dévaster, ce fut le cas en 1883, 1932, 1948, et 1962.

Ces phénomènes climatiques ont mis à jour des tombes anonymes enfouies sous la grève, ce sont les tombes des esclaves noirs arrachés à leur pays. L’Afrique se situe à 1700 kms.

Dans l’enceinte du cimetière, il n’y a pas d’allées et les sépultures s’enchevêtrent de façon anarchique.
Au hasard des travées, se côtoient de grands propriétaires terriens, d’humbles colons, des poètes, des capitaines au long cours, des pirates, des Malabars, des Chinois, des religieux catholiques, des marins bretons et, dans la partie nord, une dizaine de curieuses tombes anonymes, au toit en arc en cercle, probablement les plus anciennes du cimetière.

Parmi les tombes célèbres, on voit celle du romancier et journaliste, Eugène Dayot, né à Saint-Paul le 8 août 1810, décédé le 19 décembre 1852.

Celle du poète, Charles René Marie Leconte de Lisle, né à Saint-Paul le 22 octobre 1818, décédé à Louveciennes (Seine & Marne) le 17 juillet 1894. D’abord inhumé au cimetière Montparnasse à Paris, ses cendres sont transférées à Saint Paul le 28 septembre 1977.

Celle du pirate Olivier le Vasseur dit La Buse.

Celle de Eraste Feuillet, capitaine au long cours, mort en duel à 29 ans pour une raison saugrenue.

Et celle des naufragés du Ker-Anna, marins bretons venus se perdre à 9000 kms de chez eux.

J’espère que cette petite visite vous aura plu…

Cliquez sur les noms pour découvrir leur histoire.
Sources :

dcrp.free.fr
www.mi-aime-a-ou.com
www.974reprezente.fr
Images : collection personnelle

 

Un esprit maléfique…

Ces derniers jours, un esprit maléfique s’est emparé des réseaux sociaux provoquant une frénésie chez les généanautes.

Cette effervescence s’est muée en une véritable chasse aux Sosa : du 666, au 1000, en passant par le 1418 et voire même celui correspondant à l’année de naissance de chacun.

Bien évidemment, je n’ai pas résisté au sifflement perfide de cet esprit et j’ai plongé dans la grand’malle aux ancêtres pour savoir si, à ce jour, tous ces Sosa étaient identifiés dans mon arbre.

Que nenni ! Mes ancêtres sont encore des fantômes, excepté le Sosa 1000…

Voici un état de mon arbre :
– Sosa 666 : en novembre dernier, j’avais déjà parler de lui, ici !
Cette branche se situe en Pologne et bien qu’ayant fait appel à un généalogiste professionnel, les archives sont lacunaires. Les recherches risquent de s’arrêter au Sosa 82.
img_2325

– Sosa 1000 : Je vous ai aussi parlé de lui, ici
Vous comprenez pourquoi je suis si fière de l’avoir trouvé.

– Sosa 1418 : Encore deux générations à remonter pour le saisir, mes recherches s’arrêtent au Sosa 354 : Thierry BERTRAND marié à Heleine BITAILLE.
Juste deux patronymes trouvés sur l’acte de mariage de leur fille, Françoise, Sosa 177 qui a épousé Jean-Claude MEREAUX, le 5 juillet 1734 à Jeantes dans l’Aisne.
img_2324
– Quant à celui correspondant à l’année de ma naissance…
Là aussi, deux générations à remonter pour la connaître puisqu’il qu’il s’agit d’une femme appartenant à mes branches maternelles.
Mes recherches s’arrêtent au Sosa 488 : Gilles BRIERE qui a épousé Marie-Anne LE SENECAL, sans autre précision.
Gilles est le père de Pierre, Sosa 244, né le 6 février 1748 à Mondeville dans le Calvados.
img_2323

En conclusion, mes recherches avancent doucement… mais surement. Je finirai bien par trouver ces Sosa…
Alors, toi… Esprit maléfique… Il est inutile de me persécuter ! Je ne vendrai pas mon âme pour les retrouver… Ah, non !

Quoique…

Source : Image Maléfique – Gifmania.fr

Les métiers de la mer d’antan…

C’est à Etretat en Haute-Normandie, cité balnéaire célèbre pour ses falaises que j’ai admiré ces photos exposées le long de la plage et dédiées aux métiers de la mer d’autrefois :

img_8925-001
Les Mousses : Dès l’âge de 12 ans, les enfants de pêcheurs étaient coursiers, moussaillons puis mousses en pêche sur les caïques et canots.
img_8926-001
Les ramasseurs de galets : Les galets (99% de silice) étaient utilisés autrefois dans de nombreuses applications. Aujourd’hui la loi interdit de cueillir les galets.
La marchande d'huitres
La marchande d’huîtres : Jusqu’en 1935, la marchande d’huîtres vendait ses coquillages élevés à Cancale et parqués dans les bassins Marie-Antoinette.
img_8928-001
Les charpentiers de marine : Dans cet atelier, on fabriquait des « périssoires » bateaux typiques d’Etretat destinés à la promenade en mer
img_8929-001
Le ramendeur de filets : Équipé d’une navette et d’un couteau, le ramendeur réparait les filets de pêche abîmés.
Les laveuses
Les laveuses : Surprenant, ces femmes qui cherchaient une source d’eau douce à marée basse en creusant dans les galets afin de laver le linge des particuliers et des hôtels.
Les vireurs de cabestan
Les vireurs au cabestan : Il n’y a pas de port à Etretat. Il fallait donc remonter les bateaux sur la grève. Les hommes et les femmes viraient au cabestan, soit en poussant, soit en tirant.
La caloge
Une caloge : Une manière de recycler les bateaux fatigués d’avoir navigué. Mis hors-sec et munis d’un toit, ils étaient utilisés comme remise.

Je n’ai pas d’ancêtres concernés par ces métiers de la mer mais j’ai apprécié cette initiative sympathique pour faire découvrir l’histoire locale.

 

Sources : Conception/Studio Grand Angle Etretat – Municipalité d’Etretat
Image en-tête : collection personnelle

Les AGUTTES et les MOURET, des familles alliées… Episode 2…

Dans mon précédent billet, je vous ai décrit l’endroit où vivaient les familles AGUTTES et MOURET : Virargues, un village situé dans les Monts du Cantal ; une région magnifique mais une région autrefois enclavée, ce qui explique peut-être en partie, ce que j’ai découvert.

Voici comment deux familles ont fait de l’adage « L’union fait la force » leur devise en joignant l’ascendance maternelle de mon époux en l’état actuel de mes recherches :
       

Sosa 1 Monsieur
|
Sosa 3 Maman
|
Sosa 6 – Jean-Marie MOURET
°1887+1966 Murat
Je vous ai déjà parlé de lui, ici
x 1926
Sosa 7 – Maria PORTAL
9 enfants
|
Sosa 12 – Jean-Pierre MOURET
°1844 +1898 Sakatolo – Mananjary – Madagascar
Je vous ai également parlé de lui,
x 21 octobre 1871
Sosa 13 – Elisabeth RIGAL
9 enfants
|
Sosa 24 – Jean dit Jacques MOURET (MORET)
°1813+1890
x 11 janvier 1843
Sosa 25 – 
Marguerite MOURET (MORET) °1819+1859
2 enfants
|
Sosa 48 Jean dit Jean-Pierre MOURET (MAURET) °1783+1846
x 14 juin 1809
Sosa 49 – Marie AGUTTES
°1782+1848
5 enfants
|
Sosa 50 – Jean MOURET (MAURET)
°1776+1821
x 8 janvier 1795
Sosa 51 – Marie Hélis dite Marianne AGUTTES
°1779 +après 1843
9 enfants
|
Sosa 96 et 100 – Pierre MOURET (MAURET)
x 16 juin 1768
Sosa 97 et 101 – Licotte CHIROL
3 enfants
|
Sosa 98 et 102 – Jacques AGUTTES
°1756+1835
x 23 septembre 1777
Sosa 99 et 103 – Anne AGUTTES
°1751+1818
4 enfants
|
Sosa 196 et 204 – Pierre AGUTTES
x
Sosa 197 et 205 – Marguerite CHARBONNEL
4 enfants
|
Sosa 198 et 206 – Jean AGUTTES
x
Sosa 199 et 207 – Anne TISSIER
2 enfants

Pour démêler cette écheveau familial, j’ai mis en couleur les liens parent/enfant :
– Les Sosa 24 et 25 portent le même patronyme.
Je découvre qu’ils sont deux fois cousins germains puisque leurs pères, Sosa 48 et 50 sont frères et que leurs mères, Sosa 49 et 51 sont sœurs créant un bel implexe.
– Les parents des deux sœurs,  les Sosa 98-102 et 99-103 portent également le même patronyme, ce qui laisse supposer qu’ils ont aussi un lien de parenté établissant peut-être un autre implexe. Mais il sera difficile à démontrer car les registres sont lacunaires pour la période.

Mes investigations se sont révélées assez ardues :
Les fratries portent pour la plupart le même prénom : « Jean » pour les garçons et « Marie » pour les filles, prénoms trouvés dans les actes de baptême ou de naissance. Un pseudonyme est donc attribué aux enfants, lequel pseudonyme se retrouve dans les actes mariage ou de décès à la place du prénom.
Mais la difficulté majeure était de ne pas intervertir les enfants des Sosa 48/49 et 50/51 car les actes sont laconiques et donnent peu de renseignements.

A noter que dans le village, la lecture des registres a confirmé que les unions entre frères d’une famille et sœurs d’une autre famille ou le contraire sont une pratique courante du 17e et jusqu’au début du 19e siècle.
De même, qu’il n’est pas rare qu’un parrain et une marraine se marient peu de temps après un baptême, ledit baptême étant certainement une occasion à la rencontre des futurs.

Après avoir croisé mes recherches et consulté la collection départementale et communale des registres en ligne, je pense être arrivée à un résultat correct.
Les alliances entre les AGUTTES et les MOURET sont ainsi avérées et à plus d’un titre.

Et vous, avez-vous déjà trouvé de tels enchevêtrements familiaux ?

 

Sources : A.D Cantal – Virargues

Le testament de Marie BELLEJAMBE…

C’est en parcourant les registres paroissiaux de Noyers-Bocage, village ancestral situé dans le Calvados que j’ai trouvé cette archive insolite établie par le curé du lieu.

Séduite par la poésie du patronyme, je ne résiste pas au plaisir de partager ma découverte.

Marie Bellejambe est âgée de 35 ans et originaire de la paroisse de Saint-Ouen de Caen. Elle est la fille de feu François Bellejambe et de feue Anne Mariotte.
Marie est en visite dans le village de Noyers-Bocage, village situé à 18 km à l’ouest de Caen, pour ses affaires et réside chez un certain Robert Le Val.
Malheureusement, elle tombe malade.
Sentant sa fin proche, on fait appel au curé du village afin de lui administrer les derniers sacrements.
Mais, Marie Bellejambe ne se contente pas de recevoir l’absolution. Ayant quelques biens et étant certainement seule, elle désire disposer de son héritage et s’en confesse auprès du curé.
Ainsi, elle lui dicte ses dernières volontés.
Voici son testament :

Testament Noyers (14)- 1

testament Noyers (14) - 2testament Noyers (14) - 3Testament Noyers (14) - 4Le trentième jour de septembre mille sept cents onze
ayant été appellé et administré les sacrements à
marie bellejambe aagée de trente cinq ans, fille de
feu françois bellejambe et dame mariotte résidente
en la paroisse de St-ouen de caen, venüe en cette
paroisse de noyers pour ces affaires et etant
tombée en maladie dans la maison de Robert
Le val, elle a désiré disposer de ses biens et
fait son testament par devant moy pretre
vicaire de noyers soussigné pour être exécute
et ce sur lheure de midy en la maniere qui
ensui.
Premierement Je recommande mon
ame a Dieu La met sous la protection de la sainte
vierge Marie ma bonne patronne et mon ange
gardien et ayant vescu dans la religion catolique
apostolique et romaine, je désire y mourir.
Secondement je souhaite que mon corps soit
inhumé dans le cimetiere de la paroisse ou
je descederai. Pour faire les frais de mon
inhumation Je donne au St prieur de noyers
savoir La somme de vingt quatre livres aprendre
sur robert leval, dont le billet est dans mon
Coffre de la somme de dix ecus, dont six lui nes seront
données a Jean Lemaitre de noyers pour absorber
le vieux contes entre nous et parce que le dit le
val aura pu faire des frais pour ma maladie
Il seront rabattu sur la somme de vingt quatre
livre et à … payé et rabattu dix livres
troisiemement Je donne et legue  pour prier Dieu

pour moy et mon pere et ma mere au St
prieur de noyers savoir mon coffre draps serviettes
et un Doublier une caises et un paitry (?) sur quoy
Je ne dois que quinze sols par le loyer de ma
maison a le terme de la St Michel dernier passé
quatriemement je donne mes habits et linge
a mon refuge au St prieur de Noyers pour
dire ou faire dire des messes basses a la
valeur des dits meubles et habits aussi bien que
mon lit que je luy donne aussy pour la
meme fin
Je donne ma tasse a bouillon a marguerite paris
femme de robert leval et deux cuillieres detam
fin pour ces bons services dans ma maladie
Lesquels legs jay faie etant en pleine liberté

d‘esprit et de jugement sans contrainte ny
sollicitation, pour etre executez Comme ma
derniere volonté par mr pinet pretre vicaire 
de vendes que jay nomme pour mon executeur
testamentaire, Ce que jay marqué ne pouvant
signer et ne sachant ecrire apres que le present
ma ete lu et relu par maitre fouques noel
pretre vicaire du lieu de noyers en presence
De marin richar et Jean paris tous deux
de noyers.

Marie Bellejambe est décédée le lendemain, 1er octobre et a été inhumée le 2 octobre 1711 dans le cimetière de Noyers :
Son acte de sépulture suit son testament dans le registre .

Bien que Marie Bellejambe n’ait pu signé son testament, on peut penser qu’elle s’est éteinte l’esprit tranquille en ayant disposé de ses biens.

Pour information, j’ai trouvé qu’un « doublier » était, au Moyen Age, une nappe pliée en deux placée devant les personnages importants.
Mais à quoi pouvait servir cette nappe ?
Par ailleurs, j’ai un doute sur le mot « paitry ».
Si vous savez ce que cela peut être, n’hésitez pas à me le dire, ainsi que les deux mots manquants et remplacés par « … »

 

Sources : A.D Calvados – Noyers-Bocage – BMS [1706-1766] page 35 – 36