Le Petit Albert ou les secrets merveilleux de la magie naturelle…

Dans le billet sur les « Amours & Mariages en Auvergne », je fais allusion au « Petit Albert ».

Autrefois, l’Auvergne était une région où la sorcellerie excellait et l’usage du Petit Albert était courant.

Mais qu’est-ce que le Petit Albert ?

Le Petit Albert est un grimoire… de magie..! Il serait inspiré par les écrits de Saint Albert le Grand, né en 1193, théologien, professeur d’université notamment à la Sorbonne et quelque peu sorcier. Néanmoins, Albert le Grand a été canonisé.

En France, le livre est imprimé pour la première fois en 1668, puis réédité de façon régulière.
Ce sont les colporteurs qui le diffusent partout, jusque dans les plus petits hameaux.
Il est associé à un ouvrage jumeau : le Grand Albert. (En Auvergne, on m’a dit que le premier donnait des recettes de magie blanche et le second de magie noire, mais chut…. je ne vous ai rien dit…)

L’édition de cet ouvrage est un succès malgré sa réputation sulfureuse.
Bien sur, au 19è et début du 20è siècle, cela ne réjouit pas l’Eglise . Ses réactions sont négatives à l’encontre de ce livre qui est assimilé à l’usage de la magie noire.
Les gens le lisent, donc, en cachette ; chacun se demandant qui en possède un exemplaire.

La peur aidant, les détenteurs du livre essaient de le faire bénir . Ils le cachent dans l’église à l’insu du curé qui n’est pas dupe. S’il trouve le grimoire, le curé le fait disparaître.
C’est ainsi que naissent les légendes : on dit que le diable vient reprendre ses livres ou qu’il est dangereux de détruire le Petit Albert soi-même et qu’il vaut mieux le confier au curé.

L’attitude de l’Eglise contraste avec le fait que l’ouvrage a eu une longue durée de vie nullement clandestine puisqu’il est édité depuis le Siècle des Lumières. Sans doute, les ecclésiastiques de l’époque ont-ils vu qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat.

Après la révolution, quand la littérature de colportage est interdite, le livre est censuré indirectement.

Le Petit Albert a fait la fortune des éditeurs et celle des colporteurs.
Le succès est d’autant plus étonnant que les recettes proposées ne sont d’aucune utilité pour le lecteur car les formules sont peu praticables. Les ingrédients nécessaires sont coûteux et généralement absents des villages.

Mais, dans la France d’autrefois, les mentalités sont incapables ou ne sont pas désireuses de faire la distinction entre le naturel et le surnaturel. Tous les moyens sont bons pour essayer de maîtriser certains domaines (magie sexuelle, recherche des richesses et de la sécurité, protection contre les dangers…)

Voici la clé donnant l’accès au grimoire : http://www.esotericarchives.com/solomon/petitalb.htm
Mais attention à vous… Je décline toute responsabilité quant au mauvais usage des formules… !!!

Source : Wikipédia + les histoires glanées en Auvergne.

2 réflexions sur « Le Petit Albert ou les secrets merveilleux de la magie naturelle… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *