#MaCuisineAncestrale…La brioche à la tome fraîche…

C’est l’heure de la rentrée pour Ma Cuisine Ancestrale et comme tous les étés, la route du retour passe par l’Auvergne, histoire de rapporter quelques fromages dans nos bagages (enfin, façon de parler), mais aussi de la tome fraîche.
Tiens, connaissez-vous cette dernière ?

La tome fraîche ou tomme fraîche est un caillé fortement pressé, légèrement fermenté et non salé à base de lait de vache, traditionnellement extrait au début du cycle de la fabrication du fromage.
Elle entre dans la préparation de l’aligot et de la truffade mais également dans celle de desserts comme cette brioche.

Tome fraîche est une francisation à caractère pléonastique du mot occitan toma désignant un « fromage frais », ou touma signifiant « fromage non pétri, mou, qui n’a eu qu’une première façon »
L’orthographie française en usage à la fin du  XIXe siècle pour désigner la tome fraîche était « tome » et non « tomme ». A cette époque, l’adjectif fraîche n’était pas utilisé.
Le terme « tome » continue, au début du XXIe siècle, d’être employé par la plupart des producteurs.
La tome fraîche répond indirectement aux critères respectifs des cahiers des charges AOP des fromages desquels elle est issue, mais ne bénéficie en propre d’aucune appellation particulière.

Aujourd’hui, on en trouve aisément dans les rayons de fromages des grandes surfaces.

Pour la recette, suivez le guide :

Composition personnelle CANVA

J’ai servi la brioche avec de la confiture de myrtilles maison… Un régal !

Ce dessert réconfortant fait partie des brioches rustiques auvergnates et ce n’est pas Margaridou, ma cuisinière préférée du lieu qui me contredira, bien que cette fois, je lui ai été infidèle.

Bonne rentrée à toutes et à tous… Et d’ici notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !

Sources :
Origine de la tome Fraîche : wikipédia.org et parcdesvolcans.fr
Recette : sancy.com
Photos : collection personnelle

#Geneatheme… Les naissances multiples n°2…

Alors que dans ma généalogie, les naissances gémellaires ont eu lieu au XVIIe et au XVIIIe siècle, dans celle de Mr, on trouve ces naissances au XIXe et au XXe siècle (et oui, même nos ancêtres se complètent) dont une, dans l’ascendance paternelle et deux, dans l’ascendance maternelle.

Le 18/06/1855 à Léotoing (Haute-Loire) sont nés Louise (à 6h00) et Giraud CHOUSSY (à 7h00).
Ils sont les enfants de Giraud CHOUSSY & Jeanne VIALFONT.
-Louise a épousé Pierre ACHON, cultivateur, le 17/04/1872 à Léotoing. Elle avait 16 ans et lui, 28 ans. Je leur connais quatre enfants.
Giraud est décédé le 29/06/1855 à Léotoing.
Ces jumeaux appartiennent à la parentèle de Mr et non à ses ancêtres directs.

A.D Haute-Loire LEOTOING 1853 1862 6 E 137/8 page 56

Le 29/05/1864 à Saint-Just (Cantal) sont nés Privat dit Adrien & Marie PORTAL.
Ils sont les quatrième et cinquième des sept enfants de Jean-Baptiste PORTAL & Marguerite DELFAUT, Sosa 28 et 29 de Mr.
Privat, cultivateur, épouse Marie Augustine ROCHE, le 27/10/1894 à St-Sauveur-de-Peyre (Lozère). Il décède le 21/11/1953 dans le même village.
Marie épouse Marie Jean-Pierre GOUNY, le 23/02/1895 à Berc (aujourd’hui rattachée aux Monts Verts – Lozère). Je n’ai pas encore trouvé son acte de décès.

A.D Cantal SAINT-JUST 5MI 364/2 1864-1906 Page 9 et 10/251
A.D Cantal SAINT-JUST 5MI 364/2 1864-1906 Page 10/251

Le 24/07/1926 à Saint-Marc (Cantal) sont nés à 4h00, Roger Jean (1er né) et Odette Baptistine MOURET.
Ils sont les troisième et quatrième des neuf enfants de Jean-Marie MOURET, ouvrier agricole & Maria PORTAL, Sosa 6 et 7 de Mr.
-Roger Jean est décédé le 10/09/1926, à Saint-Flour
Odette Baptistine est décédée le 26/09/1926, à Saint-Flour.
Démarche inhabituelle, c’est Maria, leur mère, qui va déclarer leur décès en mairie. Leur père semble absent.

A.D Cantal SAINT MARC 5 MI 741/3-A 1907-1929 Naissances Page 65/77

Voilà l’état des naissances multiples dans nos généalogies. Il est triste de constater que peu de jumeaux sont arrivés à l’âge adulte ensemble.
A croire effectivement que nos ancêtres devaient être punies pour avoir mis au monde ces enfants, comme expliqué ICI.

Les ACHON sont-ils tous cousins ?

En France, il existe trois souches de ACHON : une en Auvergne, une seconde dans l’Aisne et une troisième en Charente-Maritime.
Notons que ACHON est mon patronyme marital et que Mr est originaire de la Haute-Loire.

D’après Jean TOSTI (Généanet), l’origine du patronyme serait la suivante :
Pour la Haute-Loire, il s’agit d’un toponyme : ACHON est le nom d’un hameau à Yssingeaux (Apcho au XIVe siècle).
Il pourrait en être de même dans la Charente-Maritime (un autre hameau s’appelle Achon au Barp, dans la Gironde).
Dans l’Aisne, on pensera plutôt à un nom de personne, cas-régime de Ache (nom d’un saint qui aurait été martyrisé à Amiens).

M.-T. Morlet envisage, pour sa part, un dérivé du mot « hache ».
Ce qui, pour ma part, semble être la définition la plus vraisemblable.
Nous verrons pourquoi plus bas. (*)

D’après le site Filaé, le patronyme ACHON est rare et se situe au 40 709e rang des noms les plus portés :

Source FILAE

Devant le peu de porteurs du nom, se peut-il que l’ensemble des ACHON en France possèdent une lien de parenté ?
Mes recherches ont confirmé que c’était le cas pour ceux de la Haute-Loire, mais j’aimerai savoir si des liens existent réellement avec ceux de l’Aisne et/ou ceux de la Charente-Maritime.

Il se trouve que Mr et moi-même sommes adhérents de l’A.T.F et de l’A.T.A (Association des Tremblay de France et Association des Tremblay d’Amérique).
Ces deux associations réunissent les familles (ascendants, descendants et affiliés) de Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON, le couple fondateur des Tremblay d’Amérique.
Ozanne est originaire de Saintonge en Charente-Maritime et je recherche s’il existe réellement une filiation entre elle et Mr.
J’en ai déjà parlé à plusieurs reprises, ici et .

Il apparait que les ACHON de Charente Maritime et ceux de l’Aisne sont apparentés, ce qui contredit la définition des origines du nom avancé par Jean Tosti (*)
Par ailleurs, je n’ai trouvé aucun lien entre les ancêtres de Mr et Yssingeaux.

Voici l’histoire des ACHON dont la génèse débute en Charente-Maritime :

Pierre ACHON naît vers 1575. Il épouse Suzanne TARDY vers 1600. Le couple réside à Savarit, lieu-dit de la commune de Chambon (17290).
Cinq enfants naissent de ce mariage et sont baptisés en l’église Notre-Dame-de-l’Assomption :

Source : Pierre Tremblay & Ozanne ACHON – De la France au Québec par Denise Tremblay-Perron et Jany Grassiot

C’est *Ozanne, née en 1633, fille de Jean & Hélène REGNAULT qui part en Nouvelle-France pour épouser Pierre TREMBLAY.
Intéressons-nous également au couple *Isaac ACHON & Marguerite MANCEAU :

Source : Pierre Tremblay & Ozanne ACHON – De la France au Québec par Denise Tremblay-Perron et Jany Grassiot

Adulte, Isaac ACHON fils, °03/04/1639, réside à Saint-Jean-du-Breuil (la paroisse Saint-jean-du-Breuil autrefois nommée Breuil-Saint-Jean est une ancienne paroisse rattachée à Landrais)
Quelle raison le pousse à partir se marier et s’installer dans l’Aisne ?

Source : www.distanceentredeuxvilles.com


Le 2 mars 1666, Isaac, manouvrier, épouse Marie MESUREUR à Etréaupont (02).
Le couple aurait eu quatre enfants. Personnellement, je n’en ai trouvé que trois :

1-Jeanne ° 03/04/1667 – + 15/04/1739 – X 16/11/1688 avec Sébastien LARMUSEAUX – 7 enfants,
2-Barthélémy ° vers 1670 (je n’ai trouvé ni l’acte de baptême, ni l’acte de décès) – X 01/06/1699 avec Nicole VITOUX – 4 enfants,
3- Marie Anne ° 29/05/1672 – +19/08/1707 – X 01/10/1694 avec Jean COROYEZ – 4 enfants.

Fichier personnel HEREDIS
Acte de mariage Isaac ACHON & Marie MESUREUR – A.D Aisne ETREAUPONT 5Mi0748 – 1658 1676 Page 38/248


Le hasard veut que je possède, également, des ancêtres paternels à Etréaupont. Il s’agit de Etienne NOIRON x Marie PRUSSE, Sosa 1344-1345 et je leur connais 6 enfants.

Fichier Personnel HEREDIS

Je descends de Pierre né en 1664, marié le 07/01/1687 avec Marie DUPREZ.

La généalogie nous entraîne sur des chemins aussi surprenants qu’inattendus puisqu’en m’intéressant à la descendance de Gilles, frère de Pierre, je trouve des liens de parenté avec la famille d’Isaac ACHON.

Gilles NOIRON a épousé Anne MICHEL et je leur connais 4 enfants, dont
-Marguerite (+1684 – X en 1665 avec Jean LARMOUSEAUX) qui n’est autre que la mère de Sébastien LARMOUSEAUX, l’époux de Jeanne ACHON,
-André (+1719) qui a épousé le 28/01/1687, Jeanne VITOUX qui est la sœur de Nicole VITOUX, l’épouse de Barthélemy ACHON.

Fichier personnel HEREDIS

Aujourd’hui, je ne peux pas encore affirmer que les ACHON sont tous cousins…
les archives n’ayant pas encore révélé entièrement leurs secrets.
Cela viendra, sans doute, un jour…mais, la surprise est qu’elles ont confessé mes liens de filiation avec certains d’entre eux.
Comme disent nos amis québécois : « Je suis bien chanceuse » car quelle probabilité existait-il pour qu’il y ait corrélation entre mes ancêtres et les ACHON ?


Sources :
Pierre TREMBLAY – Ozanne ACHON De la France au Québec – Denise TREMBLAY-PERRON et Jany GRASSIOT
A.D Aisne ETREAUPONT
BMS
Image gratuite PIXABAY : child – 1096177



Une demande de passage gratuit pour Madagascar…

#LeMoisGeneatech Semaine 1 = Présentez une source peu ou pas connue.

Vous avez probablement utilisé un jour dans vos recherches généalogiques une source plus originale que les habituels registres – paroissiaux ou d’état civil – , les actes notariés ou les registres matricules ? Avez vous plongé dans les archives judiciaires, les archives commerciales, les archives de la police ou des hôpitaux? Et les archives du monde du travail, les archives des écoles, les transmissions orales de souvenirs, les monographies communales, les sociétés savantes ? Et tant d’autres … Racontez nous comment vous avez utilisé cette ressource moins habituelle et partagez votre expérience.

Pour l’occasion, je réécris et complète un article édité en 2013.
Il est question d’un document trouvé dans la série M aux Archives Départementales du Cantal concernant un droit de passage gratuit pour les colonies.

Jean-Pierre Mouret et Elisabeth Rigal, sont les Sosa 12 & 13 de Mr. Ils sont tous deux cultivateurs et originaires de Virargues, un village situé à quelques lieues de Murat dans le Cantal.

Jean-Pierre est né le 4 mars 1844 et Elisabeth, le 13 mai 1850 dans le
hameau d’Auxillac.
Le 21/10/1871, Jean-Pierre et Elisabeth se marient dans la petite église Saint Jean-Baptiste en ayant établi un contrat de mariage chez Maître Tessedre à Murat, le 7 octobre.

Eglise Saint Jean-Baptiste de Virargues – XIIe-XVe et XVIe siècle

Entre 1872 et 1891, Elisabeth met au monde 8 enfants (7 garçons et 2 filles) dont le premier né décède à l’âge de 8 mois.
Le petit dernier n’apparait pas encore dans le recensement ci-dessous.

A.D Cantal – Recensement Virargues 1891

Pendant ce temps-là, la France pacifie et colonise, non sans avoir bataillé, une ile située dans l’océan indien, Madagascar.

Jean-Pierre et Elisabeth vont quitter leur village natal pour cette terre lointaine.
Mais comment entreprendre un tel voyage quand on n’a pas le sou au 19e siècle. Et bien, on sollicite un droit de passage gratuit (je suppose que cette gratuité est relative)
C’est ce que fait, Jean-Pierre, le 4 janvier 1898, auprès du Ministère des Colonies.
Il remplit, également, une fiche de renseignements qui est approuvée par le dit ministère le 18 février.

A.D Cantal – Série M

Jean-Pierre et Elisabeth et sept de leurs enfants (l’ainé des garçons, âgé de 24 ans, est resté en Auvergne) entreprennent un long voyage.
La traversée en bateau dure plus d’un mois en partant de Marseille et en empruntant le canal de Suez.

Carte de Madagascar en 1895

Ils s’installent à Sakatolo dans la province de Mananjary (point rouge sur la carte) dans le sud-est de l’île.

ANOM – Base Ulysse – Mananjary Côte est – août 1898
Journal officiel de Madagascar et dépendances – 1898 – Gallica BNF

Le port de Mananjary est un des ports le plus important de la côte orientale.

*D’une manière générale, le climat est assez salubre mais le paludisme est à redouter et les nouveaux venus n’y échappent guère. 
La population, dans cette région, s’élève à 67886 habitants dont 61 français, 77 étrangers, 20 asiatiques et 67728 indigènes.
*L’agriculture est appelée à prendre un grand développement dans la région, mais les frais de premier établissement sont onéreux.
Les produits d’exportation sont le café, le cacao, la canne à sucre, la vanille, le girofle et le poivre ; les autres cultures indigènes sont le manioc, le riz, la patate.
Le ricin pousse à l’état sauvage ; on pourrait en tirer parti pour obtenir de l’huile.
La principale industrie est la fabrique de nattes, paniers et vêtements en rabane.
(Source : annuaire de Madagascar et dépendances – 1899 – Bibliothèque Généanet)

Malheureusement, leurs espoirs d’une vie nouvelle est brève et s’achève brutalement.
Jean-Pierre décède le 22 octobre 1898 , suivi par Elisabeth le 27 novembre et
d’Angèle, la plus jeune de leurs deux filles, le 4 décembre.
Ces décès successifs sont probablement dus à l’épidémie de peste venue des Indes qui sévit alors dans l’île.
Les six autres enfants sont rapatriés en France.
Ils apparaissent dans le recensement de 1901 à Virargues dans la famille de Jacques Delpirou & de Catherine Rigal (sœur d’Elisabeth).

En février 1899, l’Auvergnat de Paris rapporte cet article funèbre et erroné.

Pour terminer mon billet, j’ai appliqué les conseils judicieux de Sophie en réalisant une frise chronologique avec Frisechrono.fr
Voir la vidéo sur la chaîne YouTube de GENEATECH.

Frise chronologique réalisée avec Frisechronos.fr

Histoire du fils…

En décembre, le père Noël m’a apporté le livre de Marie-Hélène LAFON – Histoire du fils – Editions Buchet-Chastel – Prix Renaudot 2020 –

J’ai lu ce roman en moins de deux jours happée par le récit.

Le fils, c’est André… aimé, choyé par sa famille de substitution ; aimé aussi, à sa manière, par sa mère biologique. André pourrait être heureux, mais peut-on être totalement heureux quand l’âme est meurtrie par l’absence d’un parent.

La mère, c’est Gabrielle… qui se veut libre et libérée dans une époque où cela n’est pas bien vu, et où, les apparences sont omniprésentes… Gabrielle se dit heureuse, car dans le cœur de Gabrielle, il y a l’envie de… Mais, l’envie à « double fond » ne sera jamais comblée.

Le père est inconnu… Ce père est un « sauvage » traumatisé par un drame familial alors qu’il n’avait que 5 ans… Ce père ne sera jamais heureux car son cœur est marqué au fer rouge par un cri incandescent.

Et puis, il y a Hélène mariée à Léon, la sœur de Gabrielle, la mère de substitution avec un cœur débordant d’amour et d’affection pour son entourage et surtout pour André, ce fils, qu’elle n’a pas porté.

C’est finalement, Antoine, le fils d’André qui démêlera l’écheveau de ces vies emmêlées et silencieuses sur trois générations et qui dressera l’arbre généalogique de sa famille enfin réunie.

Ce pourrait être encore une histoire familiale banale avec des silences, des non-dits… et où le cœur a ses raisons que la raison ignore.
Mais l’écriture nette, concise et percutante de Marie-Hélène LAFON nous tient en haleine du début à la fin de son récit et nous fait sauter à cloche-pied d’époque en époque où l’avenir est indissociable du passé !

Bref ! J’ai aimé ce livre et je vous le recommande !

Sources :
Histoire du fils – Marie Hélène LAFON – Prix Renaudot 2020
Editions Buchet-Chastel – ISBN 978-2-283 -03280-0
Photo : collection personnelle



#MaCuisineAncestrale… La brioche de Riom…

Lors du salon virtuel de généalogie du 27 juin, S….., généalogiste réputée et gourmande m’a demandé une recette de brioche…

Et, c’est Margaridou, ma cuisinière auvergnate préférée, qui m’a soufflé une de ses recettes.

– Lorsque tu rendras visite à tes cousins, passes à Riom* m’a-t-elle dit … Là-bas, on réalise une brioche mousseline très fine ! Mais, attention… cette brioche demande à la cuisinière de ne pas être du genre de ces étourdies qui ne savent pas, le matin, ce qu’elles feront à quatre heures ou le soir…

C’est indéniable, Margaridou ne mâche pas ses mots, mais elle a le cœur sur la main… puisqu’elle m’a confié sa recette, que voici :

Composition Canva

Margaridou ajoute :
– « La brioche doit être tendre et moelleuse, d’un beau jaune qui sent bon, au milieu d’une croûte ferme.
Si on prépare cette brioche à l’avance, il faut la faire tièdir avant de la servir.
« 

– « Autrefois, cette brioche était une pâtisserie bourgeoise. On la servait le matin avec du chocolat au petit déjeuner d’un invité de marque, à quatre heures avec le thé, dans la soirée avec un verre de vin mousseux que l’on prenait au retour du théâtre.« 

S….., j’espère que cette recette assouvira ta gourmandise 😀

Je laisse Margaridou tout en la remerciant et en lui promettant de revenir la voir…
Et comme il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte, je vous dis, également :
-Régalez-vous en attendant notre prochain rendez-vous ! Moi, c’est déjà fait !


*Riom se situe au nord du département du Puy-de-Dôme, à 15 kms de Clermont-Ferrand.

Sources :
Margaridou – Journal et recettes d’une cuisinière au pays d’Auvergne – Suzanne ROBAGLIA – Editions Créer
Images :
RIOM – Détours en France – Pinterest
Brioche = Collection personnelle

Le coupeur de poils…

Illustration : La hotte du chiffonnier

Il a deux jours, je complétais une fratrie dans l’arbre de Mr et je trouvais un coupeur de poils… J’avoue avoir souri en découvrant ce terme !
Les métiers de nos ancêtres sont parfois aussi surprenants que les hommes qui les exerçaient…

Le coupeur de poils se nomme Charles ALIT et il est né le 27 novembre 1859 à Belleville (Seine).
En ce temps-là, Belleville vit ses derniers moments de petit village au passé vigneron et maraîcher et réputé pour ses guinguettes. En 1860, l’urbanisation et la démographie de la capitale augmentant, Belleville est rattaché à Paris pour n’être plus qu’un quartier.

Charles ALIT est le fils de Pierre et de Antoinette TIVEYRA, résidant, tous trois, au 44, rue Planchat dans le 20e arrondissement. Ils exercent le métier de « coupeurs de poils ».
La rue Planchat se situe entre Belleville et Charonne (village limitrophe de Belleville et rattaché en même temps que ce dernier à Paris)

Alors que les provinciaux montent à la capitale, Charles, 22 ans, descend en Auvergne, à Blesle en Haute-Loire, pour y épouser Elise ACHON, 19 ans, n° 4 sur 6 des enfants de Jean, négociant et de Anne CHASSANG.
Jean est un descendant de Jacques ACHON, laboureur et de Jeanne ANDRIEUX, Sosa 64-65 de Mr.
Le mariage a lieu le 7 octobre 1882 en présence des deux familles.

A ce stade de mon récit, il est temps de vous expliquer ce qu’est le métier de coupeur de poils… Ce n’est ni un coiffeur, ni un barbier… Que nenni !
Il s’agit d’un ouvrier qui travaille à la préparation des poils de différents animaux pour l’élaboration du feutre servant à la confection des chapeaux.
J’ai trouvé sur le site Gallica Bnf, un livre intitulé « La hotte du chiffonnier » qui explique très bien le sujet, découvrez le chapitre concerné, ICI

Et les ouvriers les plus expérimentés en la matière sont auvergnats… CQFD !

Revenons à Charles… A partir de son acte de mariage, j’ai tenté de reconstituer son parcours professionnel…

Après les noces, Charles et Elise s’installent à Paris chez les parents de Charles. En juillet 1883, naît un garçon, Louis Antoine qui hélas décède en avril 1889.
Le couple déménage, alors, dans le 11e arrondissement, au 62, rue Alexandre Dumas.
Louise Octavie et Jeanne Eugénie y naissent le 30 avril 1891.

Peut-être Charles a t-il travaillé dans une couperie de poils qui se situe au 49 rue de Bagnolet, tout près de son domicile… Découvrez l’article fort instructif et en lien avec le mien de Denis COSNARD, un journaliste qui explore le Paris industriel.

Les mentions marginales sur l’acte de naissance de Elise ACHON indiquent qu’elle est décédée en 1947 à Montreuil (Seine), devenu Montreuil-sous-bois (Seine Saint-Denis)
Mes recherches confirment que le couple et les jumelles résident dans cette commune en 1926 comme le montre les tables de recensements de cette année-là. Elise est nommée Julia.
Charles est également inscrit sur la liste électorale.

Recensements Montreui-sous-Bois 1926 Vol.1 D2M8/84 Page 26/331

A cette époque, Charles travaille chez C. et E. CHAPAL, une usine de pellerie, de couperie et de teinture mais, il est dit pelletier.
Le pelletier est un artisan qui pratique le travail de diverses peaux d’animaux, pour le cuir ou la fourrure.

Patrimoine.seinesaintdenis.fr

En renseignant le patronyme ALIT dans la bibliothèque Généanet, j’ai également trouvé ces trois lignes dans le Journal Officiel du 5 avril 1920.
Charles, vice-président de la société de secours mutuel de la maison CHAPAL, est récipiendaire de la médaille de bronze qui récompense les services rendus à la mutualité. Cette médaille lui est remise par le ministère de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociale.

Bibliothèque Généanet : Journal Officiel 5 avril 1920 – Gallica Bnf

Charles est décédé après 1926 et avant 1931. Il n’apparaît plus dans les tables de recensements de 1931.
Louise, l’aînée des jumelles, institutrice, décède en 1948 à Montreuil-sous-Bois, un an après Elise.
Jeanne, la seconde, employée, disparaît à Blesle en Haute-Loire en 1967.
Elles ne se sont, à priori, pas mariées.

A Montreuil, l’usine CHAPAL n’emploie plus de coupeurs de poils. Elle a fermée ses portes et s’est reconvertie en collectif d’artistes.

Ces recherches sur Charles, « coupeur de poils » m’ont permis de découvrir un métier insolite ainsi que le Paris de jadis d’autant que j’ai longtemps habité dans le 11e arrondissement tout près de l’endroit où résidait la famille ALIT sans connaître tout cela.

Sources :
paris-atlas-historique.fr : histoire de Belleville et de Charonne
Gallica-Bnf : La hotte du chiffonnier (5e édition) – Louis PAULIAN
patrimoine.seinesaintdenis.fr : historique usines CHAPAL
Des usines à Paris – blog de Denis COSNARD
Généanet – Bibliothèque : J.O du 5 avril 1920
A.D Haute-Loire – Blesle
A.D Paris
A.D Seine saint-Denis – Montreuil-sous-Bois


Mes ancêtres de Noël…

Sur une idée de Sophie Boudarel, @gazetteancetres de raconter ses #SosaNoel et après ce jour de fête en famille… le calme revenu, je recherche mes ancêtres de Noël.
A vrai dire, aucun ne s’appelle Noël mais, mon arbre compte 5 événements qui ont eu lieu un 25 décembre.

En Auvergne, à Saint-Géron (43), le mardi 25 décembre 1736 naît Jean CHAZAL. Il est le n° 3 sur 7 des enfants de Jean dit Madias & Marie BARBIER, Sosa 320-321 de Mr. Sa vie sera courte car il décède à peine âgé de 25 ans, muni des sacrements, le 15 avril 1762.

En 1753, à Marcy-sous-Marle dans l’Aisne, le 25 décembre est synonyme de deuil… Marie Jeanne BERTRAND, Sosa 191, décède à l’âge de 33 ans.
Née le 20 avril 1720 à Autremencourt, elle est la fille de Jean & de Elisabeth Brizet. Elle épouse Pierre Tellier (Tillier), Sosa 190, valet de charrue, le 28 janvier 1841.
Marie-Jeanne, leur première fille et Sosa 95, naît le 28 mars 1742.
Agnès Félicité, sa sœur, arrive au monde, le 20 mars 1753, mais elle ne connaîtra pas sa maman.

Retour en Auvergne, quelques années plus tard, à Léotoing (43), le 25 décembre 1809 voit la naissance de Pierre ACHON. Il est le troisième enfant sur huit de Géraud & Anne MENIAL et l’arrière petit-fils de Jacques & Jeanne ANDRIEUX, Sosa 64-65 de Mr.
Pierre est cultivateur et épouse Jeanne SOULALIOUX, le 23 juillet 1856. Pour l’anecdote, sa date de naissance est erronée sur l’acte de mariage et est renseignée : 23 janvier 1809.

La dernière naissance de mon arbre célébrée le jour de Noël est celle de Stéphanie Louise WALLON, née le 25 décembre 1860 à Athies-sous-Laon dans l’Aisne. Elle est le première enfant sur quatre de Jules Victor & Octavie Louise MEREAUX, Sosa 10-11.
Stéphanie Louise épouse Amable Alfred MOREAUX, le 19 mai 1883. Tous deux manouvriers, ils ont onze enfants.
Stéphanie Louise décède le 6 juin 1948 à Laon. Elle a 87 ans.

Pour terminer ce billet… Jouez bombardes, raisonnez binious… car on célèbre un mariage en Bretagne. Le 25 décembre 1813 à Irvillac dans le Finistère, Anne BILLAND épouse Alain HELEQUET.
Anne est le n° 6 sur 8 des enfants de Guillaume & Anne GUILLOU, Sosa 116-117.


Sources :
Archives Départementales Aisne
Archives départementales Haute-Loire
Cercle Généalogique du Finistère
Image : Pixabay.com
















#ChallengeAZ… Querelle…

Avec la lettre Q, il existe dans mon cabinet de curiosités une vieille Querelle partagée en 2016 et remaniée pour le #ChallengeAZ… Sans rancune !  😁

L’histoire se passe en Auvergne, à la veille de la Première Guerre Mondiale.

C’est l’histoire d’un frêne qui pousse dans une haie vive… D’une haie qui est tiraillée entre deux compères qui revendiquent chacun sa paternité… D’un frêne qui meurt sous les coups d’une hache… Des coups qui mènent ses soi-disant pères devant les tribunaux !

Reymond ACHON, le Grand-Père de Mr et Pierre MIRIAL sont chacun propriétaire d’un pré séparé par la fameuse haie.
Pierre cueille, coupe, taille et profite des « fruits et produits » provenant de ladite haie… Mais, des disputes éclatent entre Reymond et Pierre à ce sujet.
La polémique enfle, et en février 1912, Grand-Père Reymond coupe un frêne et s’approprie son bois !

Mais, quelle mouche l’a piqué !

Son geste plonge le village, jusqu’alors paisible, dans une énorme controverse.
L’affaire fait grand bruit  : on crie, on vocifère, on menace… A la veillée, on jase au coin de l’âtre … Des clans se forment…
Le crime ne restera pas impuni ! On saisit la justice ! En l’occurrence, c’est Pierre qui la saisit…
Justice qui, dans un premier temps, ne possédant pas assez d’éléments pour statuer a recours à l’expertise !

On nomme, donc, un géomètre dont le rôle est de visiter les lieux litigieux, en dresser un plan, vérifier les allégations des plaideurs, rechercher les bornes séparant les propriétés, déterminer par lesdites bornes si la haie doit être considérée comme mitoyenne ou comme appartenant exclusivement à l’une ou à l’autre des parties, rechercher si l’arbre abattu par Achon se trouve sur sa propriété ou, au contraire, sur la ligne séparatrice des deux propriétés.
L’expert pourra s’entourer de tous renseignements utiles et entendre tous indicateurs, qu’il tentera de concilier les parties ou à défaut de conciliation dressera de ses opérations un rapport qu’il transmettra par la Poste sous pli recommandé au Greffe du Tribunal Civil.

L’opération est fixée au matin du 25 février 1913, mais à cause du mauvais temps celle-ci est reportée au mardi 18 mars 1913 à 9 heures précises.

Ah, voilà qu’en plus, le ciel ajoute son grain de sel… ou plutôt ses gouttes de pluie… à l’affaire !

Enfin, l’expert, Vital ALLEGRE, accompagné des protagonistes, procède à toutes les vérifications demandées par le Tribunal et établit un plan ainsi qu’un rapport de quatorze feuillets.
Le rapport est un savoureux mélange de Clochemerle et d’analyse géométrique !

IMG_2041

Aucune conciliation n’étant possible, Pierre et Reymond comparaissent devant le Tribunal Civil de Brioude.

Le 19 décembre 1913, la Justice rend son verdict :
… Attendu qu’il résulte de l’exploit introductif d’instance que le Sieur Mirial prétendait être propriétaire exclusif tant de la haie séparant de son terrain de celui du Sieur Achon, que des arbres s’y trouvant et aussi du sol sur lequel cette haie et ces arbres étaient enracinés, qu’il faisait, en outre, grief au défendeur d’avoir abattu et de s’être approprié un arbre, s’élevant dans cette haie et lui réclamait de ce chef une somme de mille francs à titre de dommages et intérêts et s’entendre à être condamné aux dépens…
… Attendu que l’expert indique dans son rapport que les parcelles numéros un et deux du plan sont exactement délimitées par la ligne déterminée par le milieu des deux bornes A et X ; que cette ligne traversant longitudinalement la haie dans son milieu, il s’en suit que cette haie est mitoyenne.
… Attendu que Achon reconnait avoir coupé le frêne dont la souche existe encore au point S du plan
… Attendu qu’étant donné le caractère de mitoyenneté de la haie, les arbres qui s’y trouvent sont également mitoyens (article 670 du code civil), qu’en procédant à l’abattage de cet arbre, Achon a incontestablement contrevenu aux dispositions des articles 669 et 670 du code civil qui indiquent que tant que dure la mitoyenneté de la haie, les produits en appartiennent aux propriétaires par moitié 
Mais attendu que de son côté, Mirial a reconnu qu’il avait taillé régulièrement la haie et les arbres de diverses grosseurs marquées par les lettres R,R’, P et O du plan, qu’en ce faisant, il a également outrepassé ses droits et n’a pas respecté le caractère de mitoyenneté de la haie
… Attendu enfin, que l’expert estime que la valeur de l’arbre coupé par Achon est sensiblement égale à celle du produit de l’élagage dont le demandeur a profité et que de ce chef les susnommés ne se doivent rien
… Par ces motifs, le Tribunal après en avoir délibéré, statuant publiquement… déclare Mirial mal fondé dans toutes ses demandes, fins et conclusions, l’en déboute et le condamne aux dépens…

Qui est bien qui finit bien, l’honneur de la famille ACHON est sauf !
Néanmoins, l’histoire ne dit pas si Reymond et Pierre sont restés fâchés.

Quelques mois plus tard, la grande Histoire, elle, plonge définitivement dans l’oubli cette brouille qui a fait beaucoup de bruit pour pas grand chose !

Et vous, avez-vous trouvé des archives relatant des querelles de voisinage ?

 

Sources : archives familiales
Image libre de droit : Getty.fr

#MaCuisineAncestrale… Le cornet de Murat…


En octobre, nous rendons visite à Margaridou.
Vous vous souvenez… elle est la cuisinière auvergnate préférée de #MaCuisineAncestrale.

Aujourd’hui, Margaridou nous raconte l’histoire de Murat, petite cité du Cantal bien connue des ancêtres de Monsieur.

Murat mérite qu’on la découvre… Ses rues étroites où s’étagent les maisons aux porches de pierre sculptée, les merveilles de ses retables, Sa Vierge noire qui fait des miracles (c’est Margaridou qui le dit)…
Murat, c’est aussi la patrie des dentelles de fil aux fuseaux et sa spécialité gastronomique est un gâteau en forme de surprise !

Hommage aux petits pâtres du Cantal qui portaient à leur ceinture, une coma (corne bovine) contenant du sel qu’ils distribuaient à leurs vaches au moment de la traite, le Cornet de Murat s’enroule sur lui-même imitant cette corne.

Les auvergnats aiment à remplir ce cornet de crème fouettée et à le déguster avec une bonne bouteille de vin.

J’espère ne pas froisser Margaridou… mais sa recette étant succincte, j’ai triché et ai suivi une recette plus précise pour réaliser six cornets :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3705-1024x937.jpg.

– 1 œuf entier + 1 blanc d’œuf
– 85 g sucre
– 60 g farine

35 g beurre fondu
vanille liquide ou un verre à liqueur de rhum ou d’eau de fleur d’oranger

Mélangez le blanc d’œuf, l’œuf entier et le sucre,
Fouettez pendant 5 minutes jusqu’à ce que le tout blanchisse,
Ajoutez la farine tamisée et mélanger,

Versez le beurre fondu refroidi et mélanger,
Sur une tôle huilée ou anti-adhésive,
formez des disques de 10 cm de diamètre,
Enfournez dans le four chaud (220°) et laisser cuire environ 6 minutes jusqu’à ce que la pâte soit dorée,
A la sortie du four, formez aussitôt les cornets : roulez les disques encore chauds sur eux-mêmes, comme pour faire des cornets de papier,
Laissez refroidir,

(Petit conseil : plantez les cônes dans les alvéoles d’une boite d’œufs jusqu’à complet refroidissement)
Garnir avec l’appareil de votre choix , sucré ou salé : crème fouettée nature, avec des fruits (myrtilles, mûres…), ajouter de la confiture ou du miel, mousse au chocolat, glace.
.. en version salé : mousse aux champignons, au foie gras

Laissez parler votre imagination !

Les cornets vides se conservent plusieurs jours dans une boite en métal.

Chaque année, Murat fête son gâteau, le troisième dimanche de septembre. A cette occasion, plusieurs milliers de cornets sont vendus, de quoi ravir les plus gourmands !

En attendant notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !



Sources :
Image Murat : jplours.fr/murat

Photos : collection personnelle
Margaridou, journal et recettes d’une cuisinière au pays d’auvergne – Suzanne Robaglia – Editions CREER
Recette : Les secrets de Muriel –
https://www.youtube.com/watch?v=y4-N6BpZ8H4