Histoire du fils…

En décembre, le père Noël m’a apporté le livre de Marie-Hélène LAFON – Histoire du fils – Editions Buchet-Chastel – Prix Renaudot 2020 –

J’ai lu ce roman en moins de deux jours happée par le récit.

Le fils, c’est André… aimé, choyé par sa famille de substitution ; aimé aussi, à sa manière, par sa mère biologique. André pourrait être heureux, mais peut-on être totalement heureux quand l’âme est meurtrie par l’absence d’un parent.

La mère, c’est Gabrielle… qui se veut libre et libérée dans une époque où cela n’est pas bien vu, et où, les apparences sont omniprésentes… Gabrielle se dit heureuse, car dans le cœur de Gabrielle, il y a l’envie de… Mais, l’envie à « double fond » ne sera jamais comblée.

Le père est inconnu… Ce père est un « sauvage » traumatisé par un drame familial alors qu’il n’avait que 5 ans… Ce père ne sera jamais heureux car son cœur est marqué au fer rouge par un cri incandescent.

Et puis, il y a Hélène mariée à Léon, la sœur de Gabrielle, la mère de substitution avec un cœur débordant d’amour et d’affection pour son entourage et surtout pour André, ce fils, qu’elle n’a pas porté.

C’est finalement, Antoine, le fils d’André qui démêlera l’écheveau de ces vies emmêlées et silencieuses sur trois générations et qui dressera l’arbre généalogique de sa famille enfin réunie.

Ce pourrait être encore une histoire familiale banale avec des silences, des non-dits… et où le cœur a ses raisons que la raison ignore.
Mais l’écriture nette, concise et percutante de Marie-Hélène LAFON nous tient en haleine du début à la fin de son récit et nous fait sauter à cloche-pied d’époque en époque où l’avenir est indissociable du passé !

Bref ! J’ai aimé ce livre et je vous le recommande !

Sources :
Histoire du fils – Marie Hélène LAFON – Prix Renaudot 2020
Editions Buchet-Chastel – ISBN 978-2-283 -03280-0
Photo : collection personnelle



#MaCuisineAncestrale… La brioche de Riom…

Lors du salon virtuel de généalogie du 27 juin, S….., généalogiste réputée et gourmande m’a demandé une recette de brioche…

Et, c’est Margaridou, ma cuisinière auvergnate préférée, qui m’a soufflé une de ses recettes.

– Lorsque tu rendras visite à tes cousins, passes à Riom* m’a-t-elle dit … Là-bas, on réalise une brioche mousseline très fine ! Mais, attention… cette brioche demande à la cuisinière de ne pas être du genre de ces étourdies qui ne savent pas, le matin, ce qu’elles feront à quatre heures ou le soir…

C’est indéniable, Margaridou ne mâche pas ses mots, mais elle a le cœur sur la main… puisqu’elle m’a confié sa recette, que voici :

Composition Canva

Margaridou ajoute :
– « La brioche doit être tendre et moelleuse, d’un beau jaune qui sent bon, au milieu d’une croûte ferme.
Si on prépare cette brioche à l’avance, il faut la faire tièdir avant de la servir.
« 

– « Autrefois, cette brioche était une pâtisserie bourgeoise. On la servait le matin avec du chocolat au petit déjeuner d’un invité de marque, à quatre heures avec le thé, dans la soirée avec un verre de vin mousseux que l’on prenait au retour du théâtre.« 

S….., j’espère que cette recette assouvira ta gourmandise 😀

Je laisse Margaridou tout en la remerciant et en lui promettant de revenir la voir…
Et comme il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte, je vous dis, également :
-Régalez-vous en attendant notre prochain rendez-vous ! Moi, c’est déjà fait !


*Riom se situe au nord du département du Puy-de-Dôme, à 15 kms de Clermont-Ferrand.

Sources :
Margaridou – Journal et recettes d’une cuisinière au pays d’Auvergne – Suzanne ROBAGLIA – Editions Créer
Images :
RIOM – Détours en France – Pinterest
Brioche = Collection personnelle

Le coupeur de poils…

Illustration : La hotte du chiffonnier

Il a deux jours, je complétais une fratrie dans l’arbre de Mr et je trouvais un coupeur de poils… J’avoue avoir souri en découvrant ce terme !
Les métiers de nos ancêtres sont parfois aussi surprenants que les hommes qui les exerçaient…

Le coupeur de poils se nomme Charles ALIT et il est né le 27 novembre 1859 à Belleville (Seine).
En ce temps-là, Belleville vit ses derniers moments de petit village au passé vigneron et maraîcher et réputé pour ses guinguettes. En 1860, l’urbanisation et la démographie de la capitale augmentant, Belleville est rattaché à Paris pour n’être plus qu’un quartier.

Charles ALIT est le fils de Pierre et de Antoinette TIVEYRA, résidant, tous trois, au 44, rue Planchat dans le 20e arrondissement. Ils exercent le métier de « coupeurs de poils ».
La rue Planchat se situe entre Belleville et Charonne (village limitrophe de Belleville et rattaché en même temps que ce dernier à Paris)

Alors que les provinciaux montent à la capitale, Charles, 22 ans, descend en Auvergne, à Blesle en Haute-Loire, pour y épouser Elise ACHON, 19 ans, n° 4 sur 6 des enfants de Jean, négociant et de Anne CHASSANG.
Jean est un descendant de Jacques ACHON, laboureur et de Jeanne ANDRIEUX, Sosa 64-65 de Mr.
Le mariage a lieu le 7 octobre 1882 en présence des deux familles.

A ce stade de mon récit, il est temps de vous expliquer ce qu’est le métier de coupeur de poils… Ce n’est ni un coiffeur, ni un barbier… Que nenni !
Il s’agit d’un ouvrier qui travaille à la préparation des poils de différents animaux pour l’élaboration du feutre servant à la confection des chapeaux.
J’ai trouvé sur le site Gallica Bnf, un livre intitulé « La hotte du chiffonnier » qui explique très bien le sujet, découvrez le chapitre concerné, ICI

Et les ouvriers les plus expérimentés en la matière sont auvergnats… CQFD !

Revenons à Charles… A partir de son acte de mariage, j’ai tenté de reconstituer son parcours professionnel…

Après les noces, Charles et Elise s’installent à Paris chez les parents de Charles. En juillet 1883, naît un garçon, Louis Antoine qui hélas décède en avril 1889.
Le couple déménage, alors, dans le 11e arrondissement, au 62, rue Alexandre Dumas.
Louise Octavie et Jeanne Eugénie y naissent le 30 avril 1891.

Peut-être Charles a t-il travaillé dans une couperie de poils qui se situe au 49 rue de Bagnolet, tout près de son domicile… Découvrez l’article fort instructif et en lien avec le mien de Denis COSNARD, un journaliste qui explore le Paris industriel.

Les mentions marginales sur l’acte de naissance de Elise ACHON indiquent qu’elle est décédée en 1947 à Montreuil (Seine), devenu Montreuil-sous-bois (Seine Saint-Denis)
Mes recherches confirment que le couple et les jumelles résident dans cette commune en 1926 comme le montre les tables de recensements de cette année-là. Elise est nommée Julia.
Charles est également inscrit sur la liste électorale.

Recensements Montreui-sous-Bois 1926 Vol.1 D2M8/84 Page 26/331

A cette époque, Charles travaille chez C. et E. CHAPAL, une usine de pellerie, de couperie et de teinture mais, il est dit pelletier.
Le pelletier est un artisan qui pratique le travail de diverses peaux d’animaux, pour le cuir ou la fourrure.

Patrimoine.seinesaintdenis.fr

En renseignant le patronyme ALIT dans la bibliothèque Généanet, j’ai également trouvé ces trois lignes dans le Journal Officiel du 5 avril 1920.
Charles, vice-président de la société de secours mutuel de la maison CHAPAL, est récipiendaire de la médaille de bronze qui récompense les services rendus à la mutualité. Cette médaille lui est remise par le ministère de l’hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociale.

Bibliothèque Généanet : Journal Officiel 5 avril 1920 – Gallica Bnf

Charles est décédé après 1926 et avant 1931. Il n’apparaît plus dans les tables de recensements de 1931.
Louise, l’aînée des jumelles, institutrice, décède en 1948 à Montreuil-sous-Bois, un an après Elise.
Jeanne, la seconde, employée, disparaît à Blesle en Haute-Loire en 1967.
Elles ne se sont, à priori, pas mariées.

A Montreuil, l’usine CHAPAL n’emploie plus de coupeurs de poils. Elle a fermée ses portes et s’est reconvertie en collectif d’artistes.

Ces recherches sur Charles, « coupeur de poils » m’ont permis de découvrir un métier insolite ainsi que le Paris de jadis d’autant que j’ai longtemps habité dans le 11e arrondissement tout près de l’endroit où résidait la famille ALIT sans connaître tout cela.

Sources :
paris-atlas-historique.fr : histoire de Belleville et de Charonne
Gallica-Bnf : La hotte du chiffonnier (5e édition) – Louis PAULIAN
patrimoine.seinesaintdenis.fr : historique usines CHAPAL
Des usines à Paris – blog de Denis COSNARD
Généanet – Bibliothèque : J.O du 5 avril 1920
A.D Haute-Loire – Blesle
A.D Paris
A.D Seine saint-Denis – Montreuil-sous-Bois


Mes ancêtres de Noël…

Sur une idée de Sophie Boudarel, @gazetteancetres de raconter ses #SosaNoel et après ce jour de fête en famille… le calme revenu, je recherche mes ancêtres de Noël.
A vrai dire, aucun ne s’appelle Noël mais, mon arbre compte 5 événements qui ont eu lieu un 25 décembre.

En Auvergne, à Saint-Géron (43), le mardi 25 décembre 1736 naît Jean CHAZAL. Il est le n° 3 sur 7 des enfants de Jean dit Madias & Marie BARBIER, Sosa 320-321 de Mr. Sa vie sera courte car il décède à peine âgé de 25 ans, muni des sacrements, le 15 avril 1762.

En 1753, à Marcy-sous-Marle dans l’Aisne, le 25 décembre est synonyme de deuil… Marie Jeanne BERTRAND, Sosa 191, décède à l’âge de 33 ans.
Née le 20 avril 1720 à Autremencourt, elle est la fille de Jean & de Elisabeth Brizet. Elle épouse Pierre Tellier (Tillier), Sosa 190, valet de charrue, le 28 janvier 1841.
Marie-Jeanne, leur première fille et Sosa 95, naît le 28 mars 1742.
Agnès Félicité, sa sœur, arrive au monde, le 20 mars 1753, mais elle ne connaîtra pas sa maman.

Retour en Auvergne, quelques années plus tard, à Léotoing (43), le 25 décembre 1809 voit la naissance de Pierre ACHON. Il est le troisième enfant sur huit de Géraud & Anne MENIAL et l’arrière petit-fils de Jacques & Jeanne ANDRIEUX, Sosa 64-65 de Mr.
Pierre est cultivateur et épouse Jeanne SOULALIOUX, le 23 juillet 1856. Pour l’anecdote, sa date de naissance est erronée sur l’acte de mariage et est renseignée : 23 janvier 1809.

La dernière naissance de mon arbre célébrée le jour de Noël est celle de Stéphanie Louise WALLON, née le 25 décembre 1860 à Athies-sous-Laon dans l’Aisne. Elle est le première enfant sur quatre de Jules Victor & Octavie Louise MEREAUX, Sosa 10-11.
Stéphanie Louise épouse Amable Alfred MOREAUX, le 19 mai 1883. Tous deux manouvriers, ils ont onze enfants.
Stéphanie Louise décède le 6 juin 1948 à Laon. Elle a 87 ans.

Pour terminer ce billet… Jouez bombardes, raisonnez binious… car on célèbre un mariage en Bretagne. Le 25 décembre 1813 à Irvillac dans le Finistère, Anne BILLAND épouse Alain HELEQUET.
Anne est le n° 6 sur 8 des enfants de Guillaume & Anne GUILLOU, Sosa 116-117.


Sources :
Archives Départementales Aisne
Archives départementales Haute-Loire
Cercle Généalogique du Finistère
Image : Pixabay.com
















#ChallengeAZ… Querelle…

Avec la lettre Q, il existe dans mon cabinet de curiosités une vieille Querelle partagée en 2016 et remaniée pour le #ChallengeAZ… Sans rancune !  😁

L’histoire se passe en Auvergne, à la veille de la Première Guerre Mondiale.

C’est l’histoire d’un frêne qui pousse dans une haie vive… D’une haie qui est tiraillée entre deux compères qui revendiquent chacun sa paternité… D’un frêne qui meurt sous les coups d’une hache… Des coups qui mènent ses soi-disant pères devant les tribunaux !

Reymond ACHON, le Grand-Père de Mr et Pierre MIRIAL sont chacun propriétaire d’un pré séparé par la fameuse haie.
Pierre cueille, coupe, taille et profite des « fruits et produits » provenant de ladite haie… Mais, des disputes éclatent entre Reymond et Pierre à ce sujet.
La polémique enfle, et en février 1912, Grand-Père Reymond coupe un frêne et s’approprie son bois !

Mais, quelle mouche l’a piqué !

Son geste plonge le village, jusqu’alors paisible, dans une énorme controverse.
L’affaire fait grand bruit  : on crie, on vocifère, on menace… A la veillée, on jase au coin de l’âtre … Des clans se forment…
Le crime ne restera pas impuni ! On saisit la justice ! En l’occurrence, c’est Pierre qui la saisit…
Justice qui, dans un premier temps, ne possédant pas assez d’éléments pour statuer a recours à l’expertise !

On nomme, donc, un géomètre dont le rôle est de visiter les lieux litigieux, en dresser un plan, vérifier les allégations des plaideurs, rechercher les bornes séparant les propriétés, déterminer par lesdites bornes si la haie doit être considérée comme mitoyenne ou comme appartenant exclusivement à l’une ou à l’autre des parties, rechercher si l’arbre abattu par Achon se trouve sur sa propriété ou, au contraire, sur la ligne séparatrice des deux propriétés.
L’expert pourra s’entourer de tous renseignements utiles et entendre tous indicateurs, qu’il tentera de concilier les parties ou à défaut de conciliation dressera de ses opérations un rapport qu’il transmettra par la Poste sous pli recommandé au Greffe du Tribunal Civil.

L’opération est fixée au matin du 25 février 1913, mais à cause du mauvais temps celle-ci est reportée au mardi 18 mars 1913 à 9 heures précises.

Ah, voilà qu’en plus, le ciel ajoute son grain de sel… ou plutôt ses gouttes de pluie… à l’affaire !

Enfin, l’expert, Vital ALLEGRE, accompagné des protagonistes, procède à toutes les vérifications demandées par le Tribunal et établit un plan ainsi qu’un rapport de quatorze feuillets.
Le rapport est un savoureux mélange de Clochemerle et d’analyse géométrique !

IMG_2041

Aucune conciliation n’étant possible, Pierre et Reymond comparaissent devant le Tribunal Civil de Brioude.

Le 19 décembre 1913, la Justice rend son verdict :
… Attendu qu’il résulte de l’exploit introductif d’instance que le Sieur Mirial prétendait être propriétaire exclusif tant de la haie séparant de son terrain de celui du Sieur Achon, que des arbres s’y trouvant et aussi du sol sur lequel cette haie et ces arbres étaient enracinés, qu’il faisait, en outre, grief au défendeur d’avoir abattu et de s’être approprié un arbre, s’élevant dans cette haie et lui réclamait de ce chef une somme de mille francs à titre de dommages et intérêts et s’entendre à être condamné aux dépens…
… Attendu que l’expert indique dans son rapport que les parcelles numéros un et deux du plan sont exactement délimitées par la ligne déterminée par le milieu des deux bornes A et X ; que cette ligne traversant longitudinalement la haie dans son milieu, il s’en suit que cette haie est mitoyenne.
… Attendu que Achon reconnait avoir coupé le frêne dont la souche existe encore au point S du plan
… Attendu qu’étant donné le caractère de mitoyenneté de la haie, les arbres qui s’y trouvent sont également mitoyens (article 670 du code civil), qu’en procédant à l’abattage de cet arbre, Achon a incontestablement contrevenu aux dispositions des articles 669 et 670 du code civil qui indiquent que tant que dure la mitoyenneté de la haie, les produits en appartiennent aux propriétaires par moitié 
Mais attendu que de son côté, Mirial a reconnu qu’il avait taillé régulièrement la haie et les arbres de diverses grosseurs marquées par les lettres R,R’, P et O du plan, qu’en ce faisant, il a également outrepassé ses droits et n’a pas respecté le caractère de mitoyenneté de la haie
… Attendu enfin, que l’expert estime que la valeur de l’arbre coupé par Achon est sensiblement égale à celle du produit de l’élagage dont le demandeur a profité et que de ce chef les susnommés ne se doivent rien
… Par ces motifs, le Tribunal après en avoir délibéré, statuant publiquement… déclare Mirial mal fondé dans toutes ses demandes, fins et conclusions, l’en déboute et le condamne aux dépens…

Qui est bien qui finit bien, l’honneur de la famille ACHON est sauf !
Néanmoins, l’histoire ne dit pas si Reymond et Pierre sont restés fâchés.

Quelques mois plus tard, la grande Histoire, elle, plonge définitivement dans l’oubli cette brouille qui a fait beaucoup de bruit pour pas grand chose !

Et vous, avez-vous trouvé des archives relatant des querelles de voisinage ?

 

Sources : archives familiales
Image libre de droit : Getty.fr

#MaCuisineAncestrale… Le cornet de Murat…


En octobre, nous rendons visite à Margaridou.
Vous vous souvenez… elle est la cuisinière auvergnate préférée de #MaCuisineAncestrale.

Aujourd’hui, Margaridou nous raconte l’histoire de Murat, petite cité du Cantal bien connue des ancêtres de Monsieur.

Murat mérite qu’on la découvre… Ses rues étroites où s’étagent les maisons aux porches de pierre sculptée, les merveilles de ses retables, Sa Vierge noire qui fait des miracles (c’est Margaridou qui le dit)…
Murat, c’est aussi la patrie des dentelles de fil aux fuseaux et sa spécialité gastronomique est un gâteau en forme de surprise !

Hommage aux petits pâtres du Cantal qui portaient à leur ceinture, une coma (corne bovine) contenant du sel qu’ils distribuaient à leurs vaches au moment de la traite, le Cornet de Murat s’enroule sur lui-même imitant cette corne.

Les auvergnats aiment à remplir ce cornet de crème fouettée et à le déguster avec une bonne bouteille de vin.

J’espère ne pas froisser Margaridou… mais sa recette étant succincte, j’ai triché et ai suivi une recette plus précise pour réaliser six cornets :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3705-1024x937.jpg.

– 1 œuf entier + 1 blanc d’œuf
– 85 g sucre
– 60 g farine

35 g beurre fondu
vanille liquide ou un verre à liqueur de rhum ou d’eau de fleur d’oranger

Mélangez le blanc d’œuf, l’œuf entier et le sucre,
Fouettez pendant 5 minutes jusqu’à ce que le tout blanchisse,
Ajoutez la farine tamisée et mélanger,

Versez le beurre fondu refroidi et mélanger,
Sur une tôle huilée ou anti-adhésive,
formez des disques de 10 cm de diamètre,
Enfournez dans le four chaud (220°) et laisser cuire environ 6 minutes jusqu’à ce que la pâte soit dorée,
A la sortie du four, formez aussitôt les cornets : roulez les disques encore chauds sur eux-mêmes, comme pour faire des cornets de papier,
Laissez refroidir,

(Petit conseil : plantez les cônes dans les alvéoles d’une boite d’œufs jusqu’à complet refroidissement)
Garnir avec l’appareil de votre choix , sucré ou salé : crème fouettée nature, avec des fruits (myrtilles, mûres…), ajouter de la confiture ou du miel, mousse au chocolat, glace.
.. en version salé : mousse aux champignons, au foie gras

Laissez parler votre imagination !

Les cornets vides se conservent plusieurs jours dans une boite en métal.

Chaque année, Murat fête son gâteau, le troisième dimanche de septembre. A cette occasion, plusieurs milliers de cornets sont vendus, de quoi ravir les plus gourmands !

En attendant notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !



Sources :
Image Murat : jplours.fr/murat

Photos : collection personnelle
Margaridou, journal et recettes d’une cuisinière au pays d’auvergne – Suzanne Robaglia – Editions CREER
Recette : Les secrets de Muriel –
https://www.youtube.com/watch?v=y4-N6BpZ8H4





#ChallengeAZ… L auvergnat…

…Elle est à toi cette chanson
Toi L’Auvergnat qui sans façon
M’as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid…

… Ce n’était rien qu’un feu de bois
Mais il m’avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manière d’un feu de joie…

Je dédie cette chanson à Monsieur, qui avec ce bel arbre de régions Hérédis, ne peut pas être plus auvergnat ! ?

 

Sources :
Chaîne YouTube Musique : Site INA.fr – Chanson pour l’Auvergnat – Georges BRASSENS
Hérédis : Arbre de régions – données personnelles
Image gratuite : Clé de sol -site : Pixabay.com

 

#Généathème… Nos ancêtres, il y a 150 ans…

Parmi les généathèmes de février, Sophie de la Gazette des Ancêtres nous propose,  de visiter la vie de nos ancêtres, il y a 150 ans, soit en 1868 !

La population française est à 70% rurale. La vie à la campagne est rude et les traditions y sont ancrées. Le Second Empire est sur le déclin, mais la France paysanne est loin des troubles politiques qui se profilent à l’horizon. La guerre franco-prussienne éclatera en 1870, et la défaite française à son terme entraînera la révolte de la Commune en 1871.
En observant de près la vie des gens dans les campagnes, des artistes comme J.F Millet font un commentaire indirect sur la politique de l’époque et la répartition inégale des richesses.

Jean-François Millet (1814-1875)  peintre et dessinateur, observe et décline le monde rural, son sujet et thème de prédilection, à travers portraits, paysages et scènes de la vie quotidienne au XIXe siècle.
Il accompagne sa femme en Auvergne, cette dernière y prenant les eaux à Vichy.  Le couple y séjourne à plusieurs reprises entre 1866 et 1869.

Suivons l’artiste en Auvergne :

Gallica Bnf : Croquis du Puy-de-Dôme – J.F Millet http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52504266n/f1.item

En Haute-Loire, chez les ancêtres de Monsieur, 1868 voit une multitude de naissances et de décès et deux mariages sont célébrés, dont celui de Raymond ACHON et Louise ACHON.

Carte Etat-Major 1820/1866 Site Géoportail

Louise voit le jour le 9 octobre 1836, à Lorlanges, dans le hameau de Clamonet. Elle est la septième et dernière enfant de Jean Achon et de Jeanne Lescure.
Il est probable que toute jeune, Louise ait été initiée à l’art du tricot et de la dentelle par sa mère et sa grand-mère

La leçon à tricoter – J.F Millet -1869

Plus tard, elle a gardé les chèvres et les moutons tout en filant la laine

Raymond Achon est né le 9 mai 1836 à Lorlanges également, mais au lieu-dit Lachaud. Il est le fils aîné d’Antoine Achon et de Jeanne Pradal. Le couple aura un second fils, nommé également Reymond, mais avec un « e », né dix ans plus tard.

Raymond et Louise sont cousins germains, leurs pères étant frères. Leurs grands-parents paternels, Jean Achon et Marguerite Valeix, sont les Sosa 32 et 33 de Monsieur.

Tous deux se connaissent et se fréquentent certainement depuis leur naissance, travaillant ensemble, mais pas seulement…

Jean-François Millet, La méridienne ou la sieste, 1866, crayon noir et pastel, 29,2 X 42 cm. Museum of fine arts BOSTON

Effectivement, à 31 ans, ils se marient à la mairie de Lorlanges, le 3 mars 1868, non sans avoir établi un contrat de mariage, le 16 février 1868, chez Maître Bérard, notaire du village.

Et, Ô surprise ! Louise accouche de leur premier enfant, vingt jours plus tard. Jean-Eugène naît le 23 mars 1868 (cet événement m’avait échappé)
Le couple aura un second garçon, né sans vie, le 24 août 1873.

Contempler les œuvres des peintres contemporains de nos ancêtres nous permet d ‘appréhender la quintessence de leur vie..

Que pensez-vous de cette visite artistique en terre auvergnate ?

Sources :
Jean-François MILLET : Orion en aéroplane – Peccadille.net
Contexte – Thierry Sabot
Carte Géoportail
Image mise en avant : Pâturage sur la montagne – J.F Millet

#Généathème : Le prénom sorti de nulle part….

Lorsque l’enfant paraissait…
Nos ancêtres n’étaient guère originaux sur le choix du prénom puisque pour la plupart, nous retrouvons les mêmes de génération en génération.
Cependant, de temps à autre, certains se  démarquaient en affublant leur progéniture d’un prénom sorti de nulle part.
Pour ce #Généathème, je n’ai pas choisi un, mais sept prénoms originaux.

Parmi les ancêtres de Monsieur, je vous présente :
Licotte CHIVOL et Licotte MOURET, une grand-mère et sa petite-fille. La première est la mère de Jean MOURET, SOSA 50, cultivateur-propriétaire à Virargues dans le Cantal, décédé subitement dans une auberge à La Godivelle dans le Puy-de-Dôme. La seconde est la première fille de Jean, née le 2 Frimaire An 5 à Virargues.

*Je n’ai trouvé aucune signification sur l’origine du prénom.

Peyronne BOUSSUGE , Sosa 453, est originaire de Saint-Just dans le Cantal. Elle épouse Pierre SALSON, Sosa 452.  

*Peyronne est un dérivé de Pélagie, Peggy, fêtée le 27 décembre et signifiant « Petit caillou » en grec.

Quintien RODIER était laboureur à Chassagne dans le Puy-de-Dôme, il y est né le 25 août 1760 et y est décédé à 48 ans, le 5 décembre 1808 après deux mariages, le premier avec Jeanne BERGER et le second avec Marguerite MERLE, Sosa 89.

*Quintien est un dérivé de Quentin, fêté le 13 novembre, signifiant « le cinquième » et symbolisant l’harmonie et l’équilibre.
Lucette C. du groupe Facebook « Généalogie auvergnate » m’informe que 
Saint Quintien était un évêque auvergnat, prénom très utilisé à Picherande et aux alentours au XVIIIè siècle dans les années 1700 à 1800. L’église de cette commune consacrée à Notre Dame prit d’ailleurs son nom à partir de 1789. Rien d’étonnant donc à retrouver ce prénom à Chassagne qui est proche. Un grand merci à elle !

Philix RICHARD est le fils de Pierre RICHARD et de Jeanne MATTHIEU. Il est né le 14 juin 1783 à Vieille-Brioude dans la Haute-Loire.
Le 21 janvier 1806, il se marie avec Marguerite DELHERMET. Sa soeur, Madeleine, épouse le même jour, Antoine DELHERMET, le frère de Marguerite. Je vous ai raconté l’épisode, ici 

*Je n’ai trouvé aucune signification sur l’origine du prénom.

 Chez mes ancêtres, les prénoms rares sont bretons :
Gilonne BELEC, Sosa 457, est finistérienne. Elle est née le 26 octobre 1698 à Plouézoch. Elle est décédée le 22 novembre 1778 à Morlaix à l’âge de 80 ans.
Mariée à Louis LE BESCOND, le 10 février 1722 à Ploujean, ils ont sept enfants.

*Gilonne est la forme féminine de Gilles, venant du grec « aegidios », signifiant égide (se mettre sous l’égide de…), bouclier. Elle est fêtée le 1er septembre.

Pezronelle MORVAN, est également finistérienne. Elle est la première fille de mon Sosa 1840, Yves MORVAN. Elle aura neuf frères et sœurs.
Elle est née le 24 août 1660 à Ploujean. A 35 ans, elle épouse Jean POSTIC, le 27 février 1696.

*Je n’ai trouvé aucune signification sur l’origine du prénom

 Levenez BOURDONNEC est mon Sosa 7 349 à la 13è génération. Elle est née vers 1570 et a épousé Pierre LE LAVIEC le 30 novembre 1601 à Ploujean dans le Finistère.
Le couple aura au moins 6 enfants. Elle a été inhumée le 6 février 1641, à l’âge d’environ 71 ans.
Levenez et Pierre sont les plus lointains ancêtres de ma branche maternelle.

* LEVENEZ,  fêtée le 3 novembre, peut-être traduit du breton littéraire par « Joie, Liesse », vient du 6è siècle. Pouvant être comparé au prénom Laetitia. 
Sainte Levenez, femme du Comte Romélus, fut la mère de Saint Gwenael.

Qu’ils soient auvergnats ou bretons, j’espère n’avoir pas pêché en vous présentant ces 7 prénoms insolites !

 

Image gratuite : www.photofancy.com

#RVAncestral… Triple mariage à Vieille-Brioude !

Sur une idée de Guillaume CHAIX, du blog : Le grenier des Ancêtres, le Rendez-Vous Ancestral propose de nous propulser chaque  troisième samedi du mois à la rencontre de nos ancêtres.

Donc, ce matin, je pâtissais pour le concours du #PatrimoineGourmand de @GallicaBnF lorsque tout-à-coup… Pftt… Je fus transportée en Auvergne, à Vieille-Brioude, en Haute-Loire exactement, le mardi 21 janvier 1806 !

Ma cuisine avait changé de décor et je me retrouvais, un peu étourdie, à fouetter mes blancs d’œufs au bout d’une longue table rectangulaire, entourée de bancs. Autour de moi, plusieurs femmes s’affairaient également.
La maîtresse de maison, Gabrielle TAVERNIER, ne fut guère surprise de me voir :

– Allons, allons, dépêchons-nous ! Le four banal est chaud et nous devons y cuire les tartes et les gâteaux !

Dehors, le vent balayait la plaine, l’hiver régnait. Mais, Jeammes DELHERME, Sosa 72 de Monsieur et cultivateur n’en avait cure ! Il discutait à l’entrée du four avec les hommes du village.

Les jeunes gens, eux,  avaient décoré l’entrée de la maison avec des genévriers enrubannés et en avaient placé tout le long du chemin jusqu’à la mairie. Les rires et les plaisanteries fusaient…

La gaieté collective me gagna ! Je finis de monter mes blancs d’œufs à la fourchette. Mes joues avaient pris de la couleur… ce qui fit également rire l’assemblée.

Tous les gâteaux enfin prêts, nous les portâmes jusqu’au four où la chaleur nous enveloppa doucement.
Gabrielle s’approcha de Jeammes ; ils étaient heureux et semblaient soulagés.

C’était un jour important pour le couple qui mariait leurs trois enfants lors d’une seule et unique cérémonie :

– Antoine, 28 ans et Sosa 36 était promis à Madeleine RICHARD, 27 ans.
– Louise, 25 ans, était promise à Guillaume ROCHE, 25 ans et cousin des RICHARD
– Marguerite, 18 ans était promise à Philix RICHARD, 22 ans et frère de Madeleine.

Je ne pus m’empêcher de penser que c’était par souci économique.

Une table fut dressée avec les gâteaux et les tartes, enfin cuits… pour faire patienter les invités qui arrivaient.

Les futures achevaient de se préparer aidées par les demoiselles d’honneur.
Enfin, le cortège se rendit à la mairie dans une joyeuse cavalcade, accompagné des musiciens.

Les promis portaient le costume régional… La robe des mariées était  de couleur vive  agrémentée d’un châle sur les épaules. Elles portaient sur la tête la coiffe traditionnelle avec un bonnet orné de dentelles et de rubans.
Les futurs portaient des brayes (culottes bouffantes), une veste courte et un chapeau de feutre noir orné également de rubans ; sans oublier la chemise blanche, offerte par les promises.

A la mairie, les trois mariages s’enchaînèrent. Les époux furent témoins à tour de rôle mais ne sachant pas signer, leur nom furent transcris par le maire, Jean-Marie MARRET.

La cérémonie achevée, les invités se retrouvèrent au banquet ; on avait mis les petits plats dans les grands : viandes bouillies et rôties, volailles, jambons et lard furent servis ; le tout arrosé de vin sucré.

Puis, on dansa beaucoup : la bourrée bien sûr, mais aussi la mazurka,  la polka, et la branle …

En fin de soirée, les jeunes époux tentèrent de s’esquiver… Il leur fut difficile de passer leur nuit de noces seuls. Les jeunes avaient concocté des farces : lit en portefeuille ou garni de clochettes… En pleine nuit, les amis n’hésitèrent pas à les réveiller pour leur servir la rôtie (mélange de chocolat et d’œufs battus) dans un pot de chambre.

Quand à moi, j’eus à peine le temps de dire au revoir à Jeammes et à Gabrielle, qu’un tourbillon m’aspira de nouveau et je me retrouvais dans ma cuisine.
Et vous savez quoi… Je fouettais toujours mes blancs d’œufs, mais avec un batteur électrique !

 

Sources : A.D Haute-Loire, Vieille-Brioude, 6 E 293/3 1802-1812 page 114
Image : Mairie : Vieille-Brioude.fr