L’Hôtel de la Marine…

 
 

En décembre dernier, j’ai visité l’Hôtel de la Marine qui abrite le Ministère du même nom. 
Pour y pénétrer, il faut montrer « patte blanche » en justifiant de son identité et être accompagné d’un guide conférencier.

Le bâtiment se situe sur la Place de la Concorde, magnifique place parisienne, à l’angle de la rue Royale et a été classé monument historique en 1862.

C’est Louis XV qui le commanda à l’architecte Ange-Jacques Gabriel en 1757. Sa construction dura plus de 15 ans.

L’édifice était destiné à abriter le Garde-Meubles Royal.
Le public pouvait visiter les galeries de « la Quasimodo à la St-Martin » (de Pâques à la Toussaint) et admirer les différentes collections de meubles, de tapisseries et d’objets divers destinés aux châteaux royaux  et bien sûr les Joyaux de la Couronne.
En 1789, la veille de la prise de la Bastille, le bâtiment fut pillé par le peuple.
En 1792, ce sont les bijoux qui furent dérobés, dont le fameux « Régent ».

En pénétrant dans le bâtiment, je découvre l’Escalier d’honneur ou  Grand degré. Je l’emprunte pour accéder aux galeries comme l’avaient fait avant moi les visiteurs au XVIIIe siècle.


A l’étage, je longe la Galerie des ports de guerre avant de pénétrer dans les Salons diplomatiques et la Salle à manger et le Salon d’honneur. C’est dans ce salon qu’eut lieu le bal donné en l’honneur du sacre de Napoléon 1er en décembre 1804. Il servit également d’hôpital de campagne pendant la guerre de 1870 contre les prussiens.
Ces salons sont toujours utilisés pour les réceptions ministérielles.

La visite se poursuit par le Boudoir dit de Marie-Antoinette. Moment d’émotion : c’est dans cette petite pièce que le procès verbal de l’exécution de la reine fut signé en 1793 (An II de la République) :

Puis, j’entre dans le Salon d’angle ou Salon des « Sacrifices » au magnifique décor XVIIIe .
Par les fenêtres, j’aperçois la rue de Rivoli et le Jardin des Tuileries :

Je m’engage, ensuite, dans la Salle à manger de Thierry de Ville d’Avray.
Louis XV le nomma Surintendant du Garde-meubles en 1784. Il s’employa à embellir l’Hôtel et apporta un soin particulier à la présentation des Joyaux de la Couronne.

Au 18è siècle, l’usage des salles à manger s’est généralisé. Avant les repas étaient servis dans les chambres ou les antichambres.

Puis, j’accède à l’Antichambre carrelée ou Grand vestibule, la Bibliothèque et le Cabinet d’audiences du Surintendant. C’est dans cette dernière pièce que fut signée, en 1848, l’abolition de l’esclavage en France par Victor Schœlcher, Secrétaire d’état aux colonies et Louis Arago, Ministre de la Marine.

La visite s’achève par la Chambre dite de Marie-Antoinette : Cette pièce fut aménagée en chambre d’apparat pour la Dauphine lors de son mariage avec le futur Louis XVI.
Mais Marie-Antoinette n’a vraisemblablement jamais occupé cet appartement :

Plus près de nous, le bâtiment fut occupé par la Kriegsmarine pendant la Seconde guerre mondiale et l’occupation allemande.

 
D’ici la fin de l’année 2014, l’Etat-Major de la Marine quittera les lieux pour aller s’installer dans les nouveaux locaux du Ministère de la Défense.
 
Que va devenir ce magnifique bâtiment, témoin de nombreux épisodes de notre Histoire?
 
 
 
Sources : Notes prises pendant la visite – Photos : collection personnelle
 
 
 

4 réflexions sur « L’Hôtel de la Marine… »

  1. Superbe ! Il y a fort longtemps, j’y étais entrée à l’occasion d’une vente de charité, lorsque le bâtiment était encore occupé par le Ministère de la Marine, mais je n’avais guère porté attention aux ors et aux moulures à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *