#ChallengeAZ… A nos fourneaux…

*Les recettes de la Mémé, devant ma conscience, j’avais peur de les abîmer en les écrivant. C’était des recettes parlées avec des images de vie qu’il faut connaître pour les comprendre, c’était presque des contes de fées…

C’est dans cet état d’esprit que j’aborde le ChallengeAZ, édition 2015… Ce sera ma troisième participation et comme je l’ai déjà écrit , cette année je n’ouvre pas la grand’ malle des ancêtres…

Non… Cette année, je vous invite à me suivre dans leur cuisine ! IMG_0149 Depuis le mois de janvier j’ai cherché, mitonné, photographié et goûté des recettes ancestrales picardes, normandes, bretonnes, auvergnates, ariègeoises, provençales, corses, et italiennes… avant d’écrire les articles que vous découvrirez à partir du 1er juin et pendant 26 jours hors les dimanches.
Les régions et pays choisis ont vu naître les ancêtres maternels et paternels de mon petit-fils.

Leur cuisine est simple et modeste, cependant j’ai découvert des recettes originales, surprenantes et parfois inconnues.
Chaque terroir est unique bien que l’on retrouve des recettes similaires dans toutes les régions.

J’ai, également, mis ma famille et mon entourage à contribution pour la dégustation.
Il semble que cela leur ait plu et je les remercie pour leur participation involontaire au Challenge !

Tout ce travail préparatoire fut un vrai défi avant le ChallengeAZ, mais aussi un réel plaisir de confectionner ces plats… une façon de perpétuer la tradition !
Cela m’a donné l’envie de copier toutes ces recettes sur un cahier… en bonne Mère-Grand que je suis !

Quelle était la cuisine de nos ancêtres ?
Sous l’Ancien Régime, nos ancêtres en pieux chrétiens se pliaient aux exigences du calendrier liturgique.
Selon les fêtes religieuses, ils devaient observer des périodes de jeûne les obligeant à alterner le Gras et le Maigre.
Lors des jours d’abstinence, entre 100 et 200 jours par an, les aliments carnés étaient, en général bannis.
Alors que la masse populaire se conformait à ces contraintes ; les nantis trouvaient bien des façons de faire bonne chère malgré les interdits en obtenant des dispenses.

Voici, en exemple, les jours maigres (points jaunes) auxquels nos ancêtres auraient été astreints de se soumettre pendant les mois d’avril et de juin de l’an 2014 : IMG_0139 IMG_0141 Il leur fallait bien du talent pour adapter leur cuisine… Et du talent, ils en avaient !

Au fil du temps, la cuisine a évolué. Aujourd’hui, elle fait partie de notre histoire, la cuisine du terroir ayant engendré les grands Chefs.
Elle est considérée comme un art et reconnue dans le monde entier.

Pour connaitre son évolution j’ai trouvé, sur le Net, un *site qui l’explique fort bien (cliquez sur chaque période) :
– Au Moyen Age
– A la Renaissance
– Au XVIIe siècle
– Au XVIIIe siècle
– Au XIXe siècle
– De 1900 à 1950

En conclusion, la cuisine raconte, aussi, la vie de nos ancêtres et chaque famille possède son propre patrimoine culinaire.
*Comme Proust et ses madeleines, nous conservons en mémoire des souvenirs : des images, des sensations, des odeurs, des saveurs… réminiscences enfantines enfouies et empreintes d’émotion !

Pour moi, cela restera à jamais, le « soufflé au fromage » que Maman préparait le dimanche lorsque nous recevions !

Et vous, avez-vous une madeleine de Proust ?

J’espère que vous prendrez plaisir à lire mais aussi à réaliser les recettes de A à Z. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, également.

Et pour suivre  tous les participants du ChallengeAZ, sur l’application Flipboard par Gazette des Ancêtres,  c’est ici !
Bonne lecture !

Sources :
*Extrait de Margaridou, journal et recettes d’une cuisinière au pays d’Auvergne – Suzanne Robaglia
*Extrait de : Du côté de chez Swann – Marcel Proust – http://www.cheny.net/plus Sites : http://www.cuisinealafrancaise.com/fr/recettes-anciennes
Photos – Collection personnelle : Château de Kerjean – Exposition : Humeurs gourmandes, faire bonne chère à la Renaissance- 2014 –
Image Abécédaire – la-gazette-des-ancêtres.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *