#ChallengeAZ… Anges…

En 1859, Michelet écrit à propos de son époque : « Le berceau est pour la plupart des enfants un petit moment de lumière entre la nuit et la nuit. » Dans la France ancienne, du Moyen Âge au XIXe siècle, le nouveau-né est en effet une vie fragile, comme en pointillé : un nourrisson sur quatre en moyenne n’atteint pas son premier anniversaire et toutes les familles ont perdu un ou plusieurs nourrissons
(cairn.info – La mort d’un bébé au fil de l’histoire– M.F Morel -)

Ces « moments de lumière » ont éclairé nos arbres généalogiques. La découverte de ces petits anges m’émeut infiniment mais, je suis convaincue que notre histoire familiale a aussi puisé ses forces dans ces décès prématurés et les larmes versées.

Parlons chiffres : en l’état actuel de mes recherches, j’ai répertorié, depuis le XVIIe siècle, 111 décès d’enfants de moins de 2 ans sur les 3 180 individus trouvés dans l’ascendance de Mr et la mienne (lignée Sosa et collatérale), soit 3,49 %.
Ces décès touchent plus les garçons que les filles = 65 garçons contre 46 filles.
Pour compléter ce calcul, j’ai également comptabilisé les décès d’enfants de 2 à 5 ans qui sont au nombre de 31 ; ceux entre 5 et 10 ans sont au nombre de 17, soit un pourcentage total de 1,50%.

Parmi nos ancêtres et plus particulièrement dans mon ascendance, certains couples ont subi ces décès plus que d’autres :

-Louis François MEREAUX, cordier X Marie Louise LAVANCIER , Sosa 22-23 ont eu 11 enfants dont 4 sont décédés avant 2 ans et un avant 3 ans.

– Louis Nicolas VRAINE X Marie-Hélène DEPARNAY, Sosa 66-67 ont eu 11 enfants dont 6 sont décédés avant 2 ans et un avant 5 ans.

– Antoine MARLY, greffier, Sosa 128, marié trois fois, a eu 12 enfants dont 5 sont décédés avant 2 ans et un avant 4 ans.

– Guillaume KERVOLLIER X Marguerite LEMERCIER, Sosa 478-479 ont eu 12 enfants dont 5 sont décédés avant 2 ans et un avant 3 ans.

Ces chiffres peuvent sembler dérisoires pourtant, ils sont précieux… comme ces petits anges invisibles et si présents dans nos arbres, qui se posent sur chaque branche et apparaissent à chaque génération !

Et vous, combien d’anges habitent vos arbres ?


Image : Pixabay.com



14 réflexions sur « #ChallengeAZ… Anges… »

  1. Beaucoup trop d’anges chez moi… Un cas particulier d’ailleurs, un ancêtre rémois a perdu tous ses enfants (8) sauf 1, mon AAGM ! La vie ne tient qu’à un fil…

  2. « L’ange » est un sujet incontournable pour tout généalogiste. Avec les progrès de la médecine et l’aseptisation de nos vies, on peine à réaliser comment nos ancêtres pouvaient survivre à tant de drames. C’est un bel hommage rendu par cet article.

  3. Certaines régions sont plus touchées que d’autres, peut-être. En Sologne, terre inhospitalière en raison de l’humidité, des marécages et du paludisme, un couple de mes ancêtres a eu quinze enfants, dont treize partis rejoindre les anges dès la première année de leur existence !

  4. Merci beaucoup de nous avoir montré ces enfants de cette façon.
    C’est très joliment vu et je garderai l’idée de ces petits anges veillants sur nos familles à travers les âges.

  5. Un sujet touchant, je vais retenir cette expression « un petit moment de lumière ».
    Je suis reconnaissante à un petit garçon, prénommé Ludger, dont le décès, en 1800, m’a appris que ses parents habitaient dans ma maison. Et là je me suis dit qu’il n’était pas né et mort pour rien.
    Il y a aussi des photographies d’enfants morts dans nos albums et c’est terriblement triste.

  6. Tendre mise en lumière de ces petits êtres au passage si furtif.
    Ce qui me fait une impression étrange et particulière c’est lorsqu’apparait seulement le mot enfant, sans prénom, fille ou garçon ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *