#ChallengeAZ… C’est la fin…

 

Hier, c’est terminé le #ChallengeAZ 2014… L’aventure s’achève et c’est la seconde pour Ciel ! Mes aïeux.
La grand’ malle des ancêtres se referme sans bruit ! Je vais pouvoir retourner à des occupations plus terre à terre…

Comment résumer ce Challenge… Et bien, je n’ai pas trouvé mieux que ces 26 qualificatifs :

A comme attrayant              
B comme brillant                
C comme captivant
D comme détonnant            
E comme excellent              
F comme fascinant
G comme Génial                 
H comme hallucinant          
I comme insolite
J comme joyeux                  
K comme kiffant                 
L comme lyrique
M comme magnifique        
N comme nec plus ultra      
O comme original
P comme passionnant        
Q comme qualitatif              
R comme réjouissant
S comme sensationnel        
T comme touchant               
U comme unique
V comme vivifiant             
W comme wonderful            
X comme XXL
Y comme yéyé                    

                                                                     Z comme zélé                

Et puis le moment est venu d’adresser tous mes remerciements à Sophie Boudarel, notre Fée, qui a organisé le Challenge et qui sait si bien motiver ses troupes !
Je n’oublie pas Elise qui a assuré, également, la veille des articles sur Twitter.

J’adresse également tous mes compliments aux généablogueurs (anciens et nouveaux) pour l’excellence de leur travail. Le niveau est très élevé ! Cela promet pour l’édition 2015 !

Comme vous, je n’ai pas encore lu tous les articles. Il est difficile d’écrire et de lire en même temps !

Mais certains ont, d’ors et déjà, retenu mon attention comme ceux de Marine et de Dominique pour leur saga familiale, les petits billets très pertinents de Jean-Michel , les dessins plein d’humour de Marine S, les billets très émouvants d’Olivier S, sans oublier ceux de Benoit, Anne , Frédéric, Brigitte, Jimbo, Elodie, Céline
Et j’ajoute une mention particulière au dernier billet de Mélanie qui est un vrai feu d’artifice à lui seul !

Et ma liste ne va certainement pas s’arrêter là car j’en ai encore beaucoup à découvrir ! Si comme moi, vous avez également des articles à lire, ils sont là : ChallengeAZ

Quant à vous, Chers Lecteurs, je vous remercie de me suivre… Vous avez été deux fois plus nombreux qu’en temps normal. C’est toujours une agréable surprise pour moi !

A très bientôt pour la suite de mes découvertes généalogiques…

Je vous souhaite un très bel été !

#ChallengeAZ… Z comme Zélie…

 
 
Nous voici arrivés au terme du ChallengeAZ 2014…

Et avec la lettre Z, je vais vous conter, en quelques mots, la vie de Zélie ; une simple vie oubliée qui le temps d’un billet permet à Zélie d’être dans la lumière :

Marie Zélie est une fille de mes tris aïeux maternels, Pierre Edmond Bertaux & Marie Marguerite Gehenne.
C’est la petite dernière d’une fratrie comptant sept enfants.
Elle est une des sœurs de Victor Emile, mon bisaïeul,  qui s’est marié en Algérie avec Suzanne Tourré.

Zélie est née le 27 octobre 1839 à Saint-Pierre-de-Regard dans l’Orne. Son père est maçon et sa mère s’occupe du ménage.

A 26 ans, le 21 août 1865, elle épouse Auguste Joseph Charles Lacombe, un maçon né à Cherbourg (Manche).  Au moment du mariage, ses parents sont décédés. Elle est couturière et signe l’acte de mariage.



Signature de Zélie Bertaux

Elle décède, six ans plus tard, à 31 ans, le 3 mars 1871 à Saint-Pierre-du Regard.

J’ignore si le couple a eu des enfants. Je n’en ai trouvé aucun déclaré à Saint-Pierre-du-Regard, entre 1865 et 1871.

Pour compléter mes recherches sur Zélie, voici l’étymologie de son prénom :

*Zélie est une forme abrégée de Solène, qui d’abord, s’est écrite Soline venant du latin  « solemnis », signifiant « Solennel » avant de devenir Zéline, puis Zélie.  Cela est attesté depuis longtemps puisque certains textes du XVe siècle, en évoquant Sainte Solène, parlent de Sainte Zélie…

La vie de Solène est difficile à connaître. Elle aurait quitté son Poitou natal pour venir à Chartres pour participer au pèlerinage célèbre dédié la Vierge Marie, où elle serai morte martyre au IIe siècle.

Parmi les « Zélie » connues, on trouve Zélie Martin, la mère de Sainte Thérèse de Lisieux, dont la fête est célébrée le 12 juillet.

Quant à Solène, elle est aussi fêtée le 17 octobre en même temps que Soline, Sloane, Azélie, Sélèna et Sélène. 







Sources : *Nominis et Wikipédia
                 Actes de naissance, mariage, décès de Marie Zélie : AD Orne – St-Pierre-du-Regard – 3E2_447_10 (1863/1872)
              Image : espacekid.com

#ChallengeAZ… Y comme Yvonne…

Dans la famille Achon, Yvonne est la sœur ainée de Adolphe et de Gabriel dont je vous ai parlé dans le Généathème de mai : La Seconde Guerre Mondiale.

Yvonne est née le 2 août 1907 dans la ferme familiale à Lorlanges (Haute-Loire). Elle est la seule fille d’une fratrie comptant six enfants.

A 29 ans, elle accouche d’un garçon, sans être mariée ! Et avant-guerre en province, être fille-mère (on ne disait pas encore : mère célibataire) n’était pas bien vu  !

Yvonne a quitté la maison pour aller travailler en ville. Elle est devenue cuisinière chez un notable à Clermont-Ferrand.
Elle aimait raconter qu’elle avait servi, à table, la famille Giscard d’Estaing dont le futur Président de la République, Valéry, qui était alors jeune homme.

Son fils est resté à la ferme et a été élevé par Adèle, la grand-mère.

Yvonne se s’est jamais mariée.

A la mort de leur mère, en 1961, son frère Adolphe, qui était resté célibataire lui a demandé de revenir à Lorlanges pour s’occuper de la maison.

Ce qu’elle a fait !

Elle est demeurée jusqu’à la fin de sa vie dans la ferme familiale auprès de son fils et de son frère.

Sa vie n’a pas été facile, mais elle a eu la satisfaction de voir son fils se marier et elle a eu le grand bonheur d’être grand-mère.

Elle s’en est allée, sans bruit, le 11 juin 1984…

#ChallengeAZ… X comme Génération X…

 
 
 

Souvent présentées comme étant en conflit, les générations se suivent…  en s’inscrivant dans l’époque qui les a vues grandir tant sur le plan social, politique, économique et technologique.

Chaque génération modèle ses caractéristiques, ses aspirations et ses valeurs…

Ainsi, démographiquement parlant, je m’inscris dans la génération « Baby-Boomer ».

Mes enfants, quant à eux, font partie de la « Génération X ».

La Génération X désigne la génération sociologique des Occidentaux nés entre 1960 et 1981.

D’abord connue, sous le nom de génération Baby Bust, en raison du faible taux de natalité par rapport à la période du Baby-Boom, cette génération se situe dans une transition sociale marquée par la fin de l’impérialisme colonial et la chute du mur de Berlin (qui marqua la fin de la guerre froide).

Confrontée à une pénurie d’emplois, son attitude est décrite comme égocentrique et sarcastique.
Elle est critique face aux institutions et aux autres générations mais elle dépend plus longtemps des parents.
Pour elle, le travail est une clé pour s’épanouir, rechercher des défis, apprendre…
Elle est aussi une pépinière d’entrepreneurs ou d’artistes en raison de son attitude réfractaire envers l’autorité et son désir d’innover et d’expérimenter.
Elle recherche, également, un équilibre entre vie familiale et professionnelle.
Son désir est de se mouvoir dans un milieu collégial et convivial. Elle évolue dans le multiculturalisme, l’égalité des sexes et l’écologie.
Plus centrée sur ses propres besoins, elle vit dans le présent et pour le présent.

C’est aussi une génération nomade !

 En France, lorsqu’on parle de cette génération, on l’appelle la « Bof génération »…

Qu’en pensez-vous ?

Pour ma part, ne me demandez pas mon avis… Je ne serai pas objective… Je regarde cette génération avec les yeux de l’amour maternel… 😉






Sources : Wikipédia
                Psycho-ressources.com
                Image : www.espacekid.com

#ChallengeAZ… W comme Westphalie…

Un de mes ancêtres, Jean-François Wallon fut soldat dans l’armée napoléonienne et vécut en Westphalie.
Vous pouvez lire ou relire son parcours ici

 

Le Royaume de Westphalie a été formé par Napoléon 1er après la signature du Traité de Tilsit, le 7 juillet 1807.

Il fut l’un des quatre royaumes de la Confédération du Rhin.

Il n’eut qu’un roi, Jérôme Bonaparte, frère de l’Empereur.



Sa capitale était Cassel et il était délimité  au nord par les duchés de Mecklembourg, à l’est  les Royaumes de Prusse et de Saxe, au sud les grands duchés de Francfort et de Hesse Darmstadt, à l’ouest le grand duché de Berg et les départements nord-est de l’empire français.

La population compta 2,6 millions d’habitants.

Le vœu de Napoléon était d’en faire un état moderne sur le modèle français. Et dès sa constitution, le royaume a été divisé en départements au nombre de huit, cantons, districts et communes.

Jérôme fit abolir le servage, établir l’égalité devant la loi et proclamer la liberté de culte. Les droits seigneuriaux furent supprimés.

La grande majorité de la population accepta ce nouveau régime et cela jusqu’à la défaite militaire française.

L’armée westphalienne participa à la campagne de Russie. En septembre 1813, les russes envahirent le territoire, malgré la résistance française.
Et le 19 octobre 1813, après la bataille de Leipzig, les prussiens occupèrent le royaume qui fut dissout.

Les terres revinrent aux seigneurs qui avaient été destitués.







Sources et images : Wikipédia

#ChallengeAZ… V comme Véhicule des villes, véhicule des champs…

Autrefois,  les gens se déplaçaient à pied ou en carriole pour les plus aisés et parcouraient ainsi des dizaines de lieues.

Mais, l’arrivée des véhicules motorisés a été une révolution dans les villes comme dans les campagnes.

Ainsi, en 1936, Adolphe Achon a 27 ans. Comme tous les jeunes gens, il rêve de posséder une voiture, sa voiture…

Il a vu une publicité et son vœu est de posséder un véhicule comme celui-ci :

Il ne peut pas acheter une automobile neuve… cela n’a pas d’importance ! Il opte pour un véhicule d’occasion qui lui coûte la somme de 2 250 Francs…

 
 
Le matériel agricole n’est pas en reste.
En 1940, Adèle Achon, la grand-mère de mon mari a investi dans une motofaucheuse Dollé Bernard pour la somme de 6 200 Francs.
 
 
 
 
Grâce à cette machine, le travail est plus facile et plus rapide qu’avec la vieille charrue. 
Et surtout, cela permet à Chocolat, le vieux cheval de trait de prendre quelques repos bien mérité !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sources : factures acquittées – documents collection personnelle
                Voiture Chenard & Walker : Chenard et Walker blogspot.cm 
                 Motofaucheuse Dollé : apbfrance.com
 
 


#Challenge AZ… U comme Union dans le Bocage normand…

Maria Josephina Alberta Apollonia Valentina JEANNE (Sosa 31) a 18 ans. Elle est dentellière  et attend un enfant.

Le père n’est autre que Ferdinand Alphonse Henri FOUQUES (Sosa 30), un jeune coq de 19 ans, carrier de métier.

Ces deux-là se sont rencontrés depuis peu et ne se quittent plus…  Amoureux, ils se donnent des rendez-vous secrets où ils s’abandonnent l’un à l’autre !
Maria & Ferdinand ont joué à des jeux répréhensibles par la morale et Maria est enceinte.
Mais, quand on est orpheline, qui peut mettre en garde contre ces choses-là !

Elle vient d’annoncer la nouvelle à Jacques JEANNE, son oncle et tuteur, qui pour sauver les apparences va précipiter l’union des deux jouvenceaux…
La tradition aurait voulu qu’ils se hantent (fréquentent) longuement plusieurs années.
En Normandie, du XVIIIe au milieu du XIXe siècle, on se marie, en moyenne, vers 25 ans pour les filles et 27 ans pour les garçons.

Ferdinand, pas très fier, a fait appel à un entremetteur appelé badochet, diolevert, bérouette, brouetteur, darin, chausse-noire, colibard, marious ou hardouin qui saura trouver les mots justes pour convaincre l’oncle de Maria de la bonne foi du jeune homme.

La famille de Maria a accepté et a invité à la « bienvenue » (repas), Ferdinand et son père ; sa mère étant également décédée… Ferdinand a gagné l’entrée de la maison et maintenant les deux tourtereaux peuvent se fréquenter en bonne conscience et sans se cacher. Ce droit s’appelle venantisse ou menantise.

Maria n’a que peu de temps pour parfaire son trousseau ou équipage. Elle se fait aidée par ses amies qui voient là une façon de forcer la chance de se trouver également un futur mari.

Le temps presse, les « promis » se font enregistrer à la mairie de May s/Orne et les bans sont publiés le dimanche 28 février et le dimanche 7 mars 1869.
Puis, ils font la tournée des maisons pour inviter parents et amis.
Le mariage est prévu le mercredi 10 mars à 7h00 du soir.

Quelques jours avant le mariage, les meubles et le trousseau de Maria sont transportés au futur domicile des fiancés. Cela se fait lentement car il faut que tout le village puisse admirer le cortège.

Le jour de la noce est enfin arrivé… Maria est enceinte de trois mois mais cela ne se voit pas encore.
Elle a revêtu le costume local, agrafé un bouquet sur son corsage et ajusté sa coiffe sur la tête.

A la mairie, Les parents et amis sont présents et tous signent l’acte de mariage, excepté Alphonse FOUQUES, le père de Ferdinand, qui a déclaré ne pas savoir.

Puis, le cortège se dirige vers le lieu de la fête. Le repas est  servi dans une grange décorée pour la circonstance.
Maria trône à la table, tandis que Ferdinand aide au service.
Le repas est interrompu par le « coup du milieu » , trêve où l’on cesse de manger pour boire du calvados ou autre eau-de-vie : le fameux trou normand !

Au moment du dessert, le gâteau de noces sous la forme d’une grande galette, est coupé en morceau et distribué aux invités.
Pendant ce temps, un garçon d’honneur se glisse sous la table pour saisir la jarretière de la mariée ou un ruban que l’on découpe et que l’on distribue aux jeunes filles désireuses de se marier.

A la fin du repas, les invités distribuent des cadeaux aux mariés lors de la danse des cadeaux ou de la Quenouille.
Les danses et les chants durent jusque tard dans la nuit.

Maintenant, Maria & Ferdinand sont bel et bien mariés…

Et six mois plus tard, le 12 septembre 1869, naît leur fille Zéphirine Pauline dont je vous ai raconté la vie lors du challengeAZ 2013 à la lettre Z comme Zéphirine !



Sources : Acte de mariage de Ferdinand Fouques & Maria Jeanne – A.D Calvados
                Amours et mariages en France d’autrefois – Archives & Culture – Collection Vie d’autrefois
             Image : Les français vus par eux-mêmes – Google livres 

                                                                                                                                                                                                                          

#ChallengeAZ… T comme Trisaïeul…











La définition du terme « Trisaïeul » est la suivante :
Grand-père du grand-père ou de la grand-mère. Père du bisaïeul ou de la bisaïeule.
Chaque individu a seize tris aïeux.

(Dictionnaire de la Généalogique – Larousse)

Je vous présente mes 16 tris aïeux :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
 
Cet article m’a permis de faire un petit bilan sur cette génération, la cinquième de mon arbre :
 
Mes tri aïeux étaient manouvriers, tailleur d’habits, tisserand, cordier, marchand de chiffons, maçon, cultivateur, jardinier et carrier.
 
Les couples se sont mariés entre 19 et 38 ans, mais avec des écarts d’âge important chez mes Sosa 16 & 17 : elle avait 38 ans et lui 27 ans et chez mes Sosa 28 & 29 : elle avait 19 ans et lui 31 ans.
 
Le nombre d’enfants par couple varie de 2 à 11 enfants.
 
L’âge de décès de mes tris aïeux oscille entre 35 et 81 ans mais la moyenne se situe entre 50 et 70 ans.
 
 
 
Et vous, avez-vous fait ce genre de bilan sur vos ancêtres ? 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sources : image : collection personnelle : Baobab – Afrique du Sud -2006
                Fichier Hérédis : Généalogie Marly/Berthault  
 
 
 
 
 
 

#ChallengeAZ… S comme Sépultures…

S’intéresser à nos ancêtres, c’est aussi s’intéresser à leur dernière demeure… c’est à dire à leur sépulture !

La visite des cimetières est également une source de renseignements et de découvertes :

Au début de mes recherches généalogiques sur mes ancêtres maternels, je me suis rendue à Saint-Rémy sur Orne dans le Calvados en Normandie.
Je souhaitais faire des recherches à la mairie, mais cette dernière n’étant ouverte que deux demi-journées par semaine, j’ai trouvé porte close…
(Petit conseil  : toujours se renseigner sur les jours et heures d’ouverture des mairies en Province avant tout déplacement…)

Ne voulant pas m’être déplacée pour rien,  j’ai décidé de visiter le cimetière.

J’ai, ainsi,  découvert une tombe ancienne avec une inscription gravée dans la pierre :
                                         
                                                       Famille BERTHAULT – 1893

Rentrée à la maison, j’ai adressé un courrier à la mairie de Saint-Rémy afin de savoir qui était inhumé dans cette sépulture.

Quelques jours plus tard, j’ai reçu une réponse m’indiquant que la tombe était une concession perpétuelle achetée le 25 juillet 1892 par Victor Emile Berthault dont voici le titre d’achat :

Ainsi, j’avais trouvé, par hasard, la tombe de mes arrières grands-parents maternels.
Ceux-là même qui s’étaient mariés en Algérie et étaient revenus vivre en Normandie. (Voir articles 1-2-3 : Une épine généalogique).

Ce document m’a, également, permis de savoir que mes ancêtres étaient des gens prévoyants en achetant cette concession en 1892 et qu’ils avaient anticipé leur enterrement : Victor Emile est décédé en 1898 et son épouse en 1908.
Et que financièrement, ils avaient pu acheter une concession perpétuelle à 300 Frs.




Sources: image – collection personnelle


#ChallengeAZ… R comme Rieux de Pelleport….

Pour la plupart, mes ancêtres sont des gens de langue d’oïl qui n’ont que peu bougé de leurs régions.

Cependant, mes recherches m’ont révélé quelques surprises… Puisque je me découvre des trisaïeuls, côté maternel, pratiquant l’occitan.

Ces ancêtres ariègeois résidaient à Rieux de Pelleport avant de migrer vers l’Algérie (#ChallengeAZ… A comme de l’Ariège à l’Algérie…) :

Rieux de Pelleport est une commune située dans le département de l’Ariège en région Midi-Pyrénées. Ses gentilés sont les Ruxéens.

*L’étymologie du nom vient de : Rivus, ruisseau et de Pelleport (Pellepourte, nom du château et d’un seigneur de Rieux)

Rieux de Pelleport apparaît dans l’histoire lors de la donation faite en 1008 par Pierre, futur évêque de Gérone à son frère Raymond, Comte de Carcassonne, mais reste ensuite dans l’obscurité…

Lors du dénombrement du Comté de Foix en 1390, « Rius de Pelaporc » compte 33 feux (ce qui donnerait, pour la part imposable selon la règle de Voltaire, 149 habitants. Mention y est faite de « lo casteg » (château)…
Le château existait toujours, en 1540, et dépendait de de la châtellenie de Varilhes. Il fut assiégé durant les guerres de religions par le sire d’Audou en 1586 et a probablement été détruit à cette époque…

A la fin du XVIIe siècle, la seigneurie appartient au seigneur de Dalou, Gaspard d’Hébrail.
Existait, au XVIIe siècle, une église Sainte Madeleine.

En 1896, Rieux de Pelleport comporte 126 maisons pour 127 ménages (454 habitants)

Au début du XXe siècle, deux instituteurs et un curé exercent pour Rieux et le hameau de Ferriès.
Il est fait mention d’une manufacture de broderie.

Pour finir, ci-joint une perle relevée dans les registres BMS :

« Ordonnance de l’Evêque du Pamiers contre le curé de Rieux de Pelleport qui reçoit du monde dans sa maison et souffre qu’on y joue aux dés, cartes et autres jeux de hasard, y mange et boive comme dans un cabaret »… (13 février 1649) : ADA, G 145 (4)

L’armorial de Rieux de Pelleport :






Sources : *www.histariege.com/rieux_de_pelleport (Etude J.J Pétris ; participation d’Y.A Cros)
Images : Cartes de France Oïl et Oc :www.lexilogos.com
               Carte de Cassini : www;histariege.com
               Blason de Rieux (réalisé par Y.A Cros du Cercle Généalogique du Languedoc)