#ChallengeAZ… G comme GUILLAUME Jean-Claude…

 

« La mort commence trop tôt… On ne connait rien à la vie, et la voilà déjà !
Oh ! Comprenez donc qu’il n’y a que l’amour qui compte et que nous devons nous unir en face de cette chose noire qui vient de s’installer dans notre maison » 

Tennessee WILLIAMS

Marie-Magdeleine MAFFLARD, Sosa 47, est chiffonnière et veuve depuis dix mois.
Son mari, Jean-Baptiste LAVANCIER, Sosa 46 et domestique de charrue, est décédé le lundi 4 août 1823 à Athies-sous-Laon, deux jours après avoir marié leur fille, Marie-Louise, Sosa 23, âgée de 18 ans.

Miséreuse, Marie-Magdeleine n’a qu’un recours, celui de se remarier.

btv1b53097438r

Mardi 8 juin 1824,
Alors, aujourd’hui, à 44 ans, elle se rend à la mairie d’Aubigny-sous-Laon pour épouser Jean-Claude GUILLAUME, un manouvrier de 55 ans, deux fois veuf et qui a inhumé sa dernière épouse, Elisabeth DELOISY, le 22 avril dernier.

 

Sources :
A.D Aisne -Aubigny-en-Lannois – 5MI0329 [1818-1836] p.72
Image : Gallica.fr

 



 

#ChallengeAZ… F comme Marie-Marguerite FILLEUL…

En juin dans mon jardin, les « Marguerite » fleurissent…

Illustration_Chrysanthemum_leucanthemum0

Au commencement, Marguerite était une perle et non une fleur. C’est ensuite que la fleur fut appelée ainsi puisque, fermée, elle ressemble à une perle.

Et, c’est à Laize-la-Ville dans le Calvados que naît Marguerite, Sosa 511, le Vendredi 12 juin 1733.

Fleur ou pierre précieuse, elle tient son prénom de ses parents, Charles et Marguerite PAUGER et de sa marraine et grand-mère maternelle, Marie LOISEL.

A 24 ans, elle épouse Jean-Louis PAUGER, un cousin. Ils ont au moins quatre enfants : trois garçons et une fille, Marie-Jeanne, mon Sosa 255.

 

 

Sources: origine prénom : Magicmaman.com
Image : Illustration de la marguerite (1885) – Wikipédia.org
A.D Calvados – Laize-la-Ville [1726-1792] p.22

#ChallengeAZ… E comme Marie-Anne d’EPERNAY…

Mercredi 23 juin 1700,
Un village picard, Gercy… Une rivière, la Vilpion… Et de-ci, de-là, quelques moulins à eau…

C’est dans ce décor champêtre que Marie DELASÜE met au monde une fille prénommée Marie-Anne. Elle est la petite sœur de Pierre (Sosa 134).
Leur père, Jacques, est meunier et Pierre le deviendra également.

Marie-Anne est portée sur les fonds baptismaux le 24 juin, en présence de Jacques et de ses parrain et marraine, Jean CACHEU et Marie d’EPERNAY, sa sœur ainée.

Marie & Jacques décèdent respectivement en 1712 et 1715 laissant Marie-Anne orpheline.

Qu’est’il advenu de la fillette ? Je l’ignore car je n’ai trouvé aucun acte la concernant dans les registres paroissiaux de Gercy.

 

Source :
A.D Aisne – Gercy [1669-1714] 5Mi0788 – p.158

 

#ChallengeAZ… D comme Jeanne DUQUESNOY…

 

Beau mois de juin, change l’herbe en bon foin

Lundi 1er juin 1722,
A Erlon, petit village picard, le printemps tire sa révérence.

Aujourd’hui, on fête St-Probas et le soleil brillera huit minutes de plus. Bientôt, il entrera dans le signe de l’Écrevisse et la liesse populaire célébrera le solstice d’été.

langfr-110px-Cancer.svg

Jalouse, la lune se vengera en s’éclipsant totalement dans la nuit du 19 juin à minuit quinze, précisément.

Mais, Jeanne DUQUESNOY première épouse d’Antoine Marly, Sosa 128, avec qui elle a eu deux enfants : Louise et Frédéric, ne verra point cela.

Elle est décédée, ce jour, à 37 ans et a été inhumée dans le cimetière du village.

 

 

Sources :
Dicton : saint-dicton.com
GALLICA – BNF : Almanach Royal pour l’Année MDCCXXII –
Image : Symbole du signe zodiacal du Cancer – Wikipédia.org
A.D Aisne : Erlon [1685-1722] 5Mi0493 – p.264

 

 

#ChallengeAZ… C comme Etienne COULON…

En 1810, l’Abbaye Saint-Martin de Laon fut transformée en Hôtel-Dieu pour y accueillir malades, indigents, aliénés, vieillards et orphelins.

IMG_2089

Au 19e siècle, l’hôpital n’était guère un lieu accueillant :
Les salles communes favorisaient la propagation des miasmes ; les lits étaient alignés sur deux rangées qui se regardaient ; les malades n’avaient pour intimité que la couche où ils étaient allongés.

Samedi 11 juin 1842,
Etienne COULON, Sosa 36, veuf et âgé de 76 ans,  y est décédé ce jour à 11 heures du soir.
De son vivant, Etienne était tisserand et résidait à Beaulne-Chivy.
Veuf de Marie-Françoise PORTELETTE et père de trois enfants, il épousa en secondes noces, Marie-Elisabeth COMPIN.


Image : Collection personnelle
A.D Aisne : Laon – 1842 – 5Mi0081 – p.214

#ChallengeAZ… B comme Marguerite BOQUET…

Jeudi 11 juin 1772,
Une petite Marguerite, Sosa 51, voit le jour chez Pierre et Marie LHONNEUR à Saint-Pierre-du-Regard dans l’Orne.

IMG_2088 (1)Devenue grande, Marguerite exerce le métier de fileuse.

Si tu veux faire mon bonheur
Marguerite, Marguerite,
Si tu veux faire mon bonheur
Marguerite, donne-moi ton cœur
Marguerite me l’a donné
Son cœur, son cœur
Marguerite me l’a donné
Son cœur pour un baiser

A 21 ans, elle épouse Guillaume GEHENNE, un laboureur de 39 ans, originaire d’un village voisin. Ils ont deux filles : Marie-Marguerite (Sosa 25) et Marie-Madeleine.

Lundi 26 juin 1843,
Veuve depuis trois mois, Marguerite s’éteint à son domicile au Hameau du Grand Samoi. Elle vient d’avoir 71 ans.

 

Image : Carte Cassini – Géoportail.gouv.fr
Chanson : Si tu veux Marguerite, Harry Fragson (1873-1913) – Wikipédia.org
A.D Orne : Saint-Pierre-du-Regard [1768-1780] p.49 – [1843-1852] p.223

 

 

 

#ChallengeAZ… A comme Anne ACHON…

Enfin, le grand moment est arrivé ! Le ChallengeAZ débute !
Et comme je l’ai écrit , je vous raconterai, en plus ou moins 100 mots et tout au long de l’alphabet, des événements qui se sont produits en « JUIN ».

Ecoutez… la grand’malle aux ancêtres s’ouvre doucement, et…

Bonne lecture !

 

IMG_6982
Clamont

 

Dimanche 25 juin 1843,
Il est 10 heures au carillon qui tintinnabule de joie… Clamont, hameau de Lorlanges en Haute-Loire, accueille une nouvelle âme.

Louise PRADAL, 36 ans, accouche de son premier enfant dans la ferme familiale.
Jean (Sosa 16 de Monsieur), 45 ans, déclare l’après-midi même la nouvelle née et la nomme Anne. Il est accompagné de ses frères, Jean et Géraud.
Le maire, Michel SOULIGOUX, rédige l’acte de naissance à 16 heures.

Si la petite s’appelle Anne pour l’état civil, ses proches la baptisent Marguerite.

C’est sous ce prénom que son acte de décès sera enregistré, le 27 juillet 1914.
Il sera 10 heures et la cloche sonnera le glas !

 

Sources :
Image : Collection personnelle
A.D Haute-Loire : Lorlanges [1843-1852] 6 E 139/7

#ChallengeAZ… Edition 2016, c’est parti !

Il est revenu le temps du ChallengeAZ… Et les généanautes attendaient cet événement avec grande impatience comme j’ai pu le lire sur les réseaux sociaux.

Chacun s’est préparé, se prépare… ou pas.
Il y a :
les prévoyants qui y pensent depuis le début de l’année,
les hésitants : participerai-je ou ne participerai-je pas,
ceux qui ont trouvé un thème mais qui n’ont encore rien écrit,
les retardataires qui attendront le dernier moment,
etc…

Et moi, et moi, et moi…

cliquez sur l'image
cliquez sur l’image

Et bien, cette année, j’opte pour la zénitude ! Le ChallengeAZ n’est pas une compétition et ma participation sera simplement synonyme de plaisir et de partage… Plaisir d’écrire et plaisir de vous lire.

Mais, après un ChallengeAZ 2015 savoureux mais O combien calorique, une petite remise en forme est de mise :

gif image

Et, hop, c’est parti…
Je vais rouvrir la grand’malle aux ancêtres pour la quatrième année consécutive.

Et pour ce nouveau défi, j’ai choisi comme fil rouge « Juin »… Petit clin d’œil au mois du ChallengeAZ.
Je vous raconterai, en 100 mots, nos ancêtres (ceux de Monsieur et les miens) nés, mariés, décédés ou qui ont vécu un évènement pendant le mois de juin, bien qu’à ce jour, mon alphabet demeure incomplet…

Et vous, comment vous préparez-vous pour le prochain ChallengeAZ ?

 

 

Sources : Gifs Clippss

Les BONNAIRE, une famille de clercs laïcs…

Actuellement, je complète ma liste d’ascendants et je souhaite vous conter la vie de mon Sosa 172, Etienne BONNAIRE, honorable aïeul à la huitième génération et découvert depuis peu.

Le royaume de Louis XIV est appauvri par les guerres. Le climat est désastreux et la misère sévit.
Cependant, Etienne BONNAIRE, fils de Pierre et de Jacqueline POISSON naît et est baptisé le dimanche 22 janvier 1702 à Monceau-le-Waast, petit village picard.

IMG_2074En 1725, âgé de 23 ans, il épouse le mardi 15 mai, Nicole LOBJOIS, une demoiselle de 22 ans.
Quelques temps plus tard, le 5 septembre, le pays célèbre l’union de Louis XV avec Marie Leszczynska au Château de Fontainebleau.

Etienne et Nicole ont trois enfants :
– Jean-Pierre °1726
– Marie-Françoise °1728
– Etienne ° 6 mars 1730
Malheureusement, Nicole décède probablement des suites de son accouchement et est inhumée le même jour, mercredi 8 mars 1730.

Chez nos ancêtres, la période de deuil dure peu. Un veuf ne peut rester seul avec des enfants à charge.
C’est ainsi que le lundi 22 mai, Etienne se remarie avec Marguerite BALOSSIER, une jeune fille de 19 ans.
De leur union naissent onze enfants :
– Célestin °1732
– Marguerite °1733
– Nicolas °1734
– Jean-Marie °1736
– Marie-Anne °1738 +1740 à 16 mois
– Marie-Thérèse ° 1742 +1742 à 9 jours
Nicolas °1744 +1820 – Sosa 86
– Jean-Antoine °1746
– Marie-Catherine °1748 +1751 à 3 ans et 6 mois
– Jean-Baptiste °1750 +1751 à 18 mois
Les deux enfants décèdent à quelques jours d’intervalles en décembre (image en-tête de l’article)
– Jean-Louis °1753

Voici un condensé de la vie privée d’Etienne qui a fondé une grande famille.

Côté professionnel, Etienne est clerc laïc. Tiens, quel est le rôle d’un clerc laïc au XVIIIe siècle ?

J’ai trouvé, sur Gallica-BNF, un récit de quelques pages paru dans le Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie clerc laïc (cliquez sur le lien pour y accéder) 
Le texte explique comment est élu et quelles sont les fonctions exactes d’un clerc laïc dans un village de Picardie en 1785.
On imagine aisément qu’Etienne vit vraisemblablement la même chose.
Outre le choix de la personne, on peut lire les règles auxquelles doit se soumettre un clerc laïc et le cérémonial autour de la prise de sa fonction ainsi que, très intéressant, les émoluments qu’il perçoit :

IMG_2079
Extrait

En résumé, Etienne sait lire et écrire ; il est également chantre, sonneur, maître d’école… magister confirmé dans l’acte de naissance de sa fille, Marie Catherine :

IMG_2076Il peut également ondoyer un nouveau-né en cas de danger imminent de mort à la naissance comme l’indique l’acte ci-dessous :

IMG_2077
De plus, il a une connaissance de la liturgie et du latin. Pieux, il est d’une moralité exemplaire et soumis au curé. Enfin, il est rémunéré par les paroissiens.

Au début de 1772, des explorateurs découvrent des terres australes. Etienne ne tarde pas à rejoindre le royaume céleste. Agé de 70 ans, il s’éteint le 21 septembre. Il est inhumé le lendemain en présence de ses enfants dont cinq sont également « clerc laïc » comme le confirment leur signature et le lieu de leur charge (communes surlignées en vert sur la carte de Cassini) :
– Etienne, clerc à Pierpont,
– Jean-Antoine, clerc de la paroisse Sainte-Benoîte à Laon,
– Nicolas, mon Sosa 86, clerc à Monceau-le-Waast qui a remplacé son père,
– Jean-Louis, clerc de la paroisse St-Marcel, faubourg de Laon,
– Jean-Pierre, clerc à Verneuil S/Serre :

IMG_2078Hormis les cinq garçons nommés ci-dessus, tous les enfants vivants d’Etienne signent les actes paroissiaux… et on peut penser qu’ils savent aussi lire et écrire… mais rien d’étonnant avec un père… maître d’école !

La charge d’un clerc laïc en Picardie a certaines similitudes avec celles d’une Béate en Auvergne.
Comme pour cette dernière, la fonction de maître d’école a disparu avec la création des écoles normales sous Jules FERRY.

 

 

Sources :
GALLICA-BNF : Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie : Choix et nomination d’un maître d’école et clerc laïc dans un village au XVIIIe siècle (Le Souich, Picardie et Artois) 1785
CONTEXTE – Thierry SABOT
Actes paroissiaux : A.D Aisne – 2MI0491 [1676-1775]
Carte de Cassini – Géo Portail 

 

#Généathème : Vous avez dit FERAND ou FERY… L’énigme est résolue !

Dans l’article précédent, je vous faisais part de mes doutes concernant l’ascendance de mon Sosa 34, Simon FERY, dont le père Gérard est dit FERAND, puis FERY. A lire ici

Suite à vos messages sur le blog ou sur les réseaux sociaux, ce dont je vous remercie, j’ai repris la lecture des registres paroissiaux d’Eppes dans l’Aisne.
Et, après avoir comparé les différentes signatures de Gérard et de Simon, j’ai acquis la certitude, mais non sans mal, que les FERY se nommaient FERAND, FERANT, FERAIN avant 1778, année où le patronyme a changé.
Mes recherches historiques n’expliquent pas ce changement d’orthographe et cela restera une énigme !

Mais revenons à mon analyse :
En feuilletant les registres, j’ai trouvé un acte de baptême daté du 24 avril 1748 concernant une fillette nommée Marie-Françoise Bride.
Gérard, jeune garçon, est le parrain et signe l’acte FERANT (avec un T final) ; Marie-Françoise Bride, jeune fille, visiblement parente avec la nouvelle née, est la marraine et ne sait pas signer.

IMG_2008

Leur nouveau statut rapproche Gérard et Marie-Françoise puisqu’ils se marient le 26 janvier 1751. Gérard signe l’acte FERAND (avec un D final)

IMG_2009 

Le 10 décembre de la même année, nait Simon, mon Sosa 34. Gérard signe l’acte FERAND.

IMG_2006

Les années passent et le 9 mai 1780, se marie Antoine, autre fils de Gérard et de Marie-Françoise avec Marie-Angélique Wattier.
Gérard et Simon, désignés le père et le frère de l’époux, signent l’acte FERY.
L’oncle, Louis BRIDE, est aussi présent et signe également.

IMG_2011

Je note que sur les quatre actes, Gérard puis Simon signent de leur prénom et de  leur nom d’où mon scepticisme concernant l’acte de mariage de Simon en 1787 où n’apparait que leur patronyme.

IMG_2007

Et finalement, j’ai vérifié  la signature de Simon sur l’acte de naissance de Geneviève Séraphine, sa fille (mon Sosa 17), ce que j’avais omis… Honte à moi !

IMG_2010

La forme des lettres est identique : G de Gérard, M de Simon… Pas de doute, les signatures sont identiques.

Il suffit de lire les actes attentivement pour résoudre certaines énigmes et extraire les épines de nos arbres.

Cependant, mes recherches ont soulevé une autre interrogation :
En 1787, lors du mariage de Simon, l’acte indique qu’il est veuf de Marie-Françoise BOTTIER.
Je n’ai trouvé ni l’acte de mariage, ni l’acte de décès concernant Marie-Françoise BOTTIER.
Par contre, j’ai découvert un acte de mariage avec une Marie-Françoise LAMY, le 30 juin 1778 et l’acte de décès de cette Marie-Françoise, le 9 janvier 1782 que Gérard, son beau-père a signé.
Puis-je considérer qu’il s’agit d’une erreur de transcription de la part du curé ?

Depuis la parution de cet article, plusieurs généanautes dont @Cetetelle sur Twitter, Guylou Noute et Fofi Fonfec sur Facebook m’ont apporté une aide précieuse notamment en retrouvant l’acte de mariage de Simon avec Françoise BOTTIER.

Voilà une épine extraite et une énigme résolue, mon ancêtre s’appelle FERAND ou FERY et s’est marié trois fois :
– le 30 juin 1778 avec Marie-Françoise LAMY à Eppes.
– le 9 avril 1782 avec Françoise BOTTIER à Bruyères-et-Montbérault. 
– le 31 décembre 1787 avec Marie Elisabeth COCHET, mon Sosa 35 à Eppes.

L’entraide généalogique n’est pas un vain mot. Vous êtes formidables ! Merci!

 

 

Sources : A.D Aisne – Registres paroissiaux Eppes – 5Mi0102 (1736-1775)