Le testament de Marie BELLEJAMBE…

C’est en parcourant les registres paroissiaux de Noyers-Bocage, village ancestral situé dans le Calvados que j’ai trouvé cette archive insolite établie par le curé du lieu.

Séduite par la poésie du patronyme, je ne résiste pas au plaisir de partager ma découverte.

Marie Bellejambe est âgée de 35 ans et originaire de la paroisse de Saint-Ouen de Caen. Elle est la fille de feu François Bellejambe et de feue Anne Mariotte.
Marie est en visite dans le village de Noyers-Bocage, village situé à 18 km à l’ouest de Caen, pour ses affaires et réside chez un certain Robert Le Val.
Malheureusement, elle tombe malade.
Sentant sa fin proche, on fait appel au curé du village afin de lui administrer les derniers sacrements.
Mais, Marie Bellejambe ne se contente pas de recevoir l’absolution. Ayant quelques biens et étant certainement seule, elle désire disposer de son héritage et s’en confesse auprès du curé.
Ainsi, elle lui dicte ses dernières volontés.
Voici son testament :

Testament Noyers (14)- 1

testament Noyers (14) - 2testament Noyers (14) - 3Testament Noyers (14) - 4Le trentième jour de septembre mille sept cents onze
ayant été appellé et administré les sacrements à
marie bellejambe aagée de trente cinq ans, fille de
feu françois bellejambe et dame mariotte résidente
en la paroisse de St-ouen de caen, venüe en cette
paroisse de noyers pour ces affaires et etant
tombée en maladie dans la maison de Robert
Le val, elle a désiré disposer de ses biens et
fait son testament par devant moy pretre
vicaire de noyers soussigné pour être exécute
et ce sur lheure de midy en la maniere qui
ensui.
Premierement Je recommande mon
ame a Dieu La met sous la protection de la sainte
vierge Marie ma bonne patronne et mon ange
gardien et ayant vescu dans la religion catolique
apostolique et romaine, je désire y mourir.
Secondement je souhaite que mon corps soit
inhumé dans le cimetiere de la paroisse ou
je descederai. Pour faire les frais de mon
inhumation Je donne au St prieur de noyers
savoir La somme de vingt quatre livres aprendre
sur robert leval, dont le billet est dans mon
Coffre de la somme de dix ecus, dont six lui nes seront
données a Jean Lemaitre de noyers pour absorber
le vieux contes entre nous et parce que le dit le
val aura pu faire des frais pour ma maladie
Il seront rabattu sur la somme de vingt quatre
livre et à … payé et rabattu dix livres
troisiemement Je donne et legue  pour prier Dieu

pour moy et mon pere et ma mere au St
prieur de noyers savoir mon coffre draps serviettes
et un Doublier une caises et un paitry (?) sur quoy
Je ne dois que quinze sols par le loyer de ma
maison a le terme de la St Michel dernier passé
quatriemement je donne mes habits et linge
a mon refuge au St prieur de Noyers pour
dire ou faire dire des messes basses a la
valeur des dits meubles et habits aussi bien que
mon lit que je luy donne aussy pour la
meme fin
Je donne ma tasse a bouillon a marguerite paris
femme de robert leval et deux cuillieres detam
fin pour ces bons services dans ma maladie
Lesquels legs jay faie etant en pleine liberté

d‘esprit et de jugement sans contrainte ny
sollicitation, pour etre executez Comme ma
derniere volonté par mr pinet pretre vicaire 
de vendes que jay nomme pour mon executeur
testamentaire, Ce que jay marqué ne pouvant
signer et ne sachant ecrire apres que le present
ma ete lu et relu par maitre fouques noel
pretre vicaire du lieu de noyers en presence
De marin richar et Jean paris tous deux
de noyers.

Marie Bellejambe est décédée le lendemain, 1er octobre et a été inhumée le 2 octobre 1711 dans le cimetière de Noyers :
Son acte de sépulture suit son testament dans le registre .

Bien que Marie Bellejambe n’ait pu signé son testament, on peut penser qu’elle s’est éteinte l’esprit tranquille en ayant disposé de ses biens.

Pour information, j’ai trouvé qu’un « doublier » était, au Moyen Age, une nappe pliée en deux placée devant les personnages importants.
Mais à quoi pouvait servir cette nappe ?
Par ailleurs, j’ai un doute sur le mot « paitry ».
Si vous savez ce que cela peut être, n’hésitez pas à me le dire, ainsi que les deux mots manquants et remplacés par « … »

 

Sources : A.D Calvados – Noyers-Bocage – BMS [1706-1766] page 35 – 36

3 réflexions sur « Le testament de Marie BELLEJAMBE… »

  1. Il est étonnant ce testament recueilli par le curé. Peut-être les derniers moments de Marie étaient-ils comptés ? Néanmoins le curé a fait preuve de complaisance.
    C’est astucieux d’éviter les frais d’enregistrement et de notaire en inscrivant ses dernières volontés sur le registre d’état civil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *