#Généathème : archives insolites…

 

En ce mois de février, le Généathème met à l’honneur les archives insolites.

Marie Marguerite Gehenne, mon Sosa 25 est née à Sainte-Honorine-la-Chardonne dans l’Orne.

Et, lors de mes recherches dans les registres paroissiaux, j’ai trouvé cet acte rédigé par le curé de l’époque, Sébastien Elie :

Scan (7)

Le premier jour d’octobre mil sept cent quinze a été placé et assie un pressoir partie sur le territoire de la première portion, partie sur celuy de la segonde par Mrs Sébastien Elie et Guillaume des Buats, curés des dittes portions que ils ont acheté et paié par ensemble la somme de quatre vingt livres a Jean Iouanne du village de la Barbotière avec les autres frais quil a falu pour le loger et mettre en etat de piler et travailler .. le tout que ils ont fourny…

Scan1 … et paié par ensemble pour encore ensemble et autant lun comme lautre sans que une portion puisse en exclure lautre, et suivront demaisme autempt advenir leurs successeurs aux dittes portions parseque telle est la volonté des dits des Buats et Elie curés qui ont bati le present pressoir le dit jour et an que dessus, ce que ils ont ecris et signé sur le registre de la paroisse pour etre mieux garde et y avoir recour quand besoing sera.

Dix ans plus tard, en 1725, le curé Elie fait état de la météo et son impact sur le prix des céréales : Scan-001 Fin du présent registre qui a servi pendant dix ans et a fini par lan 1725 qui a este une année tres facheuse il y a tombé de la pluye pendant neuf mois. Le seigle a valu jusque douze livres le sazazin item et lausine six livres, en outre le dix sept decembre il arriva un nouragan qui a renversé une quantité darbres.

Letablissement du pressoir et lacte qui en a été fait entre Mrs les curés Elie et de Buats est en lannée 1715 premier octobre cy devant.

Il faut savoir que la paroisse de Sainte-Honorine-la-Chardonne était, autrefois, une des plus importantes de la contrée et sa cure était divisée en deux portions. Chaque portion était régie par un curé, chacun ayant son presbytère et son propre revenu.  De plus, chaque curé exerçait une semaine sur deux. Cette séparation provoquait, parait-il,  des conflits entre paroissiens.

Alors,  pourquoi les deux curés se sont-ils entendus pour la mise en place de ce pressoir ?  Désiraient-ils démontrer leur bonne entente en donnant l’exemple ? Ou voulaient-ils, simplement, assurer leur subsistance qui devait être difficile à la lecture de ce document.

Un peu des deux raisons, peut-être…  et l’adage dit que l’union fait la force…

Qu’en pensez-vous ?

 

 

Sources : A.D Orne – Sainte Honorine la Chardonne : 3407/EDPT315 12 – p. 6-7 et 96

Mémoires de la Société des Antiquaires de la Normandie : La commune de Sainte Honorine la Chardonne par Mr le Comte Hector de la Ferrière-Percy :

http://books.google.fr/books?id=GzgFAAAAQAAJ&pg=PA281&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false                

La Cité Malesherbes…

La Cité Malesherbes est une voie privée, protégée par d’élégants portails, dans le 9è Arrondissement de Paris.

BCANC7AT

Elle débute au 59 rue des Martyrs et se termine au 22 rue Victor Massé (jadis rue Laval)

Cette cité se trouve aux confins de la nouvelle Athènes et de Montmartre.

Elle est située sur l’emplacement de l’hôtel particulier de Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes (1721-1794) : ministre, académicien, juriste, défenseur de l’Encyclopédie et protecteur de Diderot. Défenseur de Louis XVI, il fut guillotiné en 1794. Son hôtel particulier et ses terres occupaient plus d’un hectare et demi.

Adrien Abraham, dernier propriétaire de l’Hôtel Malesherbes décida, en 1855, de réaliser une opération immobilière en détruisant sa résidence et en créant une nouvelle voie.  Mais, il prit le parti d’affecter les terrains à l’édification d’une quinzaine de petits hôtels particuliers attirant ainsi des artistes (peintres, acteurs dramatiques…), des intellectuels en vogue de la nouvelle Athènes, de grands bourgeois mais aussi quelques dames entretenues.

On peut encore admirer les façades de ces riches demeures, notamment au numéro 11, avec une devanture polychrome ornée de céramiques, laves et terres cuites émaillées, œuvre de l’architecte Jal pour le compte du peintre Jolivet. Cet hôtel est classé Monument Historique.

malesherbes_300-9c91f

Le numéro douze abrita la S.F.I.O (Section française de l’International Socialiste) créée en 1905, puis le P.S entre 1936 et 1975. Aujourd’hui, on y trouve la Fondation Jean Jaurès.

Au numéro 17, la cité forme un coude. La Villa Carla construite en 1857 par Jacques Amoudru présente une belle rotonde et sur la façade de briques roses et de pierre , on peut voir deux profils dans deux médaillons. Une échauguette néo-gothique a été ajoutée à son extrémité.

malesherbes2_300-838b9

Et pour finir cette visite, revenons au numéro trois  qui abritait la clinique Marie-Louise dont la spécialité était une maternité, aujourd’hui disparue.

Pour l’anecdote : Bernard Buffet, Johnny Hallyday, Françoise Hardy y sont nés….

Et, et… c’est également là que j’ai montré le bout de mon nez… il y a maintenant plusieurs décennies.

Je n’étais jamais allée sur mon lieu de naissance… Et lors d’une promenade , j’ai découvert un bel endroit où plane encore le romantisme parisien du XIXe siècle.

Et vous, que connaissez-vous de votre lieu de naissance  ?

 

 

Sources : www.mairie9.paris.fr

 

 

 

 

Sur les pages d’un cahier d’écolier…

Je viens de recevoir l’acte de décès d’une de mes arrières grands-mères paternelles, Octavie Louise MEREAUX qui est décédée à Athies sous Laon, le 30 octobre 1917.

Scan (1)

 

 

La guerre fait rage… La région picarde se trouve en territoire occupé par l’ennemi et elle le restera pendant quatre ans. Les réquisitions et la pénurie de matières premières obligent la population à se débrouiller et à innover dans leur quotidien.

Les gens survivent… La vie va, bon gré, mal gré !

A Athies,  la mairie ne possédant plus de registres, les actes d’état civil sont transcrits sur des cahiers d’écolier !

Et en découvrant cette simple page,  je ne peux m’empêcher de penser que les civils ont, eux aussi, subi  bien des épreuves !

 

 

Source : Acte de décès Mairie d’Athies sous Laon.

 

 

 

 

#ChallengeAZ… A comme de l’Ariège à l’Algérie…

Quitter sa terre natale pour s’installer sur d’autres rivages… Commencer une vie nouvelle et espérer qu’elle soit meilleure…
Telle fut l’épopée, pleine de promesses, proposée à des dizaines de milliers de français au XIXe siècle pour peupler l’Algérie, après sa conquête en 1830.
Parmi eux, se trouvaient mes ancêtres ariègeois.

Difficile d’imaginer un changement de vie plus radical :

 

Marseille… Le port…  La Méditerranée… Du jamais vu !

 

Embarquer et naviguer vers l’Afrique de Nord… L’inconnu !

 

Scruter l’horizon, le cœur battant,  pour apercevoir la côte… Et soudain, découvrir l’Algérie !

        

Débarquer à Alger… Le soleil brûle la peau… La chaleur ralentit les gestes… La lumière éblouit…  Mais tous les sens sont en éveil…

Des parfums inconnus divulguent leurs effluves envoûtants : le jasmin, la fleur d’oranger, les bougainvillées et les jacarandas…

 

S’enivrer, observer…  mais, ne pas s’attarder… Saisir son maigre bagage et continuer la route…

 

Direction le sud-ouest… Encore 50 km à parcourir… La notion du temps s’évapore !

 

Quelques heures sous le soleil écrasant… Avant d’arriver à destination… Et enfin, découvrir Blida…  !

Est-ce ainsi que Dominique Tourré & Suzanne Périé, mes arrières-arrières grands-parents, cultivateurs, quittant Rieux de Pelleport en Ariège ont découvert l’Algérie ?

Dominique et Suzanne se sont mariés à Rieux de Pelleport le 13 février 1825. Leurs enfants sont nés dans cette commune.
J’ignore la date de leur arrivée à Blida et combien de temps, ils y ont vécu…
Suzanne est décédée le 13 décembre 1857 à 56 ans  et Dominique le 15 février 1858 à 60 ans à l’hôpital militaire.

Leurs enfants sont restés à Blida, s’y sont mariés et y ont vécu assurant ainsi une descendance dans cette ville.

Leur fille, Marie Suzanne y a épousé mon arrière grand-père maternel, Victor Emile Berthault… avant de refaire le trajet à l’envers pour aller vivre en Normandie, la région natale de Victor Emile !
(voir articles : Une épine généalogique)

Voici pour mon histoire familiale… encore incomplète !
Pour la grande Histoire,

*Les troupes françaises occupent Blida en 1839, neuf ans après la conquête de l’Algérie en 1830 et après de nombreuses tentatives d’occupation. Ils bâtissent de nombreuses casernes militaires, ce qui explique que Blida est devenue une ville garnison de l’armée française pendant toute la durée de la colonisation…
Détruite par le séisme de 1825, Blida a été reconstruite par les français selon un plan d’urbanisation moderne (rues à angle droit et maisons basses).
Aux portes de la ville, trois villages de colonisation sont créés : Joinville et Montpensier en 1843 et Dalmatie en 1848.
En 1848, elle est érigée en municipalité.

Sources : *Wikipédia.org/Blida
Image : Blida – l’Eglise catholique – Gallica – BNF

Je ne suis pas bien portant…

Il y a peu de temps, +Benoit PETIT écrivait sur son blog, que la sérendipité avait du bon.
Et je ne peux qu’approuver lorsque le hasard nous offre de truculentes découvertes :

Lors de mes recherches aux Archives Départementales de l’Orne, j’ai consulté un registre intitulé :                                                              

                                       Délibérations du Conseil de Révision- Classe 1856 –
Ce registre est constitué de la liste des jeunes appelés par tirage au sort. 
En face de chaque nom, l’Etat Major a annoté si le futur soldat était « bon pour le service » ou si, il était réformé et les causes.
 
Par curiosité, j’ai feuilleté le registre et j’ai découvert à la fin de celui-ci plusieurs pages manuscrites, dont un document émanant d’un tribunal où ont comparu plusieurs jeunes gens présumés coupables de n’avoir pas voulu effectuer leur conscription.
Je ne peux m’empêcher de partager un extrait du document tant sa teneur m’a amusée :
L’an mil huit cent cinquante sept, le lundi 3 août,
Le Conseil de Révision du département de l’Orne composé de M.M…

s’est réuni à l’hôtel de la préfecture où…

a l’effet de statuer définitivement à l’égard de deux
jeunes gens de la classe 1856 déférés aux tribunaux comme
prévenus de s’être rendus impropres au service militaire ;

Vu sa décision du 18 mai 1857, par laquelle il a déféré
aux tribunaux comme prévenu de s’être rendu impropre au service
d’une manière permanente en se faisant arracher plusieurs dents à la
mâchoire inférieure le Sr Vigneron (C… Hippolyte), inscrit sous 
le numéro 20 de la liste du tirage au sort du canton de Mêle sur Sarthe. 
Vu la lettre en date du 21 juillet dernier, par laquelle M.
le Procureur Impérial prie le Tribunal de 1ère instance d’Alençon
faire connaître que le Sr Vigneron a été renvoyé …  des
poursuites par une ordonnance de non lieu rendue par M. le juge
d’instruction ; qu’il est résulté de l’information que cet individu 
avait déjà perdu un certain nombre de dents, plusieurs mois avant
le tirage ; que le médecin dentiste, chargé de l’examiner, a constaté
qu’il avait une grande prédisposition  à la carie et que plusieurs
des dents qui avoisinaient celles que l’on avait dû extraire pour cause
de caries étaient elles-mêmes cariées par suite d’un contact antérieur ;
Vu l’article 41 de la loi du 21 mars 1832 en la circulaire
ministérielle du 28 juin 1835,
Décide : 1° Que le Sr Vigneron (C… Hippolyte) est exempté
pour perte de dents ;
… 
 
 
Libéré, je suppose que le Sieur Vigneron n’a pas « gardé une dent » contre l’Etat Major !
 
Cette petite histoire ne vous fait-elle pas penser à la chanson du comique troupier Ouvrard… ?
 
Pour le plaisir, écoutez :
                           
                                                   
 
 
 
 
 
 
Source : A.D Orne – Registre des délibérations du conseil de révision – 1856 – R 541
         


La Béate….

 

En Auvergne, la Béate était un personnage singulier :

 L’Église inquiète de l’ignorance religieuse dans laquelle se trouvait une grande partie de la population, surtout dans les villages reculés et difficiles d’accès, fonda au XVIIe siècle : « Les Demoiselles de l’instruction ».
L’institution dépendait de l’Évêque du Puy-en-Velay….
Dans les familles nombreuses, il existait des filles « vilains petits canards » qui ne trouvaient pas à se marier. La congrégation des Demoiselles de l’Instruction recrutait parmi elles la future Béate.
Envoyée au couvent pour un an ou deux, elle y recevait un enseignement religieux et quelques rudiments scolaires : écriture, lecture et calcul. Elle y apprenait aussi l’art de la dentelle.
Bien que très pieuse, la demoiselle n’était pas religieuse et ne prononçait pas de vœux.
Elle était vêtue d’une robe de laine noire et d’un voile de la même couleur.
Puis à sa demande, elle se fixait dans un village. Sa maison construite par les villageois s’appelait l’assemblée. Elle était surmontée d’un petit clocheton qui rythmait la vie du village.
Dévouée entièrement aux habitants , la Béate recevait des dons en nature pour subsister.
La Béate servait d’intermédiaire avec le curé de la paroisse. Elle avait pour principale mission d’enseigner aux enfants, enseignement aléatoire car il était à la mesure de ses propres connaissances.
Elle jouait un grand rôle dans la formation des jeunes filles notamment pour apprendre la dentelle et contribuait au développement de ce métier.
C’est à l‘assemblée que la gente féminine se réunissait pour faire couvige (lire M comme métier).
La Béate avait, par ailleurs, beaucoup d’influence sur les villageoises.

Outre son rôle d’enseignante, elle faisait également office de garde-malade. Elle habillait et veillait les défunts. Elle consolait les malheureux et elle contribuait à la bonne harmonie dans le village.
Sa maison servait d’école mais également d’asile, de crèche, d’infirmerie.

Les villages ancestraux de Bournoncle, Saint Géron, Balsac, Saint Beauzire et Saint Ilpize ont recensé des Béates qui cohabitaient avec les aïeux de mon mari.

Entre le XVIIe et le XIXe siècle, le rôle de la Béate n’était pas négligeable. En 1847, on en comptait environ 1294 en Haute-Loire.
Mais les lois de Jules Ferry qui obligèrent la nomination d’institutrices laïques formées à l’École Normale sonnèrent la fin de l’existence des Béates.

Aujourd’hui, les Béates ont disparu mais quelques unes de leurs maisons ont traversé le temps.
D’ailleurs, si vous vous promenez dans les villages altiligériens, vous les apercevrez, peut-être, surmontées de leur petit clocheton !

 

 

Sources : Almanach de Brioude : Les Béates dans la communauté de Brioude – Nicole Darpoux
                Histoire sociale Haute-Loire : Dentelles et dentellières 400 ans d’histoire – R. Vacheron
 Image :  site http://www.geneal43.fr

Des amours interdites… Ou la vengeance du garde-champêtre !

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous une seconde perle journalistique trouvée sur Gallica (j’aime, j’aime, j’aime…) !

Ce fait divers se passe à Saint-Ilpize, autre village ancestral auvergnat, en 1882.

De quoi s’agit-il :

Le vicaire du village entretient une relation interdite avec la femme du garde-champêtre.
Ce qui devait arriver, arriva….

La Lanterne – BNF N1874

Le garde-champêtre se retrouve sur le banc des accusés…..

La Lanterne – BNF N1893


Tous les journaux s’emparent de l’affaire :

Le Figaro – BNF N114

Le Petit Parisien – BNF – 2071

Malgré la tentative d’assassinat, la justice acquitte le mari outragé…

L’histoire ne dit pas si  le vicaire, bien que blessé, s’est confessé et a été absout de son pêché… !

Quand les Provençaux s’affublaient de sobriquets…

Lorsque je séjourne en province, je lis régulièrement la presse locale. C’est aussi une façon de découvrir la vie des gens actuelle ou passée.
Ainsi, le Var-Matin a fait paraître dans ses pages l’article suivant, une petite perle que je souhaite vous faire partager :

Yves Bouffier, membre de la société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan, a signé un livre hilarant et passionnant sur les surnoms des habitants de 520 communes, d’Avignon à Nice.

Pendant 16 ans, il a enquêté dans les moindres recoins de la Provence, pour réunir dans un livre : « Mémoire des villes et villages de Provence », les sobriquets pas toujours flatteurs dont les habitants étaient affublés.

Sa méthode de travail était simple mais parfois ardue. En allant sur le terrain, il recherchait les anciens du village pour les interroger. Comme il parle le provençal, l’abord était facilité. N’empêche qu’un jour, il s’est trouvé face au canon d’un fusil tenu par un papi qui le menaçait. Heureusement, tout s’est bien terminé, autour d’un verre.

Son ouvrage indique les sobriquets en provençal avec la traduction en français et l’origine du surnom.

Voici un florilège des appellations de quelques communes du Var :

– Les Dracénois (Draguignan) étaient « les fouettés » car au 16è siècle, les condamnés à mort, pendus y étaient battus par le vent, d’abord dans le quartier des Selves et dès 1615 sur la place du marché actuel.
– Les Toulonnais étaient « les vomisseurs de poulpes » car la consommation excessive de ces mollusques les rendaient souvent malades.
– Les habitants de Fréjus étaient « les visages blancs » parce qu’au moyen-âge,  les marécages rendaient la ville insalubre et les locaux avaient le teint blafard. On les surnommait également « les mangeurs de bon dieu » car Fréjus était un évêché.
– Les Tropéziens étaient « les mangeurs de daube »

Pour plus de détails :

Bonne lecture !

Source : Var-Matin du 17 août 2013
Mémoire des villes et villages de Provence – Yves Bouffier – Editions de l’Envol – 2004 

Une déclaration de grossesse en 1782

Tous les vendredis, je lis la Gazette Web de Thierry Sabot et je souhaite faire écho à l’un de ses derniers articles : Qui est le père de cet enfant illégitime ?

En consultant les archives de l’Orne, j’ai trouvé dans les registres paroissiaux cette déclaration de grossesse et je m’empresse de la partager avec vous.

Son contenu et les termes employés en disent long sur les mentalités de l’époque :

Pauvre pécheresse ! Outre le déshonneur, il lui a fallu faire face à la honte publique !