Des amours interdites… Ou la vengeance du garde-champêtre !

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous une seconde perle journalistique trouvée sur Gallica (j’aime, j’aime, j’aime…) !

Ce fait divers se passe à Saint-Ilpize, autre village ancestral auvergnat, en 1882.

De quoi s’agit-il :

Le vicaire du village entretient une relation interdite avec la femme du garde-champêtre.
Ce qui devait arriver, arriva….

La Lanterne – BNF N1874

Le garde-champêtre se retrouve sur le banc des accusés…..

La Lanterne – BNF N1893


Tous les journaux s’emparent de l’affaire :

Le Figaro – BNF N114

Le Petit Parisien – BNF – 2071

Malgré la tentative d’assassinat, la justice acquitte le mari outragé…

L’histoire ne dit pas si  le vicaire, bien que blessé, s’est confessé et a été absout de son pêché… !

Quand les Provençaux s’affublaient de sobriquets…

Lorsque je séjourne en province, je lis régulièrement la presse locale. C’est aussi une façon de découvrir la vie des gens actuelle ou passée.
Ainsi, le Var-Matin a fait paraître dans ses pages l’article suivant, une petite perle que je souhaite vous faire partager :

Yves Bouffier, membre de la société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan, a signé un livre hilarant et passionnant sur les surnoms des habitants de 520 communes, d’Avignon à Nice.

Pendant 16 ans, il a enquêté dans les moindres recoins de la Provence, pour réunir dans un livre : « Mémoire des villes et villages de Provence », les sobriquets pas toujours flatteurs dont les habitants étaient affublés.

Sa méthode de travail était simple mais parfois ardue. En allant sur le terrain, il recherchait les anciens du village pour les interroger. Comme il parle le provençal, l’abord était facilité. N’empêche qu’un jour, il s’est trouvé face au canon d’un fusil tenu par un papi qui le menaçait. Heureusement, tout s’est bien terminé, autour d’un verre.

Son ouvrage indique les sobriquets en provençal avec la traduction en français et l’origine du surnom.

Voici un florilège des appellations de quelques communes du Var :

– Les Dracénois (Draguignan) étaient « les fouettés » car au 16è siècle, les condamnés à mort, pendus y étaient battus par le vent, d’abord dans le quartier des Selves et dès 1615 sur la place du marché actuel.
– Les Toulonnais étaient « les vomisseurs de poulpes » car la consommation excessive de ces mollusques les rendaient souvent malades.
– Les habitants de Fréjus étaient « les visages blancs » parce qu’au moyen-âge,  les marécages rendaient la ville insalubre et les locaux avaient le teint blafard. On les surnommait également « les mangeurs de bon dieu » car Fréjus était un évêché.
– Les Tropéziens étaient « les mangeurs de daube »

Pour plus de détails :

Bonne lecture !

Source : Var-Matin du 17 août 2013
Mémoire des villes et villages de Provence – Yves Bouffier – Editions de l’Envol – 2004 

Une déclaration de grossesse en 1782

Tous les vendredis, je lis la Gazette Web de Thierry Sabot et je souhaite faire écho à l’un de ses derniers articles : Qui est le père de cet enfant illégitime ?

En consultant les archives de l’Orne, j’ai trouvé dans les registres paroissiaux cette déclaration de grossesse et je m’empresse de la partager avec vous.

Son contenu et les termes employés en disent long sur les mentalités de l’époque :

Pauvre pécheresse ! Outre le déshonneur, il lui a fallu faire face à la honte publique !