Des amours interdites… Ou la vengeance du garde-champêtre !

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous une seconde perle journalistique trouvée sur Gallica (j’aime, j’aime, j’aime…) !

Ce fait divers se passe à Saint-Ilpize, autre village ancestral auvergnat, en 1882.

De quoi s’agit-il :

Le vicaire du village entretient une relation interdite avec la femme du garde-champêtre.
Ce qui devait arriver, arriva….

La Lanterne – BNF N1874

Le garde-champêtre se retrouve sur le banc des accusés…..

La Lanterne – BNF N1893


Tous les journaux s’emparent de l’affaire :

Le Figaro – BNF N114

Le Petit Parisien – BNF – 2071

Malgré la tentative d’assassinat, la justice acquitte le mari outragé…

L’histoire ne dit pas si  le vicaire, bien que blessé, s’est confessé et a été absout de son pêché… !

Un crime à Lorlanges….

Je vous ai déjà parlé de Lorlanges, petit village auvergnat… berceau des ancêtres !

En furetant sur le site Gallica, j’ai trouvé ce fait divers relaté par la presse de l’époque, le journal « La Lanterne ».

Un crime a été commis dans le hameau de Lachaud en novembre 1904 :

La Lanterne – BNF N10009,A27

Que s’est-il passé ? :

Un homme a assassiné un commis de ferme, berger de son état…

La Lanterne – BNF N10080,A27

Une somme d’argent a été dérobée aux propriétaires de la ferme…

La Lanterne – BNF N10081,A27
 
 
Ainsi Dieu est mort, mais n’était pas complètement innocent… puisqu’il aurait participé au vol des 220 francs !
 
Quand à l’assassin , il a été condamné pour le crime.
 
Les portes de l’Enfer lui ont-elles été ouvertes ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#Généathème : Jean-Marie, Poilu en 1914-1918…

Le généathème de novembre nous entraîne dans les méandres de la Première Guerre Mondiale.
D’un côté, des militaires ; de l’autre, des civils… Autant de récits émouvants et d’histoires familiales douloureuses… pour ce qui fut l’un des pires conflits de l’Histoire… !


Jean-Marie Mouret, le grand-père maternel de mon mari, est né le 7 mai 1887 à Virargues dans le Cantal.

La conscription l’enrôle sous le matricule 39, il est reconnu : « Bon pour le service armé » et incorporé au 2è Régiment de Zouaves le 8 octobre 1908.
Mais, le 1er septembre 1909,  il est réformé pour raison de santé et rentre dans ses foyers avec un certificat de bonne conduite « accordé ».

Lors de la déclaration de la Première Guerre Mondiale, il a 27 ans. Sa fiche matricule m’indique qu’il est blond, qu’il a les yeux gris, le visage ovale et qu’il mesure 1m66.

Le 11 décembre 1914, le Conseil de Révision du Cantal le juge apte pour le service armé malgré une forte myopie avec choroïdite postérieure (conséquence due  à la toxoplasmose).

Il est mobilisé, le 21 février 1915, au 5è Régiment d’Infanterie Coloniale. Ce régiment reçoit trois citations à l’ordre de l’armée (fourragère verte).
Jean-Marie participe à la bataille d’Argonne (janvier-juin) puis à la bataille de Champagne (août-septembre) :

Cette bataille qui s’est déroulée du 25 septembre au 9 octobre 1915 a fait 27 851 tués, 98 305 blessés, 53 658 prisonniers et disparus du côté français et des pertes plus faibles du côté allemand. Le front a progressé de 3 à 4 km mais la rupture n’est pas réalisée. Les allemands ont su faire face, dans un premier temps avec les réserves locales et, dans un second temps, avec l’arrivée du 10è Corps destiné initialement à la Russie. Elle a démontré l’impossibilité de franchir dans un seul mouvement deux lignes de défense et la nécessité de traiter chacune des lignes séparément. Elle aussi démontré le manque de coopération entre les armes au sein des armées françaises, notamment entre l’artillerie et l’infanterie. Elle a vu l’introduction du casque Adrian et l’utilisation massive de l’artillerie de tranchée. Elle a été un succès non-négligeable au plan logistique et des mouvements. (Source Wikipédia)

Le 30 septembre 1915, Jean-Marie est blessé par un éclat d’obus sur le côté droit et évacué, le 2 octobre, vers l’hôpital d’Issoire (Puy de Dôme) où il reste jusqu’au 23 novembre.
A cette date, il est envoyé vers l’hôpital de dépôt des convalescents à Lyon et obtient une permission de huit jours dans sa famille.

Suite à ses blessures, il est cité à l’ordre de la Division, le 16 octobre 1915. (JMO – 26 N 864/3)

Il est relevé du dépôt le 6 décembre et passe au 3è Régiment d’Artillerie Coloniale à Marseille.

Puis, il est admis au centre de convalescence de Tours pour « fièvre » entre le 18 juin et le 20 juillet 1918.

Il intègre le 143è Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale en septembre 1918 puis le 19è Régiment d’Artillerie de Campagne en novembre 1918.

Il est mis en congé de démobilisation  le 19 septembre 1919 par le dépôt du 53è R.I et se retire à Murat (Cantal)

Le 1er juin 1921, il est affecté dans la Réserve au 16è Régiment d’Artillerie de Campagne.

Voici comment, Jean-Marie, comme tant d’autres, a vécu ce conflit en brave soldat, puis a suivi son chemin en tentant d’oublier..!



L’exécution de Joseph Antoine Vital Boyer de Montcelard, Seigneur de Gizac…

Cette exécution a eu lieu le 7 décembre 1791… En d’autres temps, l’ancêtre de mon mari, Pierre Chazal, aurait été guillotiné,… mais la Révolution Française l’a sauvé !

Gizac aurait appartenu aux ROCHEFORT D’AILLY, puis au début du 16è siècle à la famille des AURIOUZE DE ST QUENTIN et ensuite à la famille des DUC DU CROC DE CHABANNES qui le vendit aux PONS DE FRUGIERES en 1676.

Michel de LA FAYE en était le seigneur en 1639.

Jean PONS DE FRUGIERES vendit Gizac vers 1681 à Antoine de VERGESE qui était Bailli de Langeac, époux de Marguerite COSTET.

La famille des de VERGESE conserva le domaine jusqu’au mariage de Marie-Anne avec
Joseph de BOISSIEUX DE SERVIERES.

Leur fille Catherine le porta en mariage en 1767  à Joseph Antoine Vital Boyer de LA SALLE, seigneur de Montcelard.

La mort de Montcelard fut le résultat d’une continuité de concussions, d’exactions et de crimes impunis parce que sous l’Ancien Régime les nobles se dispensaient de faire usage des vertus, et se permettaient, avec l’in fine protection royale et ministérielle, toute sorte de tyrannies contre les hommes qu’ils appelaient vassaux.

Il provoqua, lui-même, sa mort par un ultime acte despotique. Au lieu de Gizac, il y avait une plantation dont Montcelard voulut s’approprier un des arbres ; les habitants l’en empêchèrent. Montcelard, armé d’une canne à lancer et voulant s’en servir, les esprits s’aigrirent ; et enfin, il fut frappé d’un coup mortel. Hommes, femmes et enfants, tous y participèrent.

A la suite de l’enquête diligentée par Jean GASTAL, Juge de paix à Lempdes, une quinzaine de personnes furent identifiées comme étant les agresseurs :
Jean Doniol, le père ; Antoine Jouanel dit Lazeniez ; Taunat dit Verduret ; Géraud Chabrillat gendre de Verduret ; Jean Oulagnon dit Berthet ; Marie Devins, femme Berthet ; la fille Berthet dite Janneton, 16 ans ; Bertrand Chambon, gendre de Berthet ; Antoine Chazal dit Madias l’aîné ; Pierre Chazal dit Madias le jeune ; Jean Roux, gendre de la « charpentière » ; Jean-Baptiste Varennes dit Le Rey, 20 ans ; Jean Touzet et Antoine Gay dit Boudiai, 36 ans de Gizaguet.

Le tribunal de Brioude fit instruire la procédure, et à l’issue du procès, le jugement en date du
6 septembre 1792 prononça la peine de mort contre quatre d’entre eux :
-Jean-Baptiste Varennes, dont la marraine n’est autre que l’épouse de la victime ; également présente à la cérémonie de baptême de son futur exécuteur.
-Jean Roux
-Bertrand Chambon
Pierre Chazal, cousin de Gabriel Chazal, Sosa 40 de mon mari.

Le jugement ne fut jamais exécuté puisqu’un décret de la Convention Nationale daté du 14 Messidor An II (2 juillet 1794) annulera ledit jugement.

Les habitants de Gizac ont refusé d’assister à l’inhumation de Montcelard.

           ===========================================================

MONTCELARD, un tyran :

La haine portée par les habitants de Gizac à l’égard de Montcelard était poussée à son extrême.

Pour assouvir cette rancune tenace et lointaine, la coupe des arbres  fut vraisemblablement le prétexte de cette exécution.

Le peuple voulait éviter à tout prix l’exécution de la sentence contre les quatre condamnés à avoir la tête tranchée.

Sous la signature de Souligoux, maire de St-Géron ; Chauliat, maire de Lempdes et de nombreux notables et officiers municipaux des communes voisines, une *liste des exactions commises par le tyran fut établie.

A la lecture de cette liste, le Tribunal de Brioude suspendit les poursuites.

Le dossier est transmis au Comité de Législation de la Convention qui décide de ne pas engager de poursuites à l’encontre des condamnés.

Le décret de la Convention Nationale du 14 Messidor An II ratifie la décision prise, annule le jugement du Tribunal de Brioude et ordonne la mise en liberté de Pierre Chazal, Jean-Baptiste Varennes, Jean Roux et Bertrand Chambon.

*La liste non exhaustive des exactions commises par Montcelard :

*L’individu ne se déplaçait jamais sans son pistolet et son épée
*Contestant trois deniers à Flauraud son boulanger, il lui asséna un coup de bouteille et lui perça le bras avec son épée. Pour ce fait, Montcelard fut incarcéré un an à Brioude.
*A son père qui lui réclamait du pain, il lui brisa le bras ; à la suite de quoi il fut emprisonné à Riom.
*Le redoutant, épouse et filles ne vivaient pas avec lui.
*Il chassa à coup de fusil les bestiaux en pâture dans le communal et fit usage d’un couteau contre le domestique chargé de garder les bêtes.
*Se battant sans motif avec un homme, il donna un coup d’épée contre le nommé Leroy qui voulait les séparer.
*Il assassina sa fermière Maigne qui refusait de lui donner de l’argent par anticipation.
*Il fit venir chez lui le citoyen Reynaud pour lui vendre un pré. Reynaud, refusant de conclure le marché, reçu une pierre de marbre sur le front et un coup de couteau.
*François Chazal, 10 ans, reçut sans raison un coup de pistolet.
*Il se comporta de la même façon à l’encontre d’Antoine Gay de Gizaguet, 12 ans.
*Une femme passant en bordure de ses propriétés eut le bras brisé.
*Julien Martel de Bournoncle St Pierre reçut un coup de pistolet sans aucun motif.
*Il refusa d’acquitter un dû au dénommé Chat, marchand de vaches.
*Sans motif, il tira un coup de fusil vers Guillaume Thomas de Riomartin. Fort heureusement, le coup ne partit pas.
*Jean Luche de Balsac évita du revers de la main un coup de pistolet, mais Montcelard le frappa au visage avec ledit pistolet.
*Toujours sans motif, Etienne Farreyre de Léotoing reçut un coup de pique.
*Un coup de pistolet partit en direction d’Antoine Brun de Bournoncle.
*Armé d’un fusil à baïonnette, il fit irruption chez Ollagnon qu’il ne trouva pas. La frayeur fut si grande pour la femme d’Ollagnon que l’enfant dont elle était enceinte en mourut.

Le maire de Lempdes affirme qu’il fit marcher son cheval sur le corps d’un cultivateur de Peyssanges qui ne lui avait pas cédé le passage.
De même à Lempdes, une servante fut sauvée par le peuple alors que Montcelard voulait l’assassiner.

========================================

 Un grand merci à Raymond Caremier qui m’a transmis ce texte et dont les « Chazal » sont des ancêtres communs.
 http://gw.geneanet.org/symi43

Sources : L’ancien Moniteur de la Révolution Française – A.RAY – 1861
                L’Almanach de Brioude – Edition de 1969.

#Généathème : 100 mots pour une vie…

Sophie, @La Gazette des Ancêtres, nous propose une exercice de style : résumer une vie en 100 mots !
Allons-nous relever le défi ? Plusieurs généablogueurs ont déjà réussi brillamment…
Donc, à mon tour de vous conter l’histoire d’Adèle : 

Adèle Chazal et ses enfants

Adèle Chazal naît parisienne en mars 1884.
Ses parents sont brocanteurs dans le 10è arrondissement.
A 22 ans, elle part vivre en Auvergne, terre ancestrale, et devient fermière en épousant Raymond Achon.
Ses parents étant décédés, son grand-père maternel, Antoine, conduit Adèle à la mairie. 
Elle met au monde six enfants.
Quand Raymond part à la guerre ; seule, elle dirige la ferme familiale.
De retour du front, Raymond reprend les rênes mais fragilisé, il décède à 56 ans.
Adèle, courageuse, continue le dur labeur avec ses fils.
En quittant ce monde, chacun dira qu’elle était une maîtresse femme !

# Généathème : Lorlanges, un village auvergnat…

Chaque année, en juillet, je fais une petite échappée sur les terres des ancêtres de Monsieur… J’y retrouve mes cousins de cœur… et c’est toujours un temps de partage, dont pêle-mêle : la généalogie, les recherches aux archives départementales du Puy en Velay, les confitures, les vide-greniers et cette année, l’arrivée d’un bébé… Bienvenue à Mathis !  

Ici, nous sommes aux confins de trois départements : la Haute-Loire, le Cantal et le Puy de Dôme et plus exactement dans la *Limagne brivadoise.

L’autoroute traverse cette région, autrefois enclavée, et permet d’admirer le décor vallonné et boisé, avec de-ci, de-là, des pitons de roche basaltique laissant entrevoir la silhouette des volcans qui se dressent à l’horizon.

Les routes étroites et sinueuses forment des rubans où chaque virage offre un paysage différent.
Les champs et les pâturages tels une superbe mosaïque mêlent leurs couleurs. Le blond des céréales et le jaune vif des tournesols contrastent avec le vert des maïs et celui des bosquets.

L’agriculture et l’élevage sont les principales ressources du lieu.

Les châteaux sont nombreux et qu’ils soient en ruines ou habités, témoignent de l’attraction de la noblesse pour cette contrée giboyeuse.

Lorlanges se dresse sur le flanc d’une colline. Son origine remonte à la Gaulle romaine ; des vestiges de villas romaines y ont été trouvés.

Aujourd’hui, le village fait partie de l’agglomération de communauté de Blesle et compte environ 307 habitants au dernier recensement avec une densité de 21 habitants au kilomètre carré. La commune se compose d’un bourg, de sept hameaux et de deux châteaux privés.

 

                                                                       
C’est d’abord dans le hameau de Clamonet puis dans celui de Clamont que les « Achon » s’établirent. Le couple fondateur fut formé par Jean Achon venant de Léotoing. Il épousa Marguerite Valeix de Lorlanges le 29 janvier 1782. Les deux villages sont à quelques lieues l’un de l’autre.
Jean & Marguerite ont eu 13 enfants : 10 garçons & 3 filles assurant ainsi une descendance nombreuse.


                                   Clamont

             Le château et le village de Léotoing

*Une Limagne est une plaine en auvergne
  La Limagne brivadoise est la plaine autour de Brioude.

Généathème : village

              

Le Petit Albert ou les secrets merveilleux de la magie naturelle…

Dans le billet sur les « Amours & Mariages en Auvergne », je fais allusion au « Petit Albert ».

Autrefois, l’Auvergne était une région où la sorcellerie excellait et l’usage du Petit Albert était courant.

Mais qu’est-ce que le Petit Albert ?

Le Petit Albert est un grimoire… de magie..! Il serait inspiré par les écrits de Saint Albert le Grand, né en 1193, théologien, professeur d’université notamment à la Sorbonne et quelque peu sorcier. Néanmoins, Albert le Grand a été canonisé.

En France, le livre est imprimé pour la première fois en 1668, puis réédité de façon régulière.
Ce sont les colporteurs qui le diffusent partout, jusque dans les plus petits hameaux.
Il est associé à un ouvrage jumeau : le Grand Albert. (En Auvergne, on m’a dit que le premier donnait des recettes de magie blanche et le second de magie noire, mais chut…. je ne vous ai rien dit…)

L’édition de cet ouvrage est un succès malgré sa réputation sulfureuse.
Bien sur, au 19è et début du 20è siècle, cela ne réjouit pas l’Eglise . Ses réactions sont négatives à l’encontre de ce livre qui est assimilé à l’usage de la magie noire.
Les gens le lisent, donc, en cachette ; chacun se demandant qui en possède un exemplaire.

La peur aidant, les détenteurs du livre essaient de le faire bénir . Ils le cachent dans l’église à l’insu du curé qui n’est pas dupe. S’il trouve le grimoire, le curé le fait disparaître.
C’est ainsi que naissent les légendes : on dit que le diable vient reprendre ses livres ou qu’il est dangereux de détruire le Petit Albert soi-même et qu’il vaut mieux le confier au curé.

L’attitude de l’Eglise contraste avec le fait que l’ouvrage a eu une longue durée de vie nullement clandestine puisqu’il est édité depuis le Siècle des Lumières. Sans doute, les ecclésiastiques de l’époque ont-ils vu qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat.

Après la révolution, quand la littérature de colportage est interdite, le livre est censuré indirectement.

Le Petit Albert a fait la fortune des éditeurs et celle des colporteurs.
Le succès est d’autant plus étonnant que les recettes proposées ne sont d’aucune utilité pour le lecteur car les formules sont peu praticables. Les ingrédients nécessaires sont coûteux et généralement absents des villages.

Mais, dans la France d’autrefois, les mentalités sont incapables ou ne sont pas désireuses de faire la distinction entre le naturel et le surnaturel. Tous les moyens sont bons pour essayer de maîtriser certains domaines (magie sexuelle, recherche des richesses et de la sécurité, protection contre les dangers…)

Voici la clé donnant l’accès au grimoire : http://www.esotericarchives.com/solomon/petitalb.htm
Mais attention à vous… Je décline toute responsabilité quant au mauvais usage des formules… !!!

Source : Wikipédia + les histoires glanées en Auvergne.

#Généathème : Ils se marièrent deux fois et eurent beaucoup…..

Après avoir lu les billets d’Elodie de « Rencontres avec mes ancêtres », je souhaite vous faire part de mes découvertes en matière de mariage consanguin :

Jacques Apchon (26 ans) et Jeanne Andrieux (24 ans) se marient le 26 février 1740 à Léotoing en Haute-Loire  comme l’atteste l’acte de mariage ci-dessous :

Tout va bien, sauf que les mariés ignorent qu’ils ont un lien de parenté.

C’est ainsi que quatre ans plus tard : le 2 mai 1744, et deux enfants, le couple revient devant Monsieur le Curé pour réhabiliter leur mariage après avoir obtenu une dispense de consanguinité au quatrième degré et prouvé leur bonne foi.

Jacques & Jeanne auront encore huit enfants après leur second mariage…!

Généathème : mariage

#Généathème : Amours & Mariages en Auvergne

Autrefois, il ne faisait pas bon rester célibataire. La vie sociale et économique était organisée autour du couple ; d’où la nécessité absolue pour les jeunes gens de se marier.

En Auvergne, au 18è et 19è siècle, voici comment les jeunes demoiselles cherchent un mari. Elles font appel soit à l’église, soit aux sorciers ou bien aux deux :

Avec l’aide de l’église…
Les jeunes auvergnates font des pèlerinages, suivent des processions ou bien adressent des prières auprès d’une multitude de saints et de saintes.

Mais l’église aide les jeunes jouvencelles à trouver mari de façon  beaucoup plus originale :
 « La jeune fille qui veut se marier monte un dimanche en chaire avec le curé au moment du prône. Ce dernier énumère ses avantages matériels. Puis, elle-même dit à l’assemblée : ti la ti la donzella à paroudà (voici la fille à marier)  »

… et des sorciers
Si l’usage de la magie a cours dans toute la France, imaginez les proportions qu’elle prend au pays de la sorcellerie et des adeptes du « Petit-Albert » ( Connaissez-vous  le Petit Albert ? Je vous en  parlerai dans un futur billet…)

Pour l’heure, voici une recette pour trouver l’âme sœur : Cueillez à minuit l’herbe de matagot (mandragore) ou l’herbe de la seyelle (valériane). Posez la sur l’autel, sous la nappe et à l’insu du curé pour qu’il dise la messe dessus et la bénisse : vous êtes certain d’être aimé !

Les jeunes se retrouvent dans les veillées, les fêtes ou les foires, les travaux des champs…
Pour déclarer son amour, la manière la plus courante est d’inviter à danser. Quand on vient chercher  la même cavalière pour aller au bal, elle sait à quoi s’attendre… et les parents aussi !

Une fois qu’ils se sont déclarés et qu’ils se fréquentent officiellement avec l’autorisation des parents, les tourtereaux changent de statut : à la veillée, ils n’ont plus leur place habituelle ; un espace en retrait leur est réservé.

Pour la demande en mariage, de façon générale, c’est le jeune homme qui fait la demande aux parents de la jeune fille, en accord avec cette dernière.
La parole n’est pas de mise pour éviter les maladresses. Les gestes sont codifiés : si on bat les œufs en omelette et s’il est invité à tenir la queue de la poêle, le prétendant exulte de bonheur. Par contre si on dresse les tisons tout droit dans la cheminée, il est rejeté.

Quelquefois, on fait appelle à un entremetteur. Suivant l’endroit il se nomme : le Bertrand, le mandéron, le balandreau. En Haute-Loire, c’est le magnan ou bardouille. Il porte à la boutonnière un bouquet de sauge, un bâton brûlé aux deux bouts ou un bâton blanc. Il est chargé de vanter la fortune du futur auprès de la famille de la demoiselle.

En Auvergne, les fiançailles sont rares. Ce sont les achats rituels en vue du mariage qui ont une valeur symbolique d’union et de promesse. On se rend à la grande ville la plus proche en famille pour y acheter les toilettes, les ors et les joyes (joyaux). Outre les bagues, les sautoirs ou les broches, le promis offre à la fiancée un Saint-Esprit (Challenge A à Z – lettre S) 

Les achats effectués, les fiancés visitent famille, amis & voisins et lancent les invitations en offrant du tabac à priser et des dragées.
Les jeunes du village décorent la maison de la future et plantent les genévriers. Pour les remercier, le père de la mariée leur offre une volaille.

Le jour des noces arrive enfin et les invités se rendent chez la future où une table est dressée avec gâteaux et tartes… pour les faire patienter. La mariée achève de se préparer aidée par ses demoiselles d’honneur.
Nombreux sont ceux qui viennent à cheval. Le cortège se rend à l’église dans une joyeuse cavalcade accompagné des musiciens.

Jusqu’à la fin du 19è siècle, les mariés portent le costume régional : la robe de la mariée est de couleurs vives agrémentée d’un châle sur les épaules. Elle porte sur la tête la coiffe traditionnelle avec un bonnet orné de dentelles et de rubans.
Le marié porte des brayes (culottes bouffantes), une veste courte et un chapeau de feutre noir orné également de rubans ; sans oublier la chemise blanche que la future lui a offert.

La cérémonie achevée, les invités se retrouvent au banquet ; on a mis les petits plats dans les grands : viandes bouillies et rôties, volailles, jambons et lard sont servis ; le tout arrosé de vin sucré.

En Auvergne, on danse beaucoup : la bourrée bien sûr, mais aussi la mazurka,  polka, branle …

En fin de soirée, les jeunes époux tentent de s’esquiver… Il leur est difficile de passer leur nuit de noces seuls. Les jeunes ont concocté des farces : lit en portefeuille ou garni de clochettes… En pleine nuit, les amis n’hésitent pas à les réveiller pour leur servir la rôtie (mélange de chocolat et d’œufs battus) dans un pot de chambre.

En se mariant, et dans la plupart des cas, la jeune fille quitte sa famille pour aller vivre chez ses beaux-parents. Il leur faudra composer et coopérer pour maintenir de bonnes relations et cela pendant de nombreuses années.
Pour être acceptée entièrement par sa belle famille, la mariée doit subir un rite de passage : un balai barre le seuil de la porte de la maison. Si la jeune épouse l’enjambe sans s’en soucier, elle sera considérer comme négligente et paresseuse. Tout ira bien, si elle saisit le balai et nettoie le pas de porte.



Source : Amours et mariages en France d’autrefois
              Collection vie d’autrefois
              Archives & culture

            Image : geneactinsolites.free.fr
            Photo Saint-Esprit : collection personnelle

Généathème : Mariage

La médaille de Sainte-Hélène en Haute-Loire

En créant la médaille de Sainte-Hélène, Napoléon III a exécuté l’une des dernières volontés de son oncle.
Cette décoration instituée en 1857 rend hommage aux combattants des guerres de la Révolution et de l’Empire (1792/1815) encore vivants quarante ans après la défaite de Napoléon 1er.

Nous avons, dans nos familles, des ancêtres qui ont fait les campagnes napoléoniennes. Certains d’entre eux, 405 000 plus exactement, ont reçu la médaille de Sainte-Hélène.

Les archives départementales de la Haute-Loire possèdent, à ce propos, de nombreux  documents.  Sur les communes de Lorlanges, Léotoing & Bournoncle, j’ai recensé pas moins de 35 vétérans récipiendaires, dont les ancêtres  :

– Jean ACHON ° 1795 + 1868 – soldat au 31è Régiment d’infanterie de ligne – période :1814/1815 –

– Jean LESCURE ° 1795 – soldat au 2e Bt 4e Cie du 31e Régiment d’infanterie légère – période 1814/1815

– Gabriel CHAZAL

et les collatéraux :

– Jean CHABRILLAT
– Jean VARENNE
– Jean LAGARDE

Une étude, écrite par Philippe RAMONA, est parue dans * « Les cahiers de la Haute-Loire » en 2001 ; elle est également publiée sur le site : www.stehelene.org. C’est une grande chance pour mieux connaître la vie de ces vieux soldats altiligériens:

 

Source :* Les Cahiers de la Haute-Loire, Archives départementales, 4 avenue de Tonbridge 43000 LE PUY