Grand-mères…

 

Quand j’étais petite, je n’avais pas de Grand-Mères… Vous étiez parties depuis longtemps, si longtemps que personne ne m’a raconté qui vous étiez.

Il a fallu plusieurs décennies pour que je découvre des bribes de vos
vies : je connais votre identité, le nombre d’enfants que vous avez porté… J’entrevois vos souffrances face aux aléas de la vie… et vos bonheurs aussi !
J’ai même reçu une photo de l’une de vous.

Pardonnez-moi de vous nommer Octavie et Louise… Je ne sais comment vous appeler, autrement !
Aujourd’hui, j’ai pris votre place. Je connais la joie ainsi que tous les plaisirs que nous n’avons, hélas, pas partagé.

Il parait que l’on ne guérit jamais de son enfance, j’avoue que votre absence a été, est et sera un vide incommensurable.

Alors, pour la fête des Grand-Mères, je vous dédie ce petit billet !

 

Image : Gallica BNF Illustration des Contes de Perrault par J. Doré

 

 

 

Jour 25… Noël…

Ainsi s’achève mon petit calendrier de l’Avent… Amis lecteurs, je vous remercie d’avoir pris le temps d’ouvrir les petites fenêtres et n’oubliez pas que…

Dans l’esprit de Noël, il y a la paix.

Dans le miracle de Noël, il y a l’espoir.

Dans le cœur de Noël, il y a l’amour. 

Que Noël vous offre le meilleur.

JOYEUSES FETES !

 

 

Image : cliparts.tout-images.com

Mon bilan 2015…

Tic tac, tic tac… Le temps court, inexorablement…
Bientôt, le Père Noël distribuera ses cadeaux, les confiseurs feront une trêve…
Nous dirons adieu à 2015 et nous prendrons de bonnes résolutions pour l’année à venir…

Et voici déjà venu le temps des bilans… Retour sur mon année généalogique :

L’année a commencé avec la préparation du ChallengeAZ.
En juin, j’ai proposé un challenge culinaire. J’ai pris un immense plaisir à concocter et à partager vingt-six recettes ancestrales.
Le nombre de visites et d’abonnés au blog témoignent de votre appréciation.

Puis, comme d’autres généanautes, j’ai cherché mon Sosa 1000, j’ai remonté ma lignée matrilinéaire.
Que diable, où est donc passé mon Sosa 666 ?

En automne, j’ai recensé mes ancêtres de génération en génération pour l’Objectif G10. Très loin d’avoir trouvé tous les actes de naissance, de mariage et de décès de mes aïeux, je me suis concentrée sur leur recherche.
Malgré les difficultés, beaucoup d’archives ayant disparu notamment dans l’Aisne, j’ai ajouté quatorze ancêtres à la génération sept, et le travail continue…

Je vous ai conté la vie de Gabriel, de Maria Joséphina et de mes Racines. Nous avons voyagé avec une photo, dans une capsule temporelle et effectué un pèlerinage.

Tout au long de l’année, j’ai également participé aux Matins Malins organisés par la Revue Française de Généalogie hormis celui qui s’est tenu à Lyon.
J’ai modestement contribué à la création de l’association « Geneatech » avec plusieurs généanautes sous la houlette de Charles Hervis, Sophie Boudarel et de Pierre Valéry Archassal.
J’ai continué, de façon épisodique, l’indexation #1J1P sur le site Mémoire des Hommes.
En novembre, je me suis lancée dans l’aventure de la Généalogie au collège… Echanger avec des adolescents n’est pas un long fleuve tranquille, mais l’expérience est enrichissante et partagée.

Pour finir, Décembre m’a fait un vrai cadeau  :
Ciel ! Mes aïeux a permis à une petite cousine de découvrir ses ancêtres maternels à travers mes récits.
Sa grand-mère était une sœur de mon père. Pour des raisons que nous ignorons, ils se sont perdus de vue… empêchant ainsi de nous connaître.
Après plusieurs échanges épistolaires via Internet, cette petite cousine m’écrit, je cite :
« … Tu m’as appris de par ton blog que mes colères, ma promptitude à m’emporter quand il y a une injustice venaient de ces ancêtres, là je me sens ce soir totalement apaisée car je sais maintenant d’où je viens et je me sens à ma place.
Si je pouvais parler à ton grand-père sur le banc où tu l’as rencontré dans ton imaginaire, je lui dirai simplement : merci. »

Ces mots m’ont sincèrement touchée… et justifient l’existence de nos blogs !

Quel plus bel hommage pouvait-on rendre à Ciel ! Mes aïeux, ne trouvez-vous pas ?

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année, particulièrement à Nathalie et à sa famille.
A très vite pour de nouvelles aventures généalogiques !

 

 

Image : Gallica BNF – Estampe – Calendrier perpétuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit conte d’été…

Après un mois de juin bien rempli, la période estivale m’incitait au voyage et à la rêverie, nez au vent !
Mais, les démons historico-généalogiques veillaient…

Traditionnellement, en juillet, je me rends en Auvergne retrouver nos cousins.
Cette année, nous avons prévu de faire rénover la sépulture familiale à Lorlanges qui a souffert des affres du temps :

IMG_0355La visite du cimetière s’est avérée instructive : photos de tombes, relevé de noms et de dates.
Cela m’a permis de combler quelques lacunes sur l’Arbre généalogique des « Achon » mais a, également, soulevé de nouvelles questions auxquelles il me faudra trouver les réponses.

Puis, le vent m’a emportée vers Marseille où j’ai retrouvé ma descendance. Là, les jeux, les rires et les câlins ont rempli les journées : le Bonheur !
Ensemble, nous avons navigué en Méditerranée à la  découverte d’autres rivages… Le crépuscule venu, le soleil nous offrait de magnifiques spectacles…

IMG_1577

Août m’a, ensuite, menée dans le Haut-Var, à Régusse, un village bâti par les Templiers sur un piton rocheux.
On y célébrait, cette année, la vingtième fête de ses moulins datant du XIIe et XIIIe siècles.
Restaurés en 1995, l’un abrite un petit musée d’outils agraires, l’autre fait encore, à l’occasion, de la farine :

moulin de régusse

Tandis qu’à Aups, le village voisin, la colère grondait et les habitants manifestaient contre une éventuelle implantation d’un parc éolien…
Confrontation entre le passé et l’avenir… Le vent indifférent a continué sa course vagabonde…

Je l’ai suivi, en Italie, le temps d’une dernière escapade sur la Riviera.
A San Remo, j’ai visité, entre autre, l’Eglise russe appelée Eglise du Christ Sauveur :

IMG_1776IMG_1772
Cette église détient les archives diocésaines orthodoxe de l’Europe Occidentale.

Entre temps, les démons m’incitaient à lire l’actualité généalogique sur les réseaux sociaux… Mais, cela était peine perdue, la fée Internet étant absente des collines provençales, la connexion était aléatoire.

De retour dans le monde informatisé, deux courriels attendaient dans ma messagerie :
– l’un de Sylvie, une petite cousine germaine paternelle rencontrée via Généanet. Elle m’a gentiment envoyé des photos des frères et sœurs de mon Père au temps de leur jeunesse, un temps que je n’ai pas connu :

Germaine Marly
Germaine Marly

– le second venait de la compagne d’un cousin éloigné de mon mari qui a découvert mon blog et désire connaître l’histoire familiale .

Depuis, j’ai laissé le vent musarder, seul…
Il me faut, désormais, ranger les vacances et reprendre mes bonnes habitudes.
Et je vais m’y employer avec plaisir !

Et vous, les démons généalogiques vous ont-ils poursuivis, cet été ?

 

Sources : www.regusse-tourisme.fr
Images : Collection personnelle

Ho ! Ho ! Ho !… Joyeux Noël !

C’était la nuit de Noël, un peu avant minuit,
A l’heure où tout est calme, même les souris.
 
On avait pendu nos bas devant la cheminée,
Pour que le Père Noël les trouve dès son arrivée.
 
Blottis bien au chaud dans leur petits lits,
Les enfants sages s’étaient déjà endormis.
 
Maman et moi, dans nos chemises de nuit,
Venions à peine de souffler la bougie,
 
Quand au dehors, un bruit de clochettes,
Me fit sortir d’un coup de sous ma couette.
 
Filant comme une flèche vers la fenêtre,
Je scrutais tout là-haut le ciel étoilé.
 
Au-dessus de la neige, la lune étincelante,
Illuminait la nuit comme si c’était le jour.
 
Je n’en crus pas mes yeux quand apparut au loin,
Un traîneau et huit rennes pas plus gros que le poing.
 
Dirigés par un petit personnage enjoué :
C’était le Père Noël, je le savais….
 
 
  
                                                            En attendant sa venue,
                                           Je vous souhaite un JOYEUX NOËL à tous !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sources : Extrait du poème : « La nuit avant Noël » écrit en 1822 par Clément Clarke Moore, pasteur new-yorkais.
Image : Pixabay.com
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Bonne fête, Papa !

Vous souvenez-vous des compliments que nous apprenions à l’école pour fêter nos chers papas ?

Pour ma part, je récitais le compliment : timide, gauche et fière à la fois ! Et vous ?

Voici quelques extraits circonstanciés tirés d’un recueil édité par A.Eymery en 1815 réservé aux enfants pour les aider à exprimer leurs sentiments aux parents :

 
 

 
 
 
Bonne fête à tous les Papas !
 
 
Source : BNF – Gallica
ark:/12148/bpt6551004j
 

Le saviez-vous ?

Dimanche dernier, et malgré la pluie, j’ai trouvé dans une brocante trois livres sur « L’épopée des découvertes & des inventions ».

Ce 13 juin, mon petit-fils soufflera 4 bougies. (Le temps passe vite !…)
Pour la circonstance, il recevra, entre autres cadeaux, un cerf-volant. Ce jeu qui a fait rêver et fait rêver encore bien des petits garçons, mais aussi les grands.

Quel est le rapport entre ces deux évènements : aucun apparemment ; si ce n’est qu’en feuilletant les livres, j’ai découvert que le cerf-volant avait été inventé 1000 ans avant J.C. (Et, oui!..)

Je me suis amusée de la coïncidence et voici en image et en couleur, l’histoire de cet objet  :

Dans quelques temps, je raconterai à Alessio, la fabuleuse histoire de son cerf-volant…

Source : « De l’âge du fer à l’âge des ténèbres, de 1200 av. J.C. à 1000 »
                Sélection du Reader’s Digest – Edité en 2009

Au gui, l’an neuf…

 
Si les coutumes évoluent, les voeux restent les mêmes : je vous souhaite une très bonne année 2013.

En étrennes, voici un petit florilège des traditions du nouvel an dans les régions chères à mon coeur :

*En Picardie, Flandre & Artois : aux enfants venus apporter leurs voeux de Bonne Année : on offrait des gaufrettes et des strinen (étrennes)

*En Normandie, on offrait également les étrennes ou haquionettes (déformation de l’expression : au gui, l’an neuf) : eau-de-vie, galette, et parfois pain de sucre.
Les boulangers confectionnaient à l’occasion du jour de l’an : des petits bonshommes anthropomorphiques : les filliats, représentant des personnages des deux sexes. On offrait aux petites filles les filliats-garçons et réciproquement.

*En Bretagne : Pour le nouvel an ou aguihanneuf, les jeunes gens quêtaient pain, lard et boudin.en menaçant d’emmener la maîtresse de maison si on ne leur donnait rien. On appelait ces quêteurs les étrenneurs ou équineneriers.

Que cette nouvelle année vous apporte de belles surprises généalogiques !!!

*Menus & coutumes des provinces françaises de Colette Guillemard aux éditions Chistine Bonneton