Les AGUTTES et les MOURET, des familles alliées… Episode 2…

Dans mon précédent billet, je vous ai décrit l’endroit où vivaient les familles AGUTTES et MOURET : Virargues, un village situé dans les Monts du Cantal ; une région magnifique mais une région autrefois enclavée, ce qui explique peut-être en partie, ce que j’ai découvert.

Voici comment deux familles ont fait de l’adage « L’union fait la force » leur devise en joignant l’ascendance maternelle de mon époux en l’état actuel de mes recherches :
       

Sosa 1 Monsieur
|
Sosa 3 Maman
|
Sosa 6 – Jean-Marie MOURET
°1887+1966 Murat
Je vous ai déjà parlé de lui, ici
x 1926
Sosa 7 – Maria PORTAL
9 enfants
|
Sosa 12 – Jean-Pierre MOURET
°1844 +1898 Sakatolo – Mananjary – Madagascar
Je vous ai également parlé de lui,
x 21 octobre 1871
Sosa 13 – Elisabeth RIGAL
9 enfants
|
Sosa 24 – Jean dit Jacques MOURET (MORET)
°1813+1890
x 11 janvier 1843
Sosa 25 – 
Marguerite MOURET (MORET) °1819+1859
2 enfants
|
Sosa 48 Jean dit Jean-Pierre MOURET (MAURET) °1783+1846
x 14 juin 1809
Sosa 49 – Marie AGUTTES
°1782+1848
5 enfants
|
Sosa 50 – Jean MOURET (MAURET)
°1776+1821
x 8 janvier 1795
Sosa 51 – Marie Hélis dite Marianne AGUTTES
°1779 +après 1843
9 enfants
|
Sosa 96 et 100 – Pierre MOURET (MAURET)
x 16 juin 1768
Sosa 97 et 101 – Licotte CHIROL
3 enfants
|
Sosa 98 et 102 – Jacques AGUTTES
°1756+1835
x 23 septembre 1777
Sosa 99 et 103 – Anne AGUTTES
°1751+1818
4 enfants
|
Sosa 196 et 204 – Pierre AGUTTES
x
Sosa 197 et 205 – Marguerite CHARBONNEL
4 enfants
|
Sosa 198 et 206 – Jean AGUTTES
x
Sosa 199 et 207 – Anne TISSIER
2 enfants

Pour démêler cette écheveau familial, j’ai mis en couleur les liens parent/enfant :
– Les Sosa 24 et 25 portent le même patronyme.
Je découvre qu’ils sont deux fois cousins germains puisque leurs pères, Sosa 48 et 50 sont frères et que leurs mères, Sosa 49 et 51 sont sœurs créant un bel implexe.
– Les parents des deux sœurs,  les Sosa 98-102 et 99-103 portent également le même patronyme, ce qui laisse supposer qu’ils ont aussi un lien de parenté établissant peut-être un autre implexe. Mais il sera difficile à démontrer car les registres sont lacunaires pour la période.

Mes investigations se sont révélées assez ardues :
Les fratries portent pour la plupart le même prénom : « Jean » pour les garçons et « Marie » pour les filles, prénoms trouvés dans les actes de baptême ou de naissance. Un pseudonyme est donc attribué aux enfants, lequel pseudonyme se retrouve dans les actes mariage ou de décès à la place du prénom.
Mais la difficulté majeure était de ne pas intervertir les enfants des Sosa 48/49 et 50/51 car les actes sont laconiques et donnent peu de renseignements.

A noter que dans le village, la lecture des registres a confirmé que les unions entre frères d’une famille et sœurs d’une autre famille ou le contraire sont une pratique courante du 17e et jusqu’au début du 19e siècle.
De même, qu’il n’est pas rare qu’un parrain et une marraine se marient peu de temps après un baptême, ledit baptême étant certainement une occasion à la rencontre des futurs.

Après avoir croisé mes recherches et consulté la collection départementale et communale des registres en ligne, je pense être arrivée à un résultat correct.
Les alliances entre les AGUTTES et les MOURET sont ainsi avérées et à plus d’un titre.

Et vous, avez-vous déjà trouvé de tels enchevêtrements familiaux ?

 

Sources : A.D Cantal – Virargues

Les AGUTTES et les MOURET, des familles alliées… Episode 1…

Les familles AGUTTES et MOURET résidaient à Virargues, un petit village auvergnat perdu dans les Monts du Cantal, juché sur un plateau dominant la vallée de l’Alagnon à plus de mille mètres d’altitude et situé à quelques lieues de Murat.capture-carte-cassini-virargues

Le bourg compte plusieurs hameaux : Auxillac, Clavières, Foufouilloux, Farges…

Le travail y est essentiellement agricole… Mais les aléas climatiques rendent le labeur difficile.
En 1791, de fortes gelées ont sévi sur la région aux mois de mai et de juin détruisant la plupart des récoltes :
        – « Il n’a peut-être jamais existé une calamité aussi complète que celle qui afflige en ce moment les montagnes du Cantal « 

Le samedi 21 juillet 1900, un orage épouvantable s’est déchaîné de midi à deux heures du soir. Un berger de 11 ans de la Montagne de Carlusset a été foudroyé au milieu de son troupeau. A la Chevade, près de Murat, deux autres enfants, de 9 et 13 ans ont également subi le même sort…
(source : La gazette du pays de Murat)

Pour se protéger, les habitants ont développé un savoir-faire architectural en adaptant leurs constructions aux conditions météorologiques.
Les habitations sont appelées « maisons-blocs » ou « fermes-blocs ». Elles sont bâties avec des murs très épais en pierre volcanique et des toits pentus recouverts de lauze (plaque de phonolithe taillée).
Le « cantou », grande cheminée, tient une place essentielle autour duquel s’organise la vie quotidienne.

Il n’existe pas de village sans église : celle de Virargues est une des plus anciennes de la région. Son origine date du Xe siècle et contrairement aux autres édifices religieux du coin, on y entre en descendant quelques marches… ce qui oblige à baisser la tête. Ici, l’humilité est de rigueur.

ob_473ad4_dsc04269-gf-eglise-de-virargues

Virargues est aussi connu pour sa source miraculeuse, placée sous l’invocation de Sainte-Reine. Cette source aurait des vertus de guérison pour les yeux.
Abandonnée au moment de la Révolution, une chapelle a été reconstruite en 1850 et un pèlerinage y est organisé tous les ans en septembre.

Voilà pour le décor…

Confrontés à l’austérité et à la rusticité de leurs maisons, à la rudesse du climat, à la dureté de leurs conditions matérielles… les ancêtres maternels de Monsieur ont fait face à l’adversité et ont adopté l’adage : « L’union fait la force » !

A suivre…

Images :
Carte de Cassini – Site Géoportail : www.geoprtail.gouv.fr 
Eglise de Virargues – Blog de Papou Poustache : www.cpauvergne.com

J’ai fait appel à un généalogiste professionnel…

En tant que généalogiste amateur, le plaisir de la recherche est la quintessence de mon travail mais il arrive que je me heurte à des épines, des blocages liés à différentes raisons… Une de ses raisons étant les recherches dans de lointaines contrées.

Lors de mes premiers balbutiements généalogiques, j’ai découvert une ancêtre silésienne, aujourd’hui, on dit polonaise.
J’ai un attachement particulier pour cette aïeule, sans doute à cause de son parcours.
Il s’agit d’Anna Josépha Konjetsky, mon Sosa 41.
Je vous ai déjà parlé d’elle, ici et
Et bien sûr, je m’interroge sur notre ascendance commune, comme aussi raconté  !

Si je connais un certain nombre de renseignements sur Anna, je ne possède aucun document officiel.
Et je suis frustrée car on le dit, on le répète : tout généalogiste qui se respecte doit vérifier ses données à la source !
Facile à dire, pas toujours facile à faire… surtout lorsque la source est étrangère !
J’ai longuement cherché sur plusieurs sites dont Familysearch… aucun résultat ; des sites polonais mais le barrage de la langue a stoppé net mon élan.
Et l’espoir d’explorer cette branche s’est évaporé.

Aussi, en mars dernier, lors du Salon Généalogique organisé par la Mairie du XVe arrondissement de Paris, c’est sans aucune conviction que j’aborde un stand dédié à la Pologne.
Mon interlocuteur est un généalogiste professionnel. Après un entretien d’une quinzaine de minutes et l’établissement d’un devis pour les recherches effectuées… une toute petite lueur d’espoir jaillit à nouveau.
Rentrée à la maison, je confirme, par courriel, toutes les informations détenues concernant mon aïeule… Et le temps passe !

Quelques mois plus tard, je reçois un message de mon correspondant. Après plusieurs rebondissements, il a obtenu l’acte de naissance et de l’acte de mariage d’Anna auprès des Archives Archidiocésaines de Wroclaw.
Je possède, enfin, des documents officiels concernant mon Sosa 41 et je remonte d’une génération puisque ces derniers m’indiquent le nom de ses parents et leur profession.
Certes, l’opération m’a coûté quelques dizaines d’euros, mais cela ne me parait pas excessif et puis quand on aime…

IMG_2284

Archives ArchiDiocésaines de Wroclaw
Paroisse de Swidnica (Schweidnitz)
Baptême 29 (dito*) (1785)
Baptême. jour et an Schweidnitz le Maître cordonnier Joseph Conjetzkij et son épouse Marta Theresia née Bochmin le 19 dudit* mois est né un enfant de sexe féminin qui a reçu le nom Anna Sabina Josepha les parrains maître Johan Gottfried Adolph Laugern? menuisier le maître FriedrichNilsen Luthériens et dame Anna Wunsthin Luthérienne
A Baptisé le Révérend Johannes Anders

*= mois ci-dessus = ? (non précisé par l’archive)


IMG_2285

Archives ArchiDiocésaines de Wroclaw
Paroisse de Swidnica (Schweidnitz)
Mariage 6 mai (1810)
Le mousquetaire Franz Wallon natif de Picardie et Josepha Conjetzki en présence du prêtre Franz Halfteret du sacristain Joseph Gabriel mariés par Joseph Prittmays Chanoine desservant la paroisse Acte #10 – militaire – âges des mariés : lui 26 elle 21

Malheureusement, les recherches s’arrêteront là car les archives polonaises présentent de nombreuses lacunes comme on peut le constater, bien que le généalogiste m’a confirmé l’existence d’actes de naissance des frères et sœurs d’Anna au nombre de douze.
Pour le moment, j’hésite encore à les demander.

Et vous, avez-vous déjà fait appel à un généalogiste professionnel ?

 

Sources : GENEAPOLOGNE – Philippe Christol 

 

Le testament de Marie BELLEJAMBE…

C’est en parcourant les registres paroissiaux de Noyers-Bocage, village ancestral situé dans le Calvados que j’ai trouvé cette archive insolite établie par le curé du lieu.

Séduite par la poésie du patronyme, je ne résiste pas au plaisir de partager ma découverte.

Marie Bellejambe est âgée de 35 ans et originaire de la paroisse de Saint-Ouen de Caen. Elle est la fille de feu François Bellejambe et de feue Anne Mariotte.
Marie est en visite dans le village de Noyers-Bocage, village situé à 18 km à l’ouest de Caen, pour ses affaires et réside chez un certain Robert Le Val.
Malheureusement, elle tombe malade.
Sentant sa fin proche, on fait appel au curé du village afin de lui administrer les derniers sacrements.
Mais, Marie Bellejambe ne se contente pas de recevoir l’absolution. Ayant quelques biens et étant certainement seule, elle désire disposer de son héritage et s’en confesse auprès du curé.
Ainsi, elle lui dicte ses dernières volontés.
Voici son testament :

Testament Noyers (14)- 1

testament Noyers (14) - 2testament Noyers (14) - 3Testament Noyers (14) - 4Le trentième jour de septembre mille sept cents onze
ayant été appellé et administré les sacrements à
marie bellejambe aagée de trente cinq ans, fille de
feu françois bellejambe et dame mariotte résidente
en la paroisse de St-ouen de caen, venüe en cette
paroisse de noyers pour ces affaires et etant
tombée en maladie dans la maison de Robert
Le val, elle a désiré disposer de ses biens et
fait son testament par devant moy pretre
vicaire de noyers soussigné pour être exécute
et ce sur lheure de midy en la maniere qui
ensui.
Premierement Je recommande mon
ame a Dieu La met sous la protection de la sainte
vierge Marie ma bonne patronne et mon ange
gardien et ayant vescu dans la religion catolique
apostolique et romaine, je désire y mourir.
Secondement je souhaite que mon corps soit
inhumé dans le cimetiere de la paroisse ou
je descederai. Pour faire les frais de mon
inhumation Je donne au St prieur de noyers
savoir La somme de vingt quatre livres aprendre
sur robert leval, dont le billet est dans mon
Coffre de la somme de dix ecus, dont six lui nes seront
données a Jean Lemaitre de noyers pour absorber
le vieux contes entre nous et parce que le dit le
val aura pu faire des frais pour ma maladie
Il seront rabattu sur la somme de vingt quatre
livre et à … payé et rabattu dix livres
troisiemement Je donne et legue  pour prier Dieu

pour moy et mon pere et ma mere au St
prieur de noyers savoir mon coffre draps serviettes
et un Doublier une caises et un paitry (?) sur quoy
Je ne dois que quinze sols par le loyer de ma
maison a le terme de la St Michel dernier passé
quatriemement je donne mes habits et linge
a mon refuge au St prieur de Noyers pour
dire ou faire dire des messes basses a la
valeur des dits meubles et habits aussi bien que
mon lit que je luy donne aussy pour la
meme fin
Je donne ma tasse a bouillon a marguerite paris
femme de robert leval et deux cuillieres detam
fin pour ces bons services dans ma maladie
Lesquels legs jay faie etant en pleine liberté

d‘esprit et de jugement sans contrainte ny
sollicitation, pour etre executez Comme ma
derniere volonté par mr pinet pretre vicaire 
de vendes que jay nomme pour mon executeur
testamentaire, Ce que jay marqué ne pouvant
signer et ne sachant ecrire apres que le present
ma ete lu et relu par maitre fouques noel
pretre vicaire du lieu de noyers en presence
De marin richar et Jean paris tous deux
de noyers.

Marie Bellejambe est décédée le lendemain, 1er octobre et a été inhumée le 2 octobre 1711 dans le cimetière de Noyers :
Son acte de sépulture suit son testament dans le registre .

Bien que Marie Bellejambe n’ait pu signé son testament, on peut penser qu’elle s’est éteinte l’esprit tranquille en ayant disposé de ses biens.

Pour information, j’ai trouvé qu’un « doublier » était, au Moyen Age, une nappe pliée en deux placée devant les personnages importants.
Mais à quoi pouvait servir cette nappe ?
Par ailleurs, j’ai un doute sur le mot « paitry ».
Si vous savez ce que cela peut être, n’hésitez pas à me le dire, ainsi que les deux mots manquants et remplacés par « … »

 

Sources : A.D Calvados – Noyers-Bocage – BMS [1706-1766] page 35 – 36

#ChallengeAZ… Z comme ZEPHIRINE Antoinette Brière…

Vendredi 13, symbole de chance ou de malchance… Là est la question !

cafa1b9c vendredi 13J’ignore si Zéphirine Antoinette BRIERE, Sosa 61, était superstitieuse, cependant…

Fille aînée de Pierre et de Marie-Rose VASNIER, elle naît le vendredi 13 juin 1828 à Mondeville dans le Calvados.

Ouvrière en dentelle et enceinte, elle épouse Alphonse FOUQUES, le 12 janvier 1851 à Mondeville.
Ils sont déjà parents d’un garçon âgé de deux ans, nommé Ferdinand , Sosa 30, qu’ils reconnaissent être né de leurs œuvres.

Deux mois plus tard, Zéphirine met au monde leur second fils, Achille, le 19 mars 1851 et décède probablement des suites de son accouchement le 28 mars suivant. Elle a 22 ans.
Puis, à son tour, Achille disparaît le 28 avril 1853.

Voilà une bien triste destinée… Vendredi 13 en est-il responsable, nul ne le sait!

Et vous,  avez-vous la phobie du chiffre 13… Si tel est le cas, alors vous êtes « triskaïdekaphobe »… Et oui !

C’est sur ce mot imprononçable que le ChallengeAZ se termine et que la grand’malle des ancêtres se referme pour la quatrième année consécutive.
Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire mes 26 billets dédiés au mois de juin !
Je vous souhaite un bel été « ensoleillé » et vous donne prochainement rendez-vous pour de nouvelles aventures généalogiques.

 

Sources :
A.D Calvados – Mondeville – NMD – [1823-1832] p. 216
Image : http://lespopines.centerblog.net/rub-gif-semaine-vendredi-13-.html?ii=1

#ChallengeAZ… Y comme Evelyne et les myrtilles

« De toute les passions, la seule vraiment respectable
me parait être la gourmandise ! »
Guy de Maupassant

Avec la généalogie, bien sûr !…

Jeudi 29 juin 2016,
Point d’ancêtre avec la lettre Y ayant vécu un événement en juin.
Alors, Evelyne la gourmande ne peut s’empêcher de partager une petite recette culinaire simple et rapide… Un petit clin d’œil au #ChallengeAZ 2015 !

IMG_2252
Que diriez-vous d’un clafoutis aux myrtilles :

1 œuf
1 *verre de sucre
1 *verre de farine
1 *verre de lait
Un noix de beurre
Myrtilles (300g environ)

(*type verre à eau 20 cl)

Beurrer un moule
Dans une jatte :
Mélanger l’œuf et le sucre
Ajouter la farine tamisée
Délayer avec le lait
Verser les myrtilles dans le moule
Recouvrir avec la préparation
Faire cuire 30mn dans un four à 180°
Déguster tiède ou froid

Les plus gourmands ajouteront une boule de glace à la vanille.

Rien de plus simple ! Et en plus, c’est délicieux !

 

Image : Collection personnelle

 

#ChallengeAZ… X comme J.Louis MéreauX…

 

Au printemps de l’année 1832, la population française est terrorisée par l’arrivée d’une pandémie de choléra semant la panique. On compte plus de 103 000 morts dont 20 000 à Paris.

hotel_dieu_cholera_1832_carnavalet

Jeudi 28 juin 1832,
Il y a exactement 184 ans, jour pour jour, Jean-Louis MéreauX, Sosa 44, rendait l’âme dans la maison de son gendre, Jean-François MichauX, à Laon. Mais, j’ignore si le choléra est responsable de son décès.

De son vivant, Jean-Louis était cordier en til ou tille, c’est à dire qu’il confectionnait des cordes avec l’écorce de tilleul.
Né en 1769 à Hary dans l’Aisne, il épousa Marie-Marguerite CARLIER, le 18 mai 1790 à Laon. Le couple a eu dix enfants au moins.

 

 

Sources :
A.D Aisne – Vaux-sous-Laon – 1832 – 5Mi0079 – p. 243
Vieux métiers : Cordier en tilleul : http://www.jschweitzer.fr/m%C3%A9tiers-anciens/cordier/
Contexte – Thierry Sabot
Image : Le Duc d’Orléans et Casimir Perier visitant les malades à l’Hôtel-Dieu pendant l’épidémie de choléra en 1832 – Alferd JOHANNOT – Musée carnavalet

#ChallengeAZ… W comme WALLON Marie Antoinette & Jean-Baptiste…

Au XVIIIe siècle, Laon dans l’Aisne vit au rythme de ses marchés et de ses foires ; celle de la Fête-Dieu en juin dure huit jours.

Lavisse_elementaire_045_paysans_bourgeois_foire

Nicolas WALLON, Sosa 80, et son épouse, Marie Françoise BOCQUET qui résident à Athies-sous-Laon, apprécient ce lieu d’échanges et en profitent pour y effectuer quelques achats : fils, toiles, chanvre… C’est aussi l’occasion d’y rencontrer parents et amis !

Mais cette année, Marie-Françoise ne se rendra pas à la foire qui débutera le 14 juin car elle est alitée et doit attendre les relevailles.

Le lundi 11 juin 1759, elle a mis au monde son premier enfant, une fillette nommée Marie-Antoinette et qui est baptisée le jour même.

Deux ans plus tard, elle accouchera d’un garçon, Jean-Baptiste, le jeudi 25 juin 1761.

 

 

Sources :
– A.D Aisne – Athies sous Laon – 5Mi1735 [1676-1813] p.236, 243
– Almanach Royal pour l’année 1759

– Le commerce à Laon au XVIIIe siècle : http://www.histoireaisne.fr/memoires_numerises/chapitres/tome_46/Tome_046_page_065.pdf
Image : Illustration tirée de l’Histoire – cours élémentaire – Ernest Lavisse (1913) – Wikipédia.org

#Challenge AZ… V comme Françoise Antoinette Céline VIGNON…


280px-St_Just_BrioudeSamedi 15 juin 1895,
Quand Françoise Antoinette Céline VIGNON, 20 ans, épouse Pierre ACHON, cultivateur de 26 ans et collatéral de Monsieur à Saint-Just-près-Brioude en Haute-Loire, elle ignore que la vie leur réserve bien des surprises.

Pierre est élu maire de la commune et le restera pendant 27 ans. Il est nommé au rang de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur pour services rendus à sa commune.

export (2)

Céline & Pierre ont trois enfants :
– René Jacques : La Première Guerre Mondiale le fauche dans la fleur de l’âge, à 21 ans. Tué à l’ennemi le 31 août 1918 à Juvigny dans l’Aisne, il reçoit la Croix de Guerre à titre posthume.
– Moïse a plus de chance : Né en 1904, il se marie et a quatre enfants. Il disparaît à l’âge de 82 ans.
– Yvonne Pauline Claire née en 1910, meurt à l’âge de 5 ans.

Après une vie faite de joie, d’honneur et de peine, Françoise s’éteint en 1939 à 63 ans.

Sources :
A.D Haute-Loire – Saint-Just-près-Brioude – 6E228/12 [1893-1902] p.181
Image :
Gallica-BNF : Journal officiel de la République Française, lois et décrets, 1939/08/11 (A71,N188)
Eglise de Saint-Just-près-Brioude – Wikipédia.fr

 

 

#ChallengeAZ… U comme Unique…

Cette année-là,…
Albert Schweitzer recevait le prix Nobel de la paix.
« Liberté » pleurait son poète, Paul Eluard.
A Marseille, Le Corbusier inaugurait la Cité Radieuse.
Au cinéma, René Clément réalisait ses « Jeux Interdits » et le « Petit monde de Don Camillo » de Julien Duvivier faisait rire la France entière.

Cette année-là,…
un événement unique passait inaperçu :

Le samedi 28 juin, mes parents se mariaient !

Le dicton dit : « Le jour de la saint-Irénée, c’est l’un des plus beaux de l’année »
Et ce fut indéniablement vrai pour Marie & André !

En souvenir, je ne possède que cette petite photo en noir et blanc, mais un souvenir O combien précieux !IMG_2247

 

 

Image : Collection personnelle