#MaCuisineAncestrale… Les Parisettes…

« Sous le ciel de Paris
S’envole une chanson
Hum, hum… »

Tous les ans, début mars, c’est le cœur léger que des centaines de passionnés se ruent vers la mairie du XVe arrondissement de Paris.
Ils accourent de partout… de banlieue, de province.
Certains n’hésitent pas à franchir des frontières, voir des océans pour se rendre au Salon de la Généalogie organisé par Archives & Culture !

« …Sous le ciel de Paris
Coule un fleuve joyeux
Hum, hum… »

Ce vendredi matin, sur l’invitation de @GenealogieXV, les généablogueurs ont rendez-vous… dans le bien nommé café des Écrivains !
Des rencontres, des discussions, des souvenirs vont se créer…
Pour la circonstance #MaCuisineAncestrale leur propose, en guise de clin d’œil, de déguster des Parisettes.

Ces petits biscuits ont été créés par Henri-Paul PELLAPRAT (1889-1954), cuisinier parisien, fondateur de l’école du Cordon bleu et rédacteur de plusieurs livres culinaires.

Les parisettes se réalisent avec le même appareil que les palets de dame, mais les raisins secs et le rhum sont remplacés par des amandes effilées.

Pour réaliser 25 à 30 biscuits, il faut :
– 60 g de beurre ramolli
– 60 g de sucre semoule
– 1 œuf
– 75 g de farine
– 60 g d’amandes effilées

Dans une jatte, battre au fouet le beurre mou et le sucre,
Ajouter l’œuf et mélanger,
Incorporer la farine,
Sur une plaque de cuisson, façonner des petits tas à l’aide de deux petites cuillères en les espaçant,
Parsemer les amandes effilées,
Cuire dans le four à 180° pendant 8 à 10 minutes.

 » …Sous le ciel de Paris
Les oiseaux du Bon Dieu
Hum, hum
Viennent du monde entier
Pour bavarder avec eux…  »

Et c’est en chantant que je vous dis : Régalez-vous, … moi, c’est déjà fait !



Sources :
Wikipédia.fr : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri-Paul_Pellaprat
Recette des parisettes : Les délices d’Hélène-Canalblog
Chanson : Sous le ciel de Paris -paroliers : Jean Drégeac & Hubert Giraud
Photo : collection personnelle

#MaCuisineAncestrale… Le pet-de-nonne…

Il est venu le temps de Mardi Gras et des Carnavals… Et cette période festive est synonyme de crêpes, de gaufres et autres beignets

En février, un petit vent souffle sur#MaCuisineAncestrale qui vous propose un beignet appelé « pet de nonne » aussi nommé « beignet de vent », « beignet venteux », « soupir de nonne », également « pet de putain « ou « pet de vieille » dans l’Aveyron…
Tout un programme pour un beignet soufflé fait en pâte à chou frite.

L’origine du « pet de nonne » est incertaine et pourrait remonter aux romains.
Chez nous, d’aucun attribue l’origine du « paix de nonne » devenu par déformation « pet de nonne » à une religieuse qui offrit sa recette à un couvent voisin et ennemi pour assurer la paix.

Une autre tradition donne la maternité de cette recette aux chanoinesses de l’abbaye de Baume-les-Dames, connues pour leurs spécialités pâtissières.

Mais la version la plus imagée est sans conteste celle de Fulbert-Dumonteil qui situe l’origine du « pet de nonne » dans son livre « La France gourmande », à l‘Abbaye de Marmoutier, près de Tours et réputée en son temps pour sa bonne cuisine.
Imaginez la scène :
Lors de la préparation d’un repas de la saint Martin, où l’archevêque de Tours devait bénir une relique du manteau du saint patron tourangeau, tout le monde s’affairait autour des fourneaux.

« Soudain, un bruit étrange et sonore, rythmé, prolongé, semblable à un gémissement d’orgue qui s’éteint, puis aux plaintes mourantes de la brise qui soupire dans les cloîtres, vient frapper de stupeur l’oreille indignée des bonnes sœurs. »

L’auteur de ce bruit, une novice de l’abbaye prénommée Agnès, gênée face à ses coreligionnaires, aurait alors chancelé malencontreusement, laissant tomber une cuillerée de pâte à chou dans une marmite de graisse chaude.

Pour terminer et sans transition, le pet de nonne, très populaire au XVIIe siècle, est mentionné dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Pour réaliser une quarantaine de beignets, il faut :
– 25 cl d’eau
– 70 g de beurre
– 40 g de sucre semoule
– 125 g de farine
– 3 œufs
– Une pincée de sel fin
– Huile de friture
– Sucre glace

Dans une casserole, faites bouillir l’eau en y ajoutant le beurre coupé en morceaux, le sel et le sucre.
Lorsque l’eau bout, versez toute la farine et mélangez vigoureusement.
Retirez la casserole du feu et ajoutez les œufs un par un tout en mélangeant intimement.
Prélevez un peu de pâte à l’aide d’une petite cuillère à café, glissez-la dans un bain d’huile bouillante.
Renouvelez l’opération jusqu’à ce que la friteuse soit pleine de boules.
Lorsque les beignets sont bien dorés de tout côté.
Égouttez-les et saupoudrez-les de sucre glace.
Faites cuire le reste de pâte de la même manière.

Dégustez sans attendre.

Et voilà comment un petit vent inopportun donna une délicieuse recette. Merci Agnès !…

D’ici notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !




Sources :
Origine : Wikipédia.fr
Recette : Dictionnaire gourmand des desserts de nos régions -Editions Atlas
Photo : Collection personnelle




#MaCuisineAncestrale… Le gâteau de Santé…

#MaCuisineAncestrale vous souhaite une excellente année, accompagnée d’une bonne poêlée de bonheur et d’un délicieux bouillon d’amour… Savourez sans modération pendant douze mois !

Janvier rimant avec Santé… je suis ravie de partager un gâteau du même nom. Puisse t-il vous préserver tout au long de 2020 et au-delà…!

Le « gâteau de santé » est apparu en Alsace au XIXe siècle, et là-bas, on le nomme  » Gsundheitsküeche «  (j’espère l’avoir bien dit)

Gâteau de ménage par excellence, transmis de mère en fille, il est plus simple à confectionner que le kougloff. Chaque famille le réalise pour le déguster avec parents et amis accompagné d’un verre de vin (d’Alsace, bien sûr) de génération en génération.
Bien entendu, chaque maison possède ses petits secrets de fabrication (ici on y ajoute un yaourt ; ici, on monte les blancs d’œufs en neige, etc…)
On me susurre que certaines y ajoutent même de l’eau de vie de kirsch, de prune ou de mirabelle et que ce trait d’alcool revigorant lui aurait donné son nom, mais cela reste à confirmer…

Pour le réaliser, il faut :
-100 g de sucre
-125 g de beurre
-250 g de farine
– 4 œufs
– 1 sachet de levure chimique
– 8 cuillères à soupe de lait
– un jus de citron + zeste ou de l’arôme vanille

Préchauffez le four à 200°C (th.),
Faites fondre le beurre,
Dans une jatte, fouettez longuement les œufs avec le sucre : le mélange doit devenir mousseux et doubler de volume,
Mélangez la farine et la levure et incorporez à la préparation,
Ajoutez ensuite le beurre fondu refroidi, le lait et le jus de citron,
Mélangez jusqu’à obtention d’une préparation homogène,
Beurrez et farinez un moule à cake ou à manqué, versez-y la préparation,

Enfournez durant 10 minutes à 200° puis, continuez à 175° pendant 25 minutes environ (c’est le secret pour obtenir un gâteau bien gonflé),
Vérifiez la cuisson à l’aide de la pointe d’un couteau.

Les gourmands se sont souhaités un bonne santé…

Cette recette de base est idéale pour confectionner des « cakes ». Il suffit d’y ajouter une pomme émincée, des pépites de chocolats, des fruits confits, des raisins secs. Avec du cacao, vous obtiendrez un « marbré » ou un « savane »… Laissez parler votre imagination !

#MaCuisineAncestrale vous souhaite de la gourmandise en tout…
Et d’ici notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait 😋


Sources :
Recette : pinterest.fr
Image : Collection personnelle

#MaCuisineAncestrale… Troisième semaine de l’Avent : Le nougat noir…

Décembre s’écoule… nous sommes entrés dans la troisième semaine de l’Avent et #MaCuisineAncestrale vous régale avec du nougat noir.

Le nougat (du latin Nux gatum : gâteau aux noix) noir est une confiserie traditionnelle de Provence. Elle est fabriquée à partir de miel et d’amandes. La pâte est posée entre deux feuilles de pain azyme. Sa couleur noire vient de la cuisson du miel qui commence à se caraméliser.

De nombreuses origines sont attribuées au nougat. Vraisemblablement, les premières recettes sont apparues dans un livre arabe de Bagdad au Xème siècle et le nougat était alors blanc avec des noix.
En France, les premières traces de nougat apparaissent dans un livre de pharmacie en 1595 et dans un livre de diététique en 1607 (Qui l’eut cru !)
Apportée par les Grecs dans l’hexagone, cette confiserie était toujours blanche et s’appelait « nogat ».
A force de déclinaison, le nougat noir est créé en Provence aux alentours du XVIIème siècle, mais aussi en Orient.
Le fameux nougat de Montélimar est, quand à lui créé, lorsque les premiers amandiers arrivèrent en Ardèche grâce à Olivier de Serre.
Les amandes mélangées au miel de Provence, remplacent alors les noix utilisées depuis des siècles.

Depuis le nougat noir comme le nougat blanc font partie de la tradition provençale des treize desserts de Noël.
Autrefois, ces confiseries étaient réservées aux gens aisés. Nos ancêtres plus modestes se contentaient de figues séchées farcies avec des cerneaux de noix.

Pour préparer le nougat noir, il faut :
– 250 g d’amandes entières
– 250 g de miel de lavande, de préférence
– 2 feuilles de pain azyme

Recouvrez le fond d’un plat rectangulaire avec du pain azyme découpé aux dimensions nécessaires,
Torréfiez les amandes 5 min au four à 220°,
Portez le miel doucement à ébullition en remuant avec une spatule en bois,
Versez toutes les amandes dans le miel sans cesser de remuer (il faut que le miel prenne une couleur brune et que les amandes craquent à la chaleur – 20 minutes environ à petite ébullition)
Arrêtez le feu et versez la pâte dans le plat,
Bien aplatir cette dernière pour en faire un rectangle bien régulier,
Posez la seconde feuille de pain azyme sur le nougat et laissez refroidir,

Coupez en morceau lorsque le nougat est encore tiède.

Je servirai ces douceurs lors de nos repas de fêtes…
Et en attendant Noël, régalez-vous… moi c’est déjà fait !



Sources :
Apiculture.net

Wikipedia.com
Image : Collection personnelle

#MaCuisineAncestrale… Seconde semaine de l’Avent… Les Mendiants…

Pour la seconde semaine de l’Avent, #MaCuisineAncestrale vous fait aimer attendre Noël… en croquant des mendiants !

Les spécialités du patrimoine gastronomique ont souvent un lien étroit avec l’Histoire ou la Religion. Et vous l’avez deviné… en cette période d’avant Noël, l’origine des mendiants est une allégorie chrétienne.

L’histoire commence au Moyen-Âge avec les « Ordres mendiants ».
Ces ordres religieux se consacraient intégralement à leur dévotion spirituelle et respectaient leur vœu de pauvreté en mendiant. Leur survie dépendait de la charité et de la générosité des populations.

Plus tard, au XVIIe siècle peut-être, pour leur rendre hommage, la tradition provençale les a figurés parmi les 13 desserts, lors du gros souper servi le 24 décembre.
Ce sont les fruits secs qui symbolisent les ordres mendiants :
-les Franciscains, vêtus d’une tunique brune sont représentés par les raisins secs,
-les Carmes habillés d’une robe marron, par les noisettes,
-les Dominicains parés de blanc, par les amandes émondées, et
-les Augustins drapés de pourpre, par les figues.
En Provence, on les nomme « Pachichoio ».

Aujourd’hui, le mendiant, c’est aussi une confiserie composée d’un disque en chocolat surmonté de quatre fruits secs et de zestes d’agrumes confits.

Pour réaliser 20 mendiants environ, il faut :

– 200 g de chocolat de couverture (j’ai choisi du chocolat noir 70%)
– 1 poignée de noisettes
– 1 poignée d’amandes émondées
– 1 poignée de raisins secs

– 1 poignée de pistaches
– Quelques Figues séchées ou fruits confits coupés en morceaux

Préparez vos fruits secs,
Préparez également une plaque recouverte de papier sulfurisé,
Faites fondre au bain-marie le chocolat en morceaux tout en remuant pour qu’il soit bien lisse,
Retirez du feu et maintenez le bol de chocolat dans le bain-marie,
Sur la plaque, formez 2 ou 3 petits disques de chocolat fondu à l’aide d’une petite cuillère,

Lissez-les avec le dos de la cuillère,
Ajoutez les fruits,
Recommencez jusqu’à épuisement du chocolat,
Placez la plaque dans un endroit frais, hors réfrigérateur, le temps que les palets durcissent.


On raconte que connaître l’histoire d’une spécialité accentuerait le plaisir de la dégustation …
Alors, d’ici la semaine prochaine, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !


Sources :
Histoire des mendiants : Dictionnaire de la gourmandise – Annie PERRIER-ROBERT – Editions Robert Laffont
Image : Collection personnelle

#MaCuisineAncestrale… Première semaine de l’Avent : Le Butterbredele…

Exceptionnellement, en décembre, #MaCuisineAncestrale célèbre l’Avent à sa manière et, vous propose non pas une mais, trois recettes pendant trois semaines pour patienter jusqu’à Noël ! C’est trop bon d’attendre Noël !

Les « Bredele », « Bredala » ou encore « Bredle » sont des petits gâteaux, confectionnés traditionnellement en Alsace à l’occasion des fêtes de Noël. Les recettes sont transmises de mère en fille ou de grand-mère à petits-enfants et sans cesse peaufiner par des dizaines d’autres, depuis des siècles et font le bonheur des petits et des grands gourmands.

L’origine et l’histoire des Bredele est incertaine… Mais, une preuve de leur existence est attestée en 1570 : Le Magistrat de Strasbourg avait interdit le marché de la St Nicolas dont les bénéfices revenaient à l’Evêque. Mais, les ménagères de la ville se rebellèrent ne pouvant plus acheter ni agrumes ni épices nécessaires à la préparation des Bredele et des desserts de Noël.

On a également retrouvé des moules datant du XIVe au XVIe siècle, le long du Rhin. Ces moules utilisés pour la confection des Bredele étaient fabriqués en bois sculpté, puis en terre cuite.
Ils servaient à la fabrication des Bredele à pâte dure pour leur donner une forme avant de les cuire.
A cette époque pour leur préparation, on découpait simplement la pâte au couteau, pour obtenir des formes carrées, rectangulaires ou des losanges.
Les Bredele commencèrent à se démocratiser au XVIIIème siècle.
On en trouvera beaucoup plus au début du XIXème siècle avec l’apparition des emporte-pièces.


Pour la première semaine de l’Avent, je vous propose un bredele classique et traditionnel : le « butterbredele » (petit gâteau au beurre).

Clin d’œil à Jennala et Seppala (Petite Jeanne et Petit Joseph alsaciens)

Pour confectionner une trentaine de gâteaux environ, il faut :
-250 g farine
-125 g sucre en poudre
– 1 sachet sucre vanillé
-125 g beurre
– 4 jaunes d’œufs + un jaune
Dans une jatte ou dans un robot :
Versez la farine tamisée,
Ajoutez le sucre et le sucre vanillé, le beurre coupé en morceaux, puis les jaunes d’œufs,
Mélangez bien le tout et formez une boule,
Placez-la au réfrigérateur pendant au moins deux heures.
Abaissez la pâte et à l’aide d’emporte-pièces, formez vos butterbredele.
Délayez le dernier jaune d’œuf avec un peu d’eau
Badigeonnez les butterbredele
Enfournez dans un four chauffé à 180°/200° pendant 10 minutes.
Une fois refroidis, vous pouvez décorer les butterbredele ou pas.


De plus, avec les blancs d’œufs non utilisés pour la recette, j’ai réalisé mes fameux « Amaretti » (cliquez pour voir la recette)… Rien , ne se perd !

Ces gâteaux se conservent bien dans une boite en métal… Enfin, si vous résistez à la tentation.
En attendant la semaine prochaine, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !

Sources :
Histoire : Bredele.fr

Recette : Petits fours et bredele d’Alsace -Edition Blanc sapin
Images : Collection personnelle





#MaCuisineAncestrale… Le Kouglof…

Retour sur une escapade automnale en Alsace… une belle région que je ne connaissais pas.
Là-bas, la gastronomie est reine et les spécialités sont nombreuses comme le fameux kouglof. Il symbolise l’Alsace à lui seul .

Selon la légende, un pâtissier de Ribeauvillé, du nom de Kugel, hébergea les rois mages, faisant étape en Alsace sur la route de Bethléem… 
Pour le remercier, ils lui confièrent la recette d’un gâteau, qu’il baptisa Kugelhopf.
En revanche l’origine du mot est moins familière : Kouglof vient de l’allemand Gugelhopf. 
Or, le terme « Gugel » désignait au Moyen Age une sorte de capuchon avec une collerette et une pointe. Quant au mot Hopf, il est dérivé de « Haber », la levure qui sert à faire lever la pâte dans la recette classique du Kugelhopf (ou Kouglof).
Le fameux gâteau change de nom et d’orthographe selon les régions et les pays :
-Kouglof
-Kougelhof
-Gougelhof
-Gougelhopf
-Kougelhopf
– Kugelhopf

Dans le Palatinat, le kouglof est appelé « bonnet de turc », en référence à sa forme, comme l’atteste une encyclopédie datant du milieu du XVIIIe siècle. 
Aux Pays-bas, c’est tout simplement un « turban ». 
En France, la recette du kouglof fut introduite à la cour de Versailles par la reine Marie-Antoinette qui contribua à la mode de cette pâtisserie.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3419-e1573390380919-765x1024.jpg.
Colmar – Devanture d’une pâtisserie 😍

Pour le réaliser, il faut :

80 grammes de raisins secs 
450 g de farine 
25 g de levure boulangère 
20 cl de lait tiède 
1 bonne pincée de sel 
100 g de sucre 
2 œufs 
125 g de beurre ramolli 
80 g d’amandes  
sucre glace pour la décoration


Émiettez la levure dans 10 cl de lait tiède, ajoutez 100 g de farine et mélangez jusqu’à obtenir une pâte un peu molle : le levain.
Laissez-le lever dans un endroit tiède.
Faites gonfler les raisins dans de l’eau tiède.
Dans un récipient, pétrissez énergiquement la farine, les œufs, le reste de lait, le sucre et le sel pendant 10 min environ, jusqu’à ce que la pâte ne colle plus.
Incorporez le beurre ramolli et le levain qui doit avoir doublé de volume. Travaillez la pâte encore quelques instants puis recouvrez-la d’un linge. Laissez-la lever 1 heure dans un endroit tiède.
Passé ce délai, tapotez la pâte pour la faire retomber et incorporez les raisins égouttés.
Beurrez un moule à kouglof, déposez dans le fond les amandes, puis versez la pâte dans le moule.
Laissez lever la pâte une seconde fois jusqu’à ce qu’elle dépasse le bord du moule.
Enfournez dans un four à 180°C et faites cuire environ 40 min.
Dégustez tiède.


Cette brioche à la forme si particulière se déguste au petit-déjeuner, en dessert ou quand vous voulez…Moi, c’est pour la pause goûter avec une crème de marrons maison !

En attendant notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !

Sources :
Histoire du kouglof : encyclopédie-incomplete.com
Recette : Secrets d’Alsace

Images : Collection personnelle







#ChallengeAZ… Délices d’initiés…

Les initiés qui suivent Ciel ! Mes aïeux ne seront pas étonnés de voir dans mon cabinet de curiosités, la rubrique #MaCuisineAncestrale…
Pour ceux qui ne me connaissent pas, je leur dis qu’outre la généalogie, l’histoire familiale passe aussi par la cuisine.
Nous avons tous en mémoire une recette, un plat, des arômes… Bref, des souvenirs ou une tradition culinaire qui nous lient aux ancêtres.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, #MaCuisineAncestrale courtise le #ChallengeAZ… Et oui !..

Pour lui plaire, elle n’apporte pas la traditionnelle recette mensuelle qui arrivera dans quelques jours… non, pour lui plaire, elle lui offre toutes ses recettes depuis sa naissance (cliquez sur le nom pour les découvrir) :

#ChallengeAZ2015 : toutes les recettes de A à Z

puis, en 2016 :
– le Beurré normand
– le Milhassou
– la Coquille

2017 :
– le Gâteau des rois
Carnaval
– le Taillis et l’Emplumeus
Poisson d’avril
– la Brioche de la purification
– Spécial #ChallengeAZ : Vin tonique
– le Gâteau des trois frères (lou tourtoun di tres fraire)
– la Pâte d’abricots
– les Pignolats
– le Pounti
Noisettes et châtaignes
– les Chocards
– le Pain d’épices

2018 :
– la Tarte au citron
– le Puits d’amour
– le Bist-Heyt
– l’Alise Pacaude
– le Gâteau basque (Etxeko Biskotxa)
– la Dariole
Visitandine ou Financier
Confiture de pêches et de melon au miel et aux épices
– le Poirat
– le Mesturet
– la Tarte à la bière
– le Spéculoos

2019 :
– le Pain d’chien
– le Saint-Génix
– les Gâteaux de Grands-Mères
– les Cornuelles
– la Guimauve chartreuse
– le Bien-Aimé
– les Chouquettes
– la Tarte tropézienne
– le Raisiné
– le Cornet de Murat

Le #ChallengeAZ sera-t-il sensible à tant de faveurs ?
Lui seul pourra le dire et je compte sur vous pour l’aider ! 😊

En attendant, tous ces délices sont à découvrir ou à redécouvrir !
Et, d’ici notre prochain R.V, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !



#MaCuisineAncestrale… Le cornet de Murat…


En octobre, nous rendons visite à Margaridou.
Vous vous souvenez… elle est la cuisinière auvergnate préférée de #MaCuisineAncestrale.

Aujourd’hui, Margaridou nous raconte l’histoire de Murat, petite cité du Cantal bien connue des ancêtres de Monsieur.

Murat mérite qu’on la découvre… Ses rues étroites où s’étagent les maisons aux porches de pierre sculptée, les merveilles de ses retables, Sa Vierge noire qui fait des miracles (c’est Margaridou qui le dit)…
Murat, c’est aussi la patrie des dentelles de fil aux fuseaux et sa spécialité gastronomique est un gâteau en forme de surprise !

Hommage aux petits pâtres du Cantal qui portaient à leur ceinture, une coma (corne bovine) contenant du sel qu’ils distribuaient à leurs vaches au moment de la traite, le Cornet de Murat s’enroule sur lui-même imitant cette corne.

Les auvergnats aiment à remplir ce cornet de crème fouettée et à le déguster avec une bonne bouteille de vin.

J’espère ne pas froisser Margaridou… mais sa recette étant succincte, j’ai triché et ai suivi une recette plus précise pour réaliser six cornets :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3705-1024x937.jpg.

– 1 œuf entier + 1 blanc d’œuf
– 85 g sucre
– 60 g farine

35 g beurre fondu
vanille liquide ou un verre à liqueur de rhum ou d’eau de fleur d’oranger

Mélangez le blanc d’œuf, l’œuf entier et le sucre,
Fouettez pendant 5 minutes jusqu’à ce que le tout blanchisse,
Ajoutez la farine tamisée et mélanger,

Versez le beurre fondu refroidi et mélanger,
Sur une tôle huilée ou anti-adhésive,
formez des disques de 10 cm de diamètre,
Enfournez dans le four chaud (220°) et laisser cuire environ 6 minutes jusqu’à ce que la pâte soit dorée,
A la sortie du four, formez aussitôt les cornets : roulez les disques encore chauds sur eux-mêmes, comme pour faire des cornets de papier,
Laissez refroidir,

(Petit conseil : plantez les cônes dans les alvéoles d’une boite d’œufs jusqu’à complet refroidissement)
Garnir avec l’appareil de votre choix , sucré ou salé : crème fouettée nature, avec des fruits (myrtilles, mûres…), ajouter de la confiture ou du miel, mousse au chocolat, glace.
.. en version salé : mousse aux champignons, au foie gras

Laissez parler votre imagination !

Les cornets vides se conservent plusieurs jours dans une boite en métal.

Chaque année, Murat fête son gâteau, le troisième dimanche de septembre. A cette occasion, plusieurs milliers de cornets sont vendus, de quoi ravir les plus gourmands !

En attendant notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !



Sources :
Image Murat : jplours.fr/murat

Photos : collection personnelle
Margaridou, journal et recettes d’une cuisinière au pays d’auvergne – Suzanne Robaglia – Editions CREER
Recette : Les secrets de Muriel –
https://www.youtube.com/watch?v=y4-N6BpZ8H4





#MaCuisineAncestrale… Le raisiné…

Quand le raisin est mûr, par un ciel clair et doux,
Dès l’aube, à mi-coteau, rit une foule étrange 
C’est qu’alors dans la vigne, et non plus dans la grange,
Maîtres et serviteurs, joyeux, s’assemblent tous.
..
(Aloysius BERTRAND 1807-1841)

Aujourd’hui comme autrefois, Septembre sonne le temps des vendanges. Et, dans les cuisines, on prépare les repas réconfortants.
Les traditions perdurent… Cependant, nos aïeules usaient de diverses astuces pour édulcorer leurs desserts quand le sucre était encore une denrée onéreuse.
En Bourgogne, en Charente ou dans le Périgord par exemple, elles utilisaient le jus de raisin pour réaliser une recette mi compote-mi confiture appelée raisiné.

Pour le réaliser, il faut :

2 à 3 kilos de raisins blancs et/ou noirs bien mûrs,
Sucre en poudre,
Fruits frais : poires, figues, melon, coings, prunes…à raison d’une livre par litre de jus de raisin.

Laver et égrapper le raisin,
Verser les grains dans la bassine à confiture ou un faitout,
Remuer sans arrêt sur feu doux jusqu’à ce que les grains aient rendu leur jus,
Passer le tout dans un chinois et appuyer fortement avec un pilon pour récupérer tout le jus ou presser dans un filet à confiture,
Remettre le jus à cuire tout en remuant,

Laisser réduire de moitié,
Peser le jus,
Ajouter 100 g de sucre par litre de jus obtenu,
Couper les fruits de votre choix en morceaux : une livre de fruits préparés par litre de jus,
Les verser dans le jus,
Laisser cuire tout en remuant jusqu’à ce que les fruits soient bien cuits,
Remplir vos pots préalablement ébouillantés,
Fermer les pots et les retourner jusqu’à complet refroidissement
,
Conserver les pots au frais.

Et voilà une recette aux mille saveurs… à savourer de mille façons : nature en compote, en confiture sur une tartine de pain beurrée ou non, avec du fromage blanc, un yaourt, de la brioche… le matin, à midi ou à quatre heures…
Régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait !


Sources :
Recette : Dictionnaire gourmand des desserts de nos régions de A à Z – Editions Atlas
Photos : collection personnelle