#ChallengeAZ… Hôtel-Dieu…

Salle d’accueil des malades Hôtel-Dieu de Laon

Après celle de l’époque médiévale, Laon connut une nouvelle période de prospérité au XVIIe siècle.
En 1668, César d’Estrées, Evêque de la cité créa, alors, le premier Hôtel-Dieu sur les hauteurs de la ville pour y accueillir les pauvres, les vieillards, les enfants abandonnés et les orphelins.
Afin de faire travailler les occupants, on y ouvrit une manufacture de draperie qui fut transformée, plus tard, en manufacture de bonneterie.
On y construisit également un grenier d’abondance en 1749.
Deux « Hôtel-Dieu » plus tard suite à divers agrandissements et rénovations, il devint un Hôpital militaire de 1792 à 1795.
Converti en Hospice de l’humanité après la Révolution, il évolua en Hôpital Général en 1803.
Plusieurs de mes ancêtres (Sosa et collatéraux) y ont été soignés et c’est là, qu’ils ont rendu leur dernier souffle :

– Octavie Alphonsine WALLON – Sosa 5 – Décédée le 16/02/1923 – 52 ans
– Louis François MEREAUX – Sosa 22 – Décédé le 30/01/1860 – 57 ans
– Marie Célestine VRAINE – Sosa 33 – Décédée le 20/07/1852 – 80 ans
– Louis Antoine NOIRON – Sosa 42 – Décédé le 24/01/1847 – 62 ans
– Etienne André COULON – Sosa 36 – Décédé le 11/06/1842 – 70 ans
– Pierre NOIRON – Sosa 84 – Décédé le 14/06/1813 – 57 ans

Lors de leur admission, ont-ils vu et lu ces inscriptions sur le fronton de l’entrée ?

Il y avait de quoi trembler !…

Aujourd’hui la salle de soins des malades accueille l’Office de Tourisme de la Ville, une partie des bâtiments a été transformée en Ehpad et le reste est ouvert aux visiteurs.

Et vous, avez-vous des ancêtres décédés dans un Hôtel-Dieu ?

Sources et Image :
laon-cyclopédie.over-blog.com

#Challenge AZ… Gentilé…

Mon cabinet de curiosités renferme les gentilés de nos ancêtres… car ma curiosité m’incite toujours à chercher le gentilé d’un lieu.

Pour mémoire : un gentilé désigne les habitants d’un pays, d’une province, d’une région ou d’un lieu par référence à l’endroit où ils habitent ou d’où ils sont originaires.
Il est attesté en France depuis 1752 d’après l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers de Diderot.
Le gentilé d’un seul homme peut être de trois manières et de trois sortes de dénominations

Par exemple : mes ancêtres sont picards, normands, bretons ou occitans. Ils sont aussi axonais, calvadosiens, ornais, finistériens ou ariégeois… Et, cerise sur le gâteau (la gourmandise arrive toujours là où on ne l’attend pas), selon la commune où ils résidaient, ils sont dans l’Aisne :
athissiens = Athies-sous-Laon
brayois = Braye-en-Laonnois
– burellois= Burelles
chermizyacois = Chermizy-Ailles
gizysiens ou gizyacois = Gizy
grandlupois = Grandlup-et-Fay
moussyacois = Moussy-Verneuil
vendressois = Vendresse-Beaulne

Dans le Calvados :
brettevillais = Bretteville-sur-Laize
cintheauxiens = Cintheaux
clécyens = Clécy
pommerais = La Pomme
laiziens = Laize-la-Ville
mayens = May-sur-Orne
saint-rémois = Saint-Rémy-sur-Orne
vasdastins = Saint-Waast-sur-Seulles

Dans l’Orne :
flériens = Flers
carneillais = La Carneille
landigulfiens = Landigou
auvraisiens = La Forêt-d’Auvray
georgiens = Saint-Georges-des-Groseillers
pétruviens = Saint-Pierre-du-Regard
Saint-Hono-Guillaumins = Sainte-Honorine-La-Guillaume

Dans le Finistère :
plouganistes = Plougasnou
ignaciens = Plouigneau
plouégatais = Plouégat-Moysan
garlannais = Garlan

En Ariège :
ruxéens = Rieux-de-Pelleport
loubénois = Loubens

Si certains gentilés sont évidents, d’autres sont vraiment improbables…
Et, bizarrement, toutes les communes n’ont pas de gentilé comme Gercy, Samoussy, Eppes dans l’Aisne.

Et vous, connaissez-vous les gentilés de votre généalogie ?



Sources :
Wikipédia.fr
Le nom des habitants des communes de France –
https://www.habitants.fr/index.php
Image : L’Eveil de la Haute-Loire


#Challenge AZ… Bergers…

« Bonjour !
Oui,oui… c’est à vous que je m’adresse ! »

Savez-vous qu’être Berger, c’est exercé l’un des plus anciens métiers connus au monde puisque les premiers bergers sont apparus, il y a 10 000 ans en Asie Mineure (c’est Wikipédia.fr qui me l’a dit)

A ce jour, ma généalogie compte 16 bergers (8 Sosa et 8 collatéraux) ayant vécu principalement au XVIIe et XVIIIe siècle en Picardie et en Normandie.

Je suppose que la vie d’un berger à cette époque n’était guère idéale, bien que la littérature et la peinture romantique la représentait comme telle.
Je pense que sa vie était plutôt rudimentaire et sommaire et que l’homme était fruste et analphabète quand on sait que seulement 29% des hommes savaient signer à la fin du 17e siècle (source Geneawiki.fr).

Alors, comment tous mes Sosa « bergers », sauf un, ont-ils appris à signer ? Leur signature démontre un apprentissage maîtrisé ou presque de l’écriture.

Pierre CARLIER – Sosa 360 – ° 1625 +1728 – Laon Paroisse de Vaux (02)
Jean-Claude CARLIER – Sosa 90 – ° 1725 – Laon – Paroisse de Vaux (02)
Jean CARLIER – Sosa 180 – °1695 +1750 – Laon- Paroisse de Vaux (02)
Claude BALOSSIER -Sosa 346 – °1674 +avant 1726 – Coucy-lès-Eppes (02)
Jean TOUCHET – Sosa 500 – °1706 +1796 – Hubert-Folie (14)
Charles HUTIN – Sosa 746 – °vers 1668 +1725 – Prisces (02)
Pierre LAVOINE – Sosa 186 – °1719 +1791 – Burelles (02)

La vérité est sans doute ailleurs, la trouverai-je ?

En attendant, comme mes bergers, avez-vous aussi des ancêtres ayant pratiqué un métier modeste et sachant signer ?

Sources :
La Pastorale au 18e siècle : Persée.fr
Image : Pixabay.com – Corinne vd




Les pionnières de ma Généalogie…

Sur une idée de Sophie BOUDAREL de La Gazette des Ancêtres, et pour célébrer la Journée des droits de la femme (8 mars), voici une mise en avant des femmes de ma généalogie.

La première à signer s’appelait Marie LESAGE. Elle est mon Sosa 3845. Elle est née vers 1648 à Noyers-Bocage (14) et elle a épousé Michel PARIS, le 10 mai 1671, à Saint-Vaast-sur-Seulles (14) au temple protestant. Elle avait 23 ans.
Sa signature :

La première à voter n’est autre que mon Sosa 3, ma maman. Mes grands-mères sont décédées avant 1945.

Pour le reste, je n’ai malheureusement pas trouvé de renseignements sur Gallica.

Si les familles nombreuses sont courantes (ex : 13 enfants chez mes Sosa 4 et 5), pas de médaille pour récompenser ce foyer fécond.

Donc, je vous propose de lire ou de relire ces articles concernant les Sosa féminins de mon arbre.
Voici sept destins différents mais O ! combien marquants :

Anna KONJETSKY, Sosa 41, mon ancêtre silésienne
Histoire d’un abandon, l’enfance de mon Sosa 3,
Clémence EUPHEMIE, Sosa 121, abandonnée à la naissance,
Marie Magdeleine MAFFLARD, Sosa 47, guillotinée pour l’exemple,
Anne CHENNEVIERE, Sosa 145, nourrice au XVIIIe siècle,
Anne GUILLOU, Sosa 117, mariée à 14 ans,
Zéphirine Antoinette BRIERE, Sosa 61, née un vendredi 13.
(Cliquez sur les noms pour découvrir l’article)

Bien sûr, il s’agissait d’un temps où on ne parlait pas des droits de la femme.

Bonne lecture !

Source image : Blog La Gazette des Ancêtres :
Salon de Paris, Mme Beaury-Saurel, “Nos éclaireuses” : [carte postale] –
https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000858991/v0001

#MaCuisineAncestrale… Le pain d’chien…

Pour débuter l’année 2019,  #MaCuisineAncestrale vous emmène dans les corons du Nord de la France, là où la terre est du charbon… Là-bas, on y mange du « Pain d’chien » !

Le « pain d’chien », voilà un intitulé bien étrange, pour définir ce qui est un simple pudding ou « poudingue » en ch’ti…
Le terme illustrait’ il, autrefois, les difficiles conditions de vie des « gueules noires » ? Désignait’ il une alimentation de traîne-misère ?
Nul ne le sait… mais, je trouve la formule très parlante.

Pour confectionner un pain d’chien, rien de plus simple.
Il faut :

500 g de pain rassis
1 litre de lait
150 g de vergeoise ou de cassonade (sucre non raffiné)
3 œufs
Un peu de beurre pour le moule
2 poignées de raisins secs 
Un petit verre de rhum (pas recommandé pour les enfants)

Faire chauffer le lait et le sucre,
Mettre les raisins à macérer dans le rhum
Couper le pain en morceaux, le mettre dans un saladier,
Verser le lait bouillant dessus,
Bien mélanger et laisser reposer 1 heure,
Passé ce temps, ajouter les œufs,
Mélanger et malaxer à la main pour écraser le pain,
Ajouter les raisins,
Verser la pâte dans un moule beurré,
Préchauffer le four à 180°C et cuire le pudding 1 heure,
Servir froid (avec ou sans crème anglaise).

Vous pouvez remplacer les raisins par des abricots secs, des pruneaux, des fruits ou bien encore du chocolat… Laissez parler votre imagination.

Ce pudding est une recette anti-gaspillage. Nos ancêtres ne jetaient rien… Ils n’en n’avaient pas les moyens…
Alors, en cette période de bonnes résolutions : Faisons comme eux, ne jetons plus le pain !

Et d’ici notre prochain rendez-vous, régalez-vous ! Moi, c’est déjà fait ?

Sources :
Recette : Ça drache en Nord : http://www.ca-drache.fr/recette/dessert/gateau/pain-dchien/
Image : collection personnelle

#MaCuisineAncestrale… Le Spéculoos…

Voyons, voyons, saint- Nicolas,
Il ne faut plus entrer par
-là,
La cheminée ; c’est démodé
D’ailleurs elle n’est pas ramonée.
Là dedans vous vous y saliriez.
Et si vous y restiez coincé ? .
Allons, allons, saint- Nicolas,
J’ouvre la porte et puis voilà.
Que voulez-vous tout a changé !
Il faut vous en faire une idée ! .
Que prendrez-vous saint-Nicolas ?
Du café ou du chocolat ?

Hé oui, Saint-Nicolas, tout change, mais pas les bonnes choses… alors pour vous remonter le moral, que diriez-vous de croquer un spéculoos avec le café ou le chocolat !

Ce biscuit est traditionnellement offert le 6 décembre pour célébrer le saint homme dans le Nord de la France, mais aussi dans les pays limitrophes comme la Belgique…
Connaissez-vous l’histoire du spéculoos… Non ! Alors, regardez ici 

Et pour notre rendez-vous de décembre, je vous propose la recette ancestrale de la Maison DANDOY, située à Bruxelles depuis plus de 180 ans.
Et, oui, c’est Noël avant l’heure !
Pour la petite histoire, cette entreprise familiale est le fournisseur officiel du Palais royal. On raconte que le Roi Léopold était friand de ce biscuit au point d’en avoir dans le fond de ses poches quand il allait à la chasse.

Ingrédients :
1 kg de farine légère (non fermentante)
300 g de beurre
600 g de cassonade 
0,1 l d’eau
1 pincée de sel
1 c.soupe bicarbonate alimentaire (levure)
1 c.café de cannelle
1 pincée de girofle moulu

Dans une grande jatte, mélangez la cassonade, le beurre ramolli (mais non fondu), le sel et les épices jusqu’à obtenir une crème,
Ajoutez l’eau au mélange,
Tamisez la farine et le bicarbonate,
Ajoutez peu à peu tout en mélangeant jusqu’à obtenir une pâte épaisse,
Ne pas trop pétrir la pâte pour ne pas qu’elle devienne élastique,

J’ai divisé les proportions en trois pour travailler plus facilement,
J’ai obtenu trois pâtons que j’ai placé au réfrigérateur quelques heures,

Étalez la pâte sur 2 à 5 mm d’épaisseur,
Si vous possédez un moule à spéculoos, farinez-le et pressez-y la pâte à la main, coupez l’excédent autour du moule,
Tapez le bord du moule sur la table et démoulez délicatement sur une plaque de cuisson graissée.

Si vous ne possédez pas de moule à spéculoos, comme moi, utilisez des emporte-pièces pour confectionner les biscuits,

Cuire dans un four préchauffé à 180° pendant une dizaine de minutes.

A titre indicatif, j’ai fabriqué une cinquantaine de biscuits.

Pour les plus gourmands, vous pouvez découvrir ou redécouvrir la recette du pain d’épices ou la recette de la couque.

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année gourmandes accompagnées des gens que vous aimez.
Et en attendant notre prochain rendez-vous ! Régalez-vous, moi, c’est déjà fait  ?

 

 

Sources :
Poésie Saint-Nicolas : http://ekladata.com
Recette des spéculoos : Maison Dandoy- Bruxelles
Histoire du spéculoos : http://www.jbnoe.fr
Image : collection personnelle

#ChallengeAZ… Wallonne…

A ma grand-mère paternelle, née WALLON et à tous nos ancêtres porteurs du même nom.
J’ai lu que l’origine du patronyme viendrait de Wallonie… Mais, je n’ai rien trouvé, à ce jour, qui confirme cette hypothèse…

Sources :
YouTube Musique : André Fagnard  » Du sue cinsie »
Image gratuite : Clé de sol – Pixabay.com

#ChallengeAZ… Roses….

Les roses de Picardie diffusent leurs parfums délicats sur les branches paternelles de mon arbre ?… et que j’aime leurs arômes !

Pour tout savoir sur les roses de là-bas, cliquez ici

 

Sources :
YouTube Musique : Les roses de Picardie -Yves Montand
Image gratuite : Clé de sol -Pixabay.com
Site : encyclopédie.picardie.fr

#ChallengeAZ… Marie, la polonaise…

Parfois, les petites histoires de mon arbre ? se mêlent à celles de la grande Histoire…

Alexandre, Comte WALEWSKY, fruit des amours interdites de Napoléon 1er et de Marie WALEWSKA, sa maîtresse, naît 48 heures avant le mariage de
Jean-François WALLON, mousquetaire et d’Anna Sabina Josépha KONJETSKY . Le mariage eut lieu en Pologne, le 6 mai 1810…

J’ai raconté mes Sosa 40 & 41 à maintes reprises… Et, mes billets ont permis à plusieurs cousins de me contacter .
C’est d’ailleurs, Corine (qui se reconnaîtra) qui m’a soufflé la chanson de Serge LAMA.

Marie était une compatriote de Anna Josépha.
Elles avaient le même âge et l’Histoire les mena toutes deux en France où elles vécurent deux destinées bien différentes.

 

Sources :
Wikipédia.com : Marie Walewska
Chaîne YouTube Musique : Marie la polonaise – Serge LAMA
Image gratuite : Clé de sol – Pixabay.com

#ChallengeAZ… Il changeait la vie…

Dans mon arbre ? il existe plusieurs cordonniers issus principalement de mes branches maternelles :

-Guillaume LAGADEC, est né à Botsorel dans le Finistère. Il épousa Marie LE FLAMANC, le 2 mai 1715. Ils eurent 7 enfants.

-Jean RIVOALEN, est également né à Botsorel, le 16/08/1759. Il épousa Marie MILLIER, le 26/10/1784 à Plougat-Moysan. Ils eurent aussi 7 enfants.

-Yves Marie RIVOALEN, fils de Jean et de Marie MILLIER, né le 22 mars 1802 à Guerlesquin (29).

-Joseph KONJETSKY, père de Anna Josépha (je vous ai parlé d’elle, ICI , était Maître cordonnier à Schweidnitz (Silésie)

-Pierre NOIRON est né à Mortiers (02), le 03/09/1755. Il épousa en 1777, Marie Antoinette POLLET. Ils eurent au moins 5 enfants.

Ces deux derniers appartiennent à mes branches paternelles.

Les maîtres d’école ont été nombreux également. Toute une lignée, dont j’ai raconté la vie, ICI

A tous ces petits bonhommes qui ont, peut-être, changé la vie de leurs contemporains !

 

Sources :
Chaîne YouTube Musique : Il changeait la vie – Jean-Jacques Goldman
Image gratuite : Clé de sol – Pixabay.com